Iste

  • Alors que les universités américaines ont déjà fait des MOOC l'un des axes majeurs de leur développement international, la France s'interroge sur ses capacités à relever le défi de la diffusion généralisée des savoirs par le biais de ces cours en ligne gratuits et ouverts à tous. Suite à l'émergence des MOOC au niveau mondial, cet ouvrage retrace leur genèse et examine les processus d'appropriation mis en oeuvre depuis leur adoption en France jusqu'aux premières tentatives d'institutionnalisation (FUN). Implantés sur notre territoire sans remaniement, les modèles des premiers MOOC nord-américains sont confrontés aux conjonctures socio-économiques françaises. Entre tensions et adaptations, les processus de régulation sont ici minutieusement observés et analysés en tenant compte de la dimension interculturelle des MOOC. Fondée sur des résultats expérimentaux obtenus à partir d'enquêtes et d'entretiens de terrain, cette étude conduit à entrevoir des perspectives plausibles quant au devenir des MOOC en France.

  • Proposer aux étudiants les modalités de l'enseignement à distance, tel était le projet novateur d'une école d'ingénieurs française pionnière dans l'enseignement supérieur, Télécom Lille. Depuis une vingtaine d'années, cette formation à distance perdure dans le fonctionnement de l'établissement, transformant les pratiques du corps enseignant et offrant un soutien permanent aux étudiants. Formation et enseignement à distance relate la mise en place de ce dispositif qui combine regroupement virtuel et tutorat efficace. Alternant exposés des faits et points de vue des acteurs, il rend ainsi compte des difficultés rencontrées au cours de cette expérience tout en prouvant la réussite de cette nouvelle façon d'enseigner et d'apprendre. Il détaille également la diversité des techniques de communication qui ont permis, tout au long de l'évolution du projet, d'établir et d'enrichir les relations et les échanges entre les deux communautés. Témoignage d'un bouleversement précurseur, cet ouvrage rappelle l'importance des principes pédagogiques fondés sur l'expérience concrète des étudiants ainsi que sur l'accueil d'un public de formation permanente, soucieux de promotion sociale et diplômante.

  • L'anthropotechnologie concentre ses actions depuis trente ans sur l'étude et l'amélioration des conditions de travail et de vie des populations à travers le monde.

    Elle oriente les acteurs des processus de conception en les rendant attentifs au « facteur humain », à ses composantes sociales, culturelles et environnementales. Elle valorise par conséquent une conception des techniques respectueuse des personnes, de leurs manières de penser et d'agir dans des contextes spécifiques.

    Cet ouvrage relate l'évolution et l'institutionnalisation récente de cette discipline dans le monde de l'Université et des Hautes Ecoles. Des projets sont présentés et les dynamiques de coconception sont analysées. Toujours soucieuses de répondre aux contextes du terrain, ces dynamiques fédèrent des ensembles de compétences souvent antagonistes.

  • La philosophie scientifique n'hésite pas à bousculer les théories scientifiques pour qu'elles livrent les secrets de la nature et notamment de cette étrange matière étudiée par la physique quantique.

    Temps, émergences et communications présente une investigation scientifique et philosophique sur la place et le rôle de l'information dans les systèmes naturels. Une première partie propose une interprétation inédite de la physique quantique en plaçant au centre de la réflexion l'idée d'une matière qui communique. Cela permet de reprendre le questionnement systémique sur l'émergence en examinant les phases de la matière, les processus thermodynamiques et le cosmos, sans oublier d'esquisser quelques thèses sur le lien entre communications et émergences.

    Cet ouvrage propose trois révolutions scientifiques : celle des communications quantiques, celle de l'émergence ordonnée autour des processus sémantiques et enfin la révolution « cosmoontologique » du temps. Il s'adresse aux spécialistes scientifiques ainsi qu'aux lecteurs novices intéressés par le bouleversement des connaissances à notre époque.

  • La facilité d'utilisation du Web 2.0 et ses inestimables potentialités en termes d'échange et de partage d'informations entre acteurs sociaux ont permis l'émergence d'une nouvelle société dite de la connaissance.

    L'émergence des réseaux sociaux, des OCW, des MOOC, de l'apprentissage informel via les réseaux et des approches connectivistes de l'apprentissage ont rendu plus complexes l'analyse et l'évaluation des environnements numériques d'apprentissage (ENA). Le recours à la modélisation des systèmes complexes permet dès lors de transcrire les phénomènes observés et de faciliter l'étude de ces processus à l'aide d'outils spécifiques. Une fois cette étape incontournable franchie, il devient possible d'élaborer des scénarios plausibles à partir de l'observation de phénomènes émergents ou de tendances lourdes.

    Cet ouvrage présente et met en lumière l'apport de la théorie des systèmes complexes à l'étude du comportement d'ENA de nouvelle génération. Il décrit en détail une démarche réaliste et propose des outils de pilotage efficaces.

  • La société 5.0 est une mutation sociale importante. Elle fait suite à la naissance de technologies qui sont devenues matures et ont été diffusées dans des temps records. Ainsi, en 1998, Kodak, leader mondial du film, avait 170 000 employés. Il paraissait alors impensable que 3 ans plus tard, la majorité des gens ne prendrait plus jamais d'images sur du papier film et que Kodak aurait disparu. Tels sont les enjeux de cette nouvelle société qui se dessine.

    Cet ouvrage, qui ne se veut pas un antimanuel de politique, de management ou de marketing de la technologie, cherche à la fois à lutter contre les excès de cette société 5.0 souvent mal comprise, et à faire le pari de présenter les idées qui la composent, ainsi que les technologies associées, toutes oeuvrant pour l'amélioration sociétale. Parmi ces technologies, l'intelligence artificielle, la robotique, les plateformes numériques et l'impression 3D sont assurément les plus importantes.

  • En prolongement du User eXperience design (UXD) est introduit le Living eXperience Design (LivXD), ou design des expériences de vie. Il s'étend des usages aux pratiques, c'est-à-dire aux expériences d'un individu ou d'un groupe dans un contexte réel dont les dimensions spatiale, urbaine, sociale, temporelle, historique, juridique ou de normes sont prises en compte. Le LivXD conduit à penser dans sa globalité la promesse d'expérience pour les personnes auxquelles elle est destinée. Aussi, même si toutes les situations de la vie font de plus en plus appel à des dispositifs numériques, le LivXD concerne également une expérience plus large, sans numérique.


    L'ouvrage progresse depuis la définition du concept de LivXD et l'épistémologie associée jusqu'aux expérimentations de terrain dans certains domaines privilégiés : le rapport à la création et aux oeuvres, la médiation et la formation des adultes.

  • Nos relations quotidiennes, et plus largement les institutions, s'appuient sur un fondement symbolique mis en forme par les rites. Présents à tous les niveaux de la société, ceux-ci manifestent la part sacrée du social et représentent les traces de cultures et d'époques s'exprimant à travers eux.

    Cet ouvrage offre une théorisation anthropologique étayée par des illustrations tirées des champs politique, académique, médiatique et sociétal qui donnent corps à l'analyse. Faisant dialoguer des auteurs classiques tels que Marcel Mauss, Arthur Hocart, Émile Durkheim, Erving Goffman, Georges Balandier et Victor Turner, il propose également des concepts originaux qui prouvent la pertinence d'une lecture communicationnelle des rites. Véritable radiographie de notre société, il offre une grille d'analyse pour les cérémonies de notre époque et invite à un cheminement historique et anthropologique sur les traces du rite.

  • Après avoir été longtemps une pratique essentiellement occidentale, le « voyage d'agrément » est aujourd'hui l'industrie la plus dynamique au monde en termes de croissance. Se nourrissant du développement des moyens de transport et de communication, le tourisme participe désormais à la construction de notre Monde et à l'accroissement exponentiel des liens entre les continents et les différentes cultures.

    Dégagé des approches trop globalisantes qui confondent différents types de mobilités, cet ouvrage élabore une carte originale du Monde par grandes zones et lieux touristiques, et non par pays. La hiérarchie des destinations qui est dessinée est ainsi mise en évidence par les différents degrés de popularité et de flux de voyageurs, depuis les lieux universels où se rencontrent toutes les sociétés jusqu'aux lieux encore non fréquentés.

    Au-delà du constat d'un tourisme mondialisé, l'enjeu est de comprendre comment et pourquoi les sociétés accèdent à une vie meilleure par un développement durable, lequel englobe les dimensions sociale, économique et environnementale.

  • A l'ère de la révolution numérique et de l'avènement du Web 3.0, les plus jeunes sont désormais tout autant sollicités et mobilisés que leurs aînés par les nouveaux médias qui offrent des possibilités d'information et de communication démultipliées.

    L'éducation aux médias, de par son approche critique, doit permettre d'analyser et de comprendre les différents aspects, bénéfiques ou négatifs, de ces supports d'échange riches et ouverts. Haut lieu de l'apprentissage, l'école essaie d'intégrer cette nouvelle discipline afin d'enseigner l'usage pertinent et autonome des médias par les élèves et les enseignants, à la fois lecteurs, auteurs et diffuseurs de contenus. Mais, s'il est indispensable de former à une attitude éclairée et responsable, il faut également encourager la dimension créative et communicationnelle des médias auprès des usagers. Dans le contexte scolaire, la participation à la vie d'un journal offre une prise de parole médiatique qui permet l'exercice de sa citoyenneté et incite à l'adaptation et à l'innovation.

  • L'information et la scène du monde analyse de manière approfondie l'information et la communication. Tous les domaines du savoir sont concernés : philosophie, sciences de la société, biologie, médecine ainsi que la physique en passant du quantum au cosmos. La dynamique quantique est notamment déterminante pour penser les phénomènes de la matière tout en offrant un levier afin de comprendre le fonctionnement des informations élémentaires dans la nature. Cet ouvrage est construit autour de la thèse qu'il y a deux physiques concernant les « communications » et les « dispositions ». Il s'adresse aussi bien aux spécialistes scientifiques qu'aux lecteurs novices souhaitant comprendre les évolutions majeures qui se dessinent dans les champs de connaissance au XXIe siècle.

  • La relation entre techniques et sciences est étrangement négligée, évitée ou confiée à des intuitions discrètes, bien que sa clarification soit déterminante, notamment pour toute programmation d'une interdisciplinarité.

    Technicité versus scientificité montre que cette relation, sitôt qu'on l'interroge au lieu de la contourner, se révèle omniprésente dans les sciences, extrêmement diversifiée parmi elles et très modulable au cours des phases d'une recherche.

    Quatre anthropologues proposent ici des approches très différentes : ils ne prétendent pas épuiser le sujet, mais au moins montrer que ce contournement régulier est lourd de conséquences et qu'un vaste chantier devrait renaître à cet endroit.

  • La veille créative est une activité de recherche d'informations et de surveillance d'un environnement informationnel à des fins de créativité et d'innovation. Elle correspond au processus menant à l'élaboration d'une fourniture informationnelle adaptée à l'inspiration de personnels créatifs ou chargés d'innovation. Elle vise la reconnaissance de nouveautés (idées, produits, technologies, etc.), l'identification de nouveaux acteurs du monde de la création et de l'innovation, et le repérage de pistes de développements oubliées ou négligées. Méthodes et outils de veille créative expose de nombreux moyens inédits et d'autres plus classiques pour découvrir des nouveautés en cours de développement, anticiper le design de futurs produits, repérer des pistes d'inventions inexplorées, développer et analyser des stratégies d'innovation, ou encore reconnaître l'émergence d'artistes bientôt influents. Afin d'en faciliter la sélection, ces moyens sont présentés au lecteur par catégories permettant de répondre à un même type de problème ou un même principe de raisonnement.

  • Qu'est-ce que la couleur ? Que signifie « la bourse clôture en baisse de 5 % ce soir » ? Comment se définit un téléspectateur ? Comment le sens vient-il à l'image ? C'est à ces questions banales ou célèbres que répond La traque informationnelle. Un jeu, un divertissement récréatif sous forme de saynète fictionnelle, des énigmes et de multiples exemples viennent concrétiser les concepts et/ou les exposés théoriques présentés dans cet ouvrage, rendant l'approche plus intuitive et plus digeste. L'ensemble entend revisiter le processus informationnel ; la « donnée » en forme le pivot. Au plan scientifique, la perspective épistémologique est celle d'une « relativité radicale ». Dès lors, tout comme la trace qui porte en elle le spectre du processus qui l'a engendrée, la quête informationnelle relève de la traque de sens, où les « échafaudages interprétatifs » permettent d'inférer des réalités plausibles.

  • Interrogeant le couple éducation et territoire selon trois grands axes (évolutions historiques, interactions contemporaines, théorisations originales), cet ouvrage expose l'importance de la contextualisation territoriale de l'école : celle-ci n'apparaît donc plus en cette matière comme le point aveugle d'une recherche en sciences de l'éducation qui, jusqu'ici, s'occupait surtout des contextualisations sociales et institutionnelles.

    Ses quatorze chapitres analysent les nombreuses interactions développées entre éducatif (forme scolaire, pédagogie, didactique, orientation, etc.) et territorial (prescrit, vécu, rêvé, intériorisé). En effet, si le territoire peut impacter l'éducation en tant que contexte, il peut également jouer un rôle d'acteur éducatif jusqu'à se muer en « territoire apprenant ». Des questions d'importance sont dans ce cadre examinées au fil de l'ouvrage : inégalités territoriales d'éducation et d'orientation, politiques publiques territorialisées, et spécificités et points communs des écoles rurales et urbaines.

  • Le progrès technique laisse apparaître la possibilité d'un nouveau monde et d'une quatrième révolution industrielle centrée autour des données numériques et de l'intelligence artificielle. Dès lors, l'avènement du numérique et son omniprésence dans notre société créent un besoin grandissant de poser des repères éthiques face à cette nouvelle religion des données.

    Dans ce contexte, Le code éthique algorithmique s'interroge sur la capacité des nouvelles technologies de l'information et de la communication à créer des problématiques éthiques novatrices ou encore à renforcer certains dilemmes moraux classiques, et pose la question des limites, des enjeux et des risques relatifs à cette révolution numérique.

    Cet ouvrage analyse en quoi l'instauration de ce nouveau cadre de pensée néodarwinien doit abandonner une approche normative et contraignante pour aborder une vision évolutive plus éthique, adaptée et flexible allant dans le sens du progrès et de l'innovation. Le respect et la dignité de l'homme passent inéluctablement par cette nouvelle éthique du numérique.

  • Prise en étau entre les causalités caricaturales du déterminisme biologique et les abdications sinistres du relativisme sociologique, l'interdisciplinarité socio-écologique piétine. Elle a perdu de vue l'ambition d'un programme à long terme et ne travaille plus à instruire la recherche appliquée sur les prérequis concrets d'une coopération fiable, en dépit de l'accumulation des urgences.

    La difficulté tient au délaissement général et prolongé de procédures nécessaires, sous l'influence de présomptions philosophiques masquées. Au bout du compte, l'écologie, la sociologie, l'histoire, l'économie, l'agronomie, etc., se révèlent gravement handicapées par l'absence d'une épistémologie commune de la pratique comparative, absence entretenue par l'épistémologie dominante elle-même.

    Structures sociales et systèmes naturels s'emploie à montrer à partir de l'anthropologie sociale et de l'écologie une compatibilité scientifique de leurs recherches, moyennant des exigences méthodologiques qui sont déductibles des conditions d'existence de la science elle-même. Tout cela se résume à un constat : cet ouvrage sera une réussite si, et seulement si, il devient un début.

  • Ces dernières années ont vu apparaître une multitude de discours sur la « souffrance au travail ». Cette médiatisation impose une mise au point scientifique à laquelle cet ouvrage contribue.

    Il synthétise des recherches en sciences humaines et sociales sur les évolutions du travail, les thématise d'une façon originale, et montre que les déterminants économiques et politiques des évolutions du travail opèrent de façon éminemment spatiale sur l'activité des personnes. Ce programme d'analyse pluraliste revisite et renouvelle les questions du travail à partir d'apports de géographie sociale, par les concepts de lieu, d'espace et de territoire du travail.

    Prenant des exemples dans les secteurs tertiaire, industriel et agricole, Analyse du travail et géographie sociale propose également des outils pour agir. Ancrée dans une conception transformatrice de l'analyse, cette géographie sociale du travail est conçue comme un guide comprenant des fiches pratiques pour une analyse individuelle et possiblement collective de sa propre situation de travail.

  • Alors que la région est un des objets d'études scientifiques les plus obscurs et controversés de la géographie, le secteur du tourisme utilise aisément ce terme, à la fois dans la communication des destinations touristiques, mais aussi dans le langage courant pour caractériser des pratiques spatiales dépassant l'échelle du lieu. Cependant, le regroupement géographique de tous lieux, toutes animations, tous équipements ou tous hébergements ne fait pas d'un territoire perçu une région touristique.

    Afin de savoir comment la définir, cet ouvrage présente les courants de pensée et les interprétations de la région avancés par les géographes depuis le début du XXe siècle. Il traite des logiques d'acteurs identifiées dans les pratiques d'une destination touristique de dimension régionale et identifie la région comme une co-construction territoriale. Enfin, il analyse des réseaux régionaux multiniveaux de lieux touristiques bâtis selon des mobilités touristiques.

    En présentant plusieurs méthodes de mesure de la région touristique, cet ouvrage contribue à mieux appréhender les pratiques spatiales des touristes et à anticiper les actions des professionnels du tourisme.

  • L'intérêt industriel pour les textiles intelligents et plus largement les vêtements intelligents est croissant. Cet ouvrage met l'accent sur les aspects concrets de ce domaine et s'adresse aux lecteurs qui souhaitent se familiariser avec la complexité des questions entourant les textiles intelligents et les applications de vêtements intelligents, ainsi qu'aux concepteurs de produits.

    La première partie expose de manière concrète et détaillée les termes, marchés, tendances, normalisation, réglementation, données à caractère personnel, contraintes de sécurité. La deuxième partie présente de nombreuses spécificités techniques et physiques (optique, électrique, électronique) et des exemples de wearables classiques, de fibres, de textiles et de tissus intelligents utilisés pour l'habillement professionnel, sportif, bien-être, mode, sécurité (EPI) et médical. La dernière partie développe les technologies, les composants et les aspects de connectivité qui sont et seront utilisés dans ce segment de marché et présente en détail les aspects économiques et de coûts des wearables et des vêtements intelligents.

  • Dans un contexte où le changement climatique nous oblige à repenser nos représentations, Transport et urbanisme explore différentes pistes pour progresser vers une ville plus économe en énergie et plus respectueuse de l'environnement.

    La planification urbaine a jusqu'ici beaucoup pâti du cloisonnement des connaissances et des pratiques. À partir de ce constat, cet ouvrage a été conçu comme un dialogue entre transport et urbanisme, mais aussi entre sciences de l'ingénieur et sciences sociales. L'analyse systémique et l'approche historique intégrant les enseignements des deux derniers siècles constituent au plan méthodologique le cadre dans lequel se déploie ce dialogue.

    Cet ouvrage s'appuie sur des exemples de bonnes pratiques, identifie un ensemble de leviers d'actions et propose une méthode originale pour orienter et accompagner la transition urbaine qui laisse une large part d'initiative aux acteurs concernés.

  • L'analyse de la parenté constitue un enjeu majeur de l'anthropologie sociale. Cependant, le triomphe intellectuel du structuralisme l'a transformée en une tour d'ivoire et l'hégémonie méthodologique du fonctionnalisme lui a interdit toute compétence historique.

    Parenté, écologie et histoire dénonce ces bornes anciennes et pourtant tenaces. Il réinvente le chantier de l'étude de la parenté à partir de perspectives originales. L'écologie dans l'histoire et l'histoire comme réflexion conjecturale constituent les fondations sur lesquelles la parenté humaine peut être pensée. Qu'elle s'exprime sous la forme de modèles systémiques ou de pratiques articulées, elle devient alors ostensible comme moyen d'action et de transformation de la vie en société.

    Les trois cas d'étude présentés dans cet ouvrage donnent corps à ces nouvelles problématiques. Ils déconstruisent les modèles existants pour resituer la question de la parenté comme condition et conséquence de l'évolution sociale.

  • L'interdisciplinarité ne relève pas simplement d'un contexte de recherche scientifique comprenant plusieurs disciplines. Elle provient d'un besoin croissant de méthodes et de connaissances multi-points de vue sur des objets d'étude multiformes et complexes, dans le but d'articuler, de confronter et si possible de rendre cohérentes ces connaissances.

    Méthodes et interdisciplinarité offre une catégorisation des différents modes d'interdisciplinarité, puis traite des mécanismes d'hybridation entre disciplines à travers des exemples spécifiques. Il montre d'une part comment une même question d'intérêt est traitée selon divers points de vue par plusieurs disciplines, ce qui peut donner lieu à des connaissances complémentaires voire contradictoires. Il illustre d'autre part comment des méthodes de certaines disciplines permettent d'articuler les approches qualitatives ou quantitatives d'une autre discipline.
    />

  • La collecte et le traitement des traces de ce que nous sommes et de ce que nous faisons suscitent le désir, le pouvoir et l'inquiétude. Mais savons-nous réellement ce qu'est une trace ?

    L'évidence des traces masque la complexité des processus qui permettent de les produire, de les interpréter et de les utiliser. Cet ouvrage propose une démarche raisonnée pour analyser la trace comme objet et comme signe, comprendre comment les médias participent à sa création et à son déploiement, et mettre en évidence les enjeux que soulève la vie des traces dans la vie sociale. Il offre une mise en perspective historique, un retour aux théories fondatrices et l'étude d'un grand nombre de dispositifs différents.

    La fabrique de la trace est un outil de pensée et de travail destiné aux chercheurs, aux acteurs sociaux et aux professionnels confrontés à l'existence, au traitement et à l'interprétation des traces de la société et de la culture.

empty