Sciences humaines & sociales

  • Et si l'Europe, avait en réalité deux visages ? Celui de l'0uest, et celui de l'Est. Deux visages qui n'arrivent pas à se regarder en face. Avec Pour notre liberté et la vôtre, Maria Nowak livre un essai critique sur l'aventure européenne depuis la Seconde Guerre mondiale. Elle adopte le point de vue de son pays d'origine, pour remonter les fils de l'histoire, avec ses aveuglements persistants et ses renoncements dévastateurs.L'auteure s'appuie sur ses souvenirs d'enfance marqués par la guerre et l'exil, revient sur les rancoeurs des européens de l'Est qui se sont sentis trahis à Yalta, abandonnés par leurs alliés au monstre soviétique. Des grandes questions ponctuent le livre : Ne faut-il pas reconnaître enfin le massacre des millions de civils polonais, ukrainiens, biélorusses, qui s'ajoutent à la Shoah ? Quel a été le vrai prix de la libération de l'Europe de l'Est par l'Armée rouge ? Comment construire une Europe des peuples sans connaître et reconnaître l'histoire et les souffrances de tous ses membres ? Sur quel terreau se développent les populismes ? Les réponses apportées par l'auteure sont parfois difficiles à entendre de ce côté de l'Europe. Il faut pourtant les affronter pour dépasser les blocages et avancer ensemble.

  • Au large de Cannes, dans la forteresse de l'île Sainte-Marguerite, un homme au masque de fer resta prisonnier toute sa vie, sur ordre du roi Louis XIV. Son identité est restée inconnue. C'était sans compter avec le Dieu Hasard. Deux plongeurs sous-marins ramenèrent au jour un canon immergé au pied de la prison. Ce canon armorié fut fabriqué à la demande du Duc du Maine, fils de Louis XIV et de Madame de Montespan. L'auteur s'est attachée à décrypter les inscriptions et les dessins portés dans la fonte, découvrant par là le nom de l'infortuné prisonnier. Mais la révélation de ce nom ouvre sur d'autres mystères.

  • Des propos singuliers accrochés aux appuis théoriques qui ont force de loi dans le champ psychanalytique et plus largement dans celui de la psychologie. Des idées particulières dont le but est de se rencontrer au plus près du vrai et non pas de ce que l'on se raconte pour se convenir dans le mensonge à soi-même qui finit par tomber sur le corps en symptômes via les psycho-somatisations. Des thèmes fondamentaux inhérents au foetus, à l'enfant en passant par le nourrisson, nous proposent de réviser notre Sujet dans les trois sens du terme : propre, figuré et lacanien. Les thèmes sont abordés en métaphores pour une accessibilité plus légère mais non moins soutenue.

  • Notre anglais en France

    Sylvain Bouron

    On apprend l'anglais à l'école mais l'apprend-on vraiment ? On y passe dix ans et plus pour quoi au bout du compte ? Être à peine capable de parler dix secondes sans faire d'erreurs. Faire des erreurs ce n'est pas le problème, le problème c'est de parler dix secondes seulement...

  • « Il faut dire que les temps ont changé... ». Le titre du dernier livre de l'économiste Daniel Cohen résume à merveille la situation actuelle des parents d'adolescents dans l'Hexagone, en ce début de XXIe siècle. Au collège, en sixième, c'est la découverte d'un nouvel univers scolaire, côté emploi du temps, horaires, locaux, programmes, évaluations, parcours éducatifs etc. À domicile, la période de croissance de ces collégiens s'accompagne peu à peu de bouleversements physiologiques, corporels, psychoaffectifs et intellectuels. La construction de leur personnalité s'effectue à l'aide de leurs familles, des copains ainsi que des nombreux outils numériques à leur disposition, smartphone, télévision, Internet, réseaux sociaux. Citoyens français et européens, ils évoluent dans un monde globalisé, toujours plus rapide, car révolutionné par les technologies numériques. Bonjour intelligence artificielle, drones, objets connectés, blockchain, voitures autonomes, Big Data, 5G, GAFAM américaines et BATX chinoises, sur la planète Terre, saccagée ! La sauvegarde écologique s'impose d'urgence. Destiné en priorité aux parents, aux grands-parents et aux enseignants de collège, ce livre grand public, donc accessible à tous, intéressera également ceux et celles qui oeuvrent pour l'éducation de toute une génération de jeunes êtres en marche vers l'âge adulte.

  • Face à l'enfant d'aujourd'hui qui semble si difficile à comprendre, l'adulte s'interroge sur l'éducation à lui donner. Pour répondre, Laurence de Closets ose prendre le parti de l'enfant. Elle choisit d'oublier volontairement, le temps d'un livre, sa posture d'adulte et d'écouter la voix de l'Enfant puis celle de l'Adolescent s'adressant tantôt à ses parents tantôt à ses professeurs. L'enfant questionne nos attitudes qu'il ne comprend pas, et s'exprime sur ce qui contribuerait davantage à son plein épanouissement. Il ouvre nos yeux sur un potentiel incroyable que nous sommes loin d'avoir su faire émerger. Il nous appelle à un changement de regard et d'attitude, pour comprendre son appel et nous permettre de découvrir ces énergies inconnues, ce Secret de l'Enfant, qui n'attend qu'à se révéler. Ce livre invite à l'humilité, à l'émerveillement et même à la révérence envers ce que l'enfant a tant de peine à nous dire. Dans son message touchant, cet enfant inspirera tous ceux qui se questionnent sur cet enfant d'aujourd'hui et ses difficultés face à cette société en évolution. Il est porteur d'espoir tant sur la jeunesse que sur le monde éducatif en pleine mutation.Inspirée et formée par l'esprit de Maria Montessori, l'auteure, à travers son livre, permet à chacun de participer à l'éducation de demain et ouvre la porte aux enfants pour qu'ils puissent contribuer, grâce à leur immense potentiel, à la création d'un monde meilleur.

  • Je dépose ces mots à vos pieds Dans un petit village de France, alors que les élections viennent d'avoir lieu, la réaction d'un candidat vaincu pousse Cyril Laroure à réagir. Le comportement du perdant met en effet en lumière des tensions : comment l'homme, cultivé et habitué des interactions sociales, a-t-il pu céder à la violence ? Dans cet ouvrage composé de deux lettres ouvertes, l'auteur s'exprime sur la brutalité d'une culture du pouvoir déterminée par les enjeux économiques et gangrénée par les velléités de domination. Et si cela constituait le terreau d'une violence qui sommeille au sein des démocraties représentatives ? Cyril Laroure retrace l'histoire de cette violence dans cet essai philosophique percutant dans la lignée des écrits de Yuval Noah Harari. L'élite, le politicien, le gouvernement et le gouverné, nous sommes tous avec Ulysse dans son petit bateau et nous faisons le même voyage. Nous ne sommes ni plus vertueux ni plus méchants que lui. Les Sirènes nous enchantent aussi doucement et, tout comme lui, nous avons le choix de nous faire amarrer au mât ou de nous laisser emmener par les vagues embaumées pour échouer, brisés contre les écueils. C'est une parabole, vieille de deux mille huit cents ans, qui nous parle de la tentation et nous montre la différence entre culture et civilisation. C.L.

  • Savez-vous que Louis XIII a interdit le port des dentelles et Louis XIV, celui des toiles imprimées en coton ? Sous la Révolution, les citoyens, hommes ou femmes, devaient porter une cocarde tricolore sous peine d'emprisonnement. Une ordonnance de 1800 exigeait, à Paris, une autorisation pour les femmes qui voulaient s'habiller en homme ; elle n'a été abrogée qu'en 2013. Dans toutes les sociétés, la tenue vestimentaire obéit a des règles, informelles ou juridiques, faisant d'elle un objet social passionnant. De fait, les vêtements que nous portons sont des marqueurs sociaux de nos époques, de notre genre, de notre classe sociale, parfois de nos convictions politiques et religieuses. A l'heure ou le libre-arbitre individuel est défendu et revendique , il est bon de rappeler la liberté du costume, proclamée par la Convention en 1793, pour défendre le droit de se vêtir selon son gré dans les limites de la loi. De Charlemagne à l'analyse des polémiques sur le voile islamique qui déchirent la France depuis les années 1990, Jean-Marie Augustin explore l'histoire des interdits vestimentaires qui ont marqué la société française et continuent de la tourmenter.

  • De nobis ipsis

    Krystian Ogez

    C'est un véritable voyage que propose la lecture. Quand on lit en se voyant lire dans la salle, on ne voyage pas : on se trouve en train de lire. Alors que lire, vraiment lire, c'est plonger dans les programmes que nous présente l'auteur, en explorant ce qu'il a à nous offrir. Il s'agit là d'un voyage bien particulier : s'il peut procurer du plaisir - tout dépend de la douceur du style de l'auteur -, et même du bonheur - quand on voit que tout se suit dans un ordre qui ne pose pas le moindre problème - le livre de philosophie présente, quant à lui, une autre particularité. Car, ce qu'il propose, en nous faisant slalomer entre différents concepts, ou en nous amenant à plonger dans de vastes notions, c'est de la joie : celle de découvrir quelque chose à quoi nous pourrons repenser - quelque chose qui nous caractérisera.

  • La vision du monde occidentale n'est pas la seule norme. Dans d'autres cultures, et notamment en Asie, il existe différentes manières d'être au monde. Et il est grand temps de les découvrir, de les penser. La vision du monde, c'est le pouvoir de notre imaginaire. C'est elle qui régit nos représentations mentales et a fortiori notre façon d'être. En Occident, l'individualisme est au coeur de la modernité et des fondements de la civilisation. Toutefois, deux formes d'individualisme s'affrontent : l'individualisme atomiste (ou égocentré) et l'individualisme relationnel. Le premier est la forme dominante depuis des siècles, elle est nourrie par l'expansion du capitalisme et du néolibéralisme ; le deuxième tient au processus d'individuation qui rend, par la diversité de ses relations, chaque personne unique et indispensable. L'être est relation. Les sciences biologiques et humaines découvrent que le processus relationnel d'individuation est au coeur du monde vivant. Il est mieux à même de répondre à nos défis écologiques et sociaux actuels. Il est nécessaire, voire vital, de modifier notre façon d'être au monde par le biais de nos imaginaires et en accordant une priorité à la création culturelle.Un ouvrage pédagogue et pertinent sur la puissance de nos représentations mentales, qui amènera sans nul doute à réfléchir, peut-être à repenser, notre individualisme.

  • Burning out

    Xavier Menard

    « « Essaie », « reprends-toi », « ressaisis-toi ». « Enfin quoi, c'est juste une demande de stage ! » Toutes ces injonctions que j'essaie de me lancer pour me relancer. Mais rien. Mon cerveau refuse. » Qu'est-ce que le burn-out ? Comment se manifeste-t-il et quels sont les signes avant-coureurs ? C'est ce que Xavier Ménard, Responsable Ressources Humaines, tente de déchiffrer après avoir expérimenté ce phénomène destructeur. Pression, sollicitation extrême, réorganisation permanente au travail... L'auteur raconte son histoire et celles d'autres « burnoutés », pour mettre en lumière la part de responsabilité des entreprises mais aussi s'interroger plus globalement sur notre société. Un récit de vie riche de conseils et de solutions pour mieux appréhender cette maladie du 21ème siècle !

  • Extrait de ma thèse intitulée : Les Forces alliées et associées en Extrême-Orient, 1918-1920 - Les soldats austro-hongrois, le parcours de l'amiral Koltchak appartient à cet épisode fort méconnu de la Première Guerre mondiale, terminée par le décret du 24 octobre 1919. Que sont allées faire les Forces alliées et associées en Russie en 1918 ? Les raisons de l'intervention se définissaient dans la reconstitution d'un front oriental pour soulager le front occidental, le soutien aux Armées blanches luttant contre les Armées rouges, le rapatriement des légionnaires tchéco-slovaques. Mais il n'en fut rien.Dans ce conflit, les pays de l'Entente et les États-Unis n'ont poursuivi qu'un objectif : le démantèlement de l'Empire austro-hongrois. Outre la fin des Habsbourg, l'Entente ainsi que celles et ceux qui détenaient le pouvoir décisionnel voulaient la disparition des monarchies, excepté celle de l'Empire britannique. Tandis que les soldats des corps expéditionnaires français, britannique et italien, aidés des Légionnaires tchéco-slovaques, combattaient les bolcheviks, Alliés et associés négociaient avec le pouvoir de Lénine. Le refus de l'Occident de reconnaître le gouvernement de l'amiral Koltchak, le fit échouer. Trahi, livré aux maximalistes d'Irkoutsk par les Tchèques, il fut exécuté le 7 février 1920.

  • Le présent ouvrage vise une analyse critique positive des grandes politiques publiques en France en insistant sur les concepts et les méthodes qui les fondent. Au long des développements, on insiste aussi bien sur les aspects financiers (les déficits et la dette), l'Éducation nationale, la décentralisation, l'organisation de l'État, la formation des fonctionnaires, les inégalités de revenus et les fractures qui divisent notre société. À cette occasion, on revient sur les crises récentes des « Gilets jaunes » et de la réforme des retraites. On revient aussi sur les échecs et leurs causes. Des ébauches de solutions sont présentées sous forme de propositions pratiques et financées. Les propositions visent une société plus libre et plus équilibrée, une société de la confiance.

  • Ma vie de Jésus

    Christophe Lemardelé

    L'histoire de Jésus se situe au carrefour du récit historique et du récit hagiographique ou légendaire. Malgré bien des zones d'ombre et des invraisemblances, le récit de sa vie n'en est pas pour autant incohérent car sa biographie est parallèle à celle de personnages historiques de son temps, révélés notamment par l'historiographe juif Flavius Josèphe dans ses écrits de la fin du premier siècle. En hiérarchisant les sources textuelles, le Jésus de l'Histoire n'est pas impossible à atteindre et il reste un personnage singulier bien que lié à un contexte spécifique. Ne désirant pas livrer un ouvrage savant quelque peu fastidieux sur Jésus, l'auteur a choisi une forme plus littéraire afin d'éclairer différemment cette figure historique. Confrontant l'histoire de Jésus et ses réflexions d'historien des religions, il entremêle récit littéraire et analyse historique. L'histoire des religions est une ouverture sur l'humain...

  • L'expérience clinique des 50 dernières années ainsi que de nombreux travaux en communication humaine (hypnose Ericksonienne, thérapie familiale,...) nous ont permis de mieux comprendre comment les schémas rigides d'interactions entre une personne, son environnement et un problème peuvent se former et se résoudre. Les chevaux sont utilisés en thérapie assistée par les animaux depuis le début des années soixante-dix. En psychothérapie équine, l'interaction avec les chevaux aide les participants à explorer leurs sentiments. Conscients de l'énergie émotionnelle, les chevaux ressentent ce que nous ressentons, parfois mieux que nous. Victoria Herrmani associe ces deux approches, créant ainsi une nouvelle forme de thérapie, avec le cheval pour initiateur, et apportant modernité et efficacité à l'accompagnement des personnes : protocoles puissants, approches orientées solutions, comprenant l'individu dans son contexte et dans l'instant présent, et l'amenant à une plus vaste compréhension de soi (hypnose, méditation, jeu avec le cheval en liberté...). Un lien thérapeutique avec un cheval aide à développer la confiance mutuelle, le respect, l'affection, l'empathie, l'acceptation inconditionnelle, la confiance, la réussite personnelle, la responsabilité, l'affirmation de soi, les aptitudes à communiquer, la maîtrise de soi, et tant d'autres ressources de vie ! Avec la Thérapie Brève par le Cheval, Victoria Herrmani modernise une thérapie qui place le vivant au premier plan

  • Le sujet du livre : cet essai se focalise sur le regain d'intérêt dans la société occidentale pour le spirituel et son lien avec le bien-être psychologique, un des caractères évident de notre époque, ceci sous ses différents aspects, et de la problématique que cette quête actuelle engendre.

    Son but : le but de ce travail est triple. Dans un premier temps, il importe de faire valoir cette réalité, puis dans un deuxième temps, analyser les forces sous-jacentes qui essaient d'influencer les comportements des individus sur cette délicate question ainsi que ses points centraux. Dans un troisième temps et dans une approche pragmatique nous est apparu le besoin, non de contrecarrer cette tendance mais de la comprendre dans l'éventuel but de faire la distinction entre différentes tendances pour effectuer un choix judicieux. Par conséquent, son but principal se trouve dans la construction d'un outil théorique opérationnel permettant une compréhension du sujet.

    Sa méthodologie : notre méthode repose sur la déconstruction et la reconstruction de schémas théoriques grâce à l'étude, l'analyse critique et la comparaison des textes des auteurs qui font partie de notre sujet d'étude. Cette étude est pluridisciplinaire considérant que seule cette démarche permet une résolution de la problématique.

  • Sylvia Legrillon dévoile au fil de son livre, des pages littéralement uniques.
    Sa rigueur mêlée à sa gaieté, offre une lecture profonde et sincère, bercée par une simplicité et une clarté des mots.

    Sylvia Le Grillon aborde de façon neuve et moderne le questionnement universel :
    « Prendre conscience que la « voix » de l'intuition nous guide sur la « voie » de notre destin » Ce récit captivant entraîne le lecteur, tour à tour, dans des souvenirs d'enfance, mêlés à son quotidien professionnel autour du globe. En partance d'un aéroport ou d'une gare : Elle écrit, partage et transmet à travers ces pages, l'expérience de sa propre vie.
    Elle sillonne le monde et la vie telle « l'enfant et la voyageuse. » Il y a deux vies en Sylvia, celle qu'elle connaît et une autre qui l'attend depuis toujours...

empty