Iste

  • Les bouleversements scientifiques et technologiques du XXe siècle et les questions et difficultés qui les ont accompagnés (changement climatique, énergie nucléaire, OGM...) ont accru la nécessité de penser et d'encadrer le progrès technoscientifique et ses conséquences. Les évaluations d'experts et les comités d'éthique ne peuvent cependant plus être aujourd'hui les seules sources de légitimité pour appréhender l'acceptabilité sociale et la désirabilité éthique de ces progrès. La responsabilité doit être plus largement partagée, tant au sein de la société que dans la conduite des projets de recherche et d'innovation. Cet ouvrage présente les principaux travaux sur l'Innovation et la recherche responsables (IRR) envisagées sous l'angle de la responsabilité morale, dont il mobilise pas moins de dix conceptions pour dégager celles qui sont positives et défendre un pluralisme interprétatif et combinatoire. En ce sens, il fait preuve d'innovation morale. Il analyse de nombreux cas et propose des perspectives rarement abordées dans ce domaine émergent (pratiques actuelles d'évaluation éthique, souci de l'intégrité dans la recherche, dispositifs d'évaluation technologique participative...). Il contribue aux promesses de l'IRR, qui reste largement sous-déterminée théoriquement alors même qu'elle reconfigure les relations entre sciences, innovation et société.

  • Les interfaces cerveau-ordinateur (Brain-Computer Interfaces, BCI) sont des dispositifs qui mesurent l'activité cérébrale et la convertissent en messages ou commandes, offrant ainsi de nombreuses possibilités d'investigation et d'application. Pluridisciplinaire, cet ouvrage donne les clés pour comprendre et concevoir ces interfaces qui font appel à des connaissances relevant de nombreux domaines tels que les neurosciences, les statistiques, l'informatique et la psychologie. Le premier volume, Fondements et méthodes, apporte les bases nécessaires à la compréhension du fonctionnement des BCI. Il présente d'abord les principes anatomiques et physiologiques qui permettent d'appréhender l'activité cérébrale intervenant dans les interfaces cerveau-ordinateur, puis détaille les méthodes de traitement du signal et d'apprentissage automatique. L'utilisation des BCI est ensuite étudiée, notamment au travers des problématiques de l'apprentissage humain et de l'interaction entre l'homme et la machine. Les notions essentielles développées dans cet ouvrage sont accessibles à toute personne s'intéressant aux interfaces cerveau-ordinateur. Des parcours thématiques proposent d'approfondir plus en détail les connaissances par discipline.

  • Les interfaces cerveau-ordinateur (Brain-Computer Interfaces, BCI) sont des dispositifs qui mesurent l'activité cérébrale et la convertissent en messages ou commandes, offrant ainsi de nombreuses possibilités d'investigation. Ce second volume, Technologie et applications, permet d'appréhender le potentiel mais également les limites des BCI. Il présente leur utilisation dans différents domaines tels que les jeux vidéo, les neurosciences cognitives, le diagnostic de troubles de la conscience ou encore l'autonomie des personnes handicapées. Illustré d'exemples fonctionnant avec le logiciel libre OpenViBE, il aborde tous les aspects techniques de mise en place d'une BCI, que ce soit du point de vue matériel ou logiciel. Les enjeux sociétaux de ces nouvelles technologies sont également exposés. Les notions essentielles développées dans cet ouvrage sont accessibles à toute personne s'intéressant aux interfaces cerveau-ordinateur. Des parcours thématiques proposent d'approfondir plus en détail les connaissances par discipline.

  • Pratique et conceptuelle, la série Innovation et recherche responsables contribue à la clarification de cette nouvelle exigence pour toutes les sciences et l'innovation technologique. Elle aborde la responsabilité de façon pluraliste et internationale, en exploitant diverses ressources philosophiques. Elle traite notamment des thèmes suivants : éthique, contingence, économie normative, liberté, responsabilité sociétale des entreprises (RSE), évaluation technologique participative, développement durable, géoengineering, principe de précaution, normes, interdisciplinarité et gouvernance climatique.

    S'appuyant sur des contributions philosophiques, politiques et scientifiques, cet ouvrage va au-delà de l'univers de la recherche et de l'innovation et offre une discussion démocratique et multidimensionnelle du meilleur des mondes. L'auteur y présente une éthique des sciences renouvelée et pluraliste (méta-éthique) englobant des aspects politiques et économiques.

    L'apport de La délibération des meilleurs des mondes est double. En plus d'aider à la décision responsable en contexte d'incertitude scientifique, il offre une nouvelle interprétation du principe de précaution comme forme de gouvernance interdisciplinaire apte à anticiper les mondes à venir.

  • Pratique et conceptuelle, la série Innovation et recherche responsables contribue à la clarification de cette nouvelle exigence pour toutes les sciences et l'innovation technologique. Elle aborde la responsabilité de façon pluraliste et internationale, en exploitant diverses ressources philosophiques. Elle traite notamment des thèmes suivants : éthique, contingence, économie normative, liberté, responsabilité sociétale des entreprises (RSE), évaluation technologique participative, développement durable, géoengineering, principe de précaution, normes, interdisciplinarité et gouvernance climatique.

    Trop souvent, la théorie de la gouvernance est le parent pauvre des réflexions sur la politique d'innovation et de recherche responsables (IRR). Pourtant, un modèle de gouvernance réflexive a récemment émergé dans les débats scientifiques. Ce modèle entend privilégier les effets produits par l'engagement des acteurs dans des actions coopératives partagées, de manière à mieux tirer parti de l'accumulation de nouveaux savoirs à travers l'expérimentation collective de solutions coélaborées. Ces mécanismes réflexifs basés sur l'autoconfrontation des savoirs et l'auto-évaluation des normes constituent un cadre d'action collective qui permet de mieux saisir l'apport des réseaux et des partenariats dans la production de la recherche et de l'innovation.

    Gouvernance réflexive de la recherche et de la connaissance innovante traite de la genèse de ce modèle en analyse les forces et examine les bénéfices de son application dans le domaine de l'IRR.

  • Intonation, structure prosodique et ondes cérébrales présente de nouvelles bases pour l'analyse et la description phonologique de l'intonation du français. Les concepts de groupes accentuels et de structure prosodique y sont exposés à la lumière des découvertes les plus récentes portant sur les oscillations cérébrales, et en particulier sur le rôle des ondes thêta et delta dans la production et la compréhension du langage.

    Le positionnement spécifique des syllabes accentuées en français, langue dépourvue d'accent lexical, trouve ainsi une explication d'ordre cognitif. De même, les limitations cérébrales de mémorisation permettent de rendre compte de l'élaboration d'une structure prosodique élaborée dynamiquement lors du déroulement de l'énoncé. Sont exposés ici de nombreux exemples de parole lue ou spontanée, oralisée ou silencieuse, visant à illustrer ces différents concepts.

    L'ouvrage présente également des travaux pratiques d'analyse prosodique, confirmant que l'intonation de l'énoncé, loin d'être une « coquetterie » syntaxique, constitue la base phonologique qui permet au langage d'exister.

  • "Reformulation et acquisition de la complexité linguistique propose une nouvelle réponse à la question de l'appropriation ou de l'acquisition de la langue maternelle, objet complexe, à la fois stable et en perpétuelle transformation.

    Cette réponse est fondée sur le principe reformulatoire que les enfants appliquent spontanément. Ce principe est illustré, ici, auprès d'enfants qui restituent la même histoire. Ils ont 6, 8 et 10 ans et grandissent dans les langues maternelles suivantes : français, italien, croate et polonais.

    L'ouvrage démontre que l'acquisition de toute langue maternelle s'explique par l'application de diverses procédures de reformulation entre énoncés sources et énoncés reformulés et que ces procédures sont comparables d'une langue à l'autre et différentes d'une tranche d'âge à l'autre. Il interroge certains phénomènes complexes, au niveau lexical ou syntaxique, et analyse comment les enfants, en fonction de leur âge, traitent ces phénomènes. Enfin, il montre que l'acquisition de la langue maternelle est une entreprise fondamentalement linguistique."

  • La médiation est une pratique très ancienne qui renaît aujourd'hui pour répondre aux besoins du monde contemporain. Elle est ainsi de plus en plus présente dans les sociétés actuelles.

    Cet ouvrage présente les fondements théoriques de la médiation ainsi que la façon dont les enseignants-chercheurs en sciences de l'information et de la communication (SIC) s'approprient ce concept pour le développer et l'utiliser dans leurs problématiques. Qu'il s'agisse de médiation communicationnelle, informationnelle, culturelle, organisationnelle ou sociétale, elle appartient à un champ de recherche, pleinement investi par les SIC, qui voit en elle un processus de dépassement des conflits, de rétablissement de la communication et de construction des liens sociaux.

    La médiation inaugure cette série par sa contribution à un état de l'art théorique des concepts utilisés par la communauté des SIC. Il s'adresse aussi bien aux enseignants-chercheurs qu'aux étudiants, ou encore aux professionnels de l'information, désireux de réfléchir à leur pratique quotidienne.

  • Concept polymorphe, le pouvoir s'impose dès l'Antiquité. Que ce soit en caractérisant les phénomènes de domination, d'adhésion ou de soumission volontaire, il éclaire les rapports sociaux ainsi que, depuis le XXe siècle, les relations interpersonnelles.

    Cet ouvrage offre tout d'abord un panorama audacieux par ses rapprochements, à travers le temps et à travers les disciplines, de différentes propositions théoriques se rapportant au pouvoir. Il expose ensuite les travaux des chercheurs en sciences de l'information et de la communication qui puisent dans ces propositions les matériaux leur permettant de développer leurs propres analyses.

    Ces analyses revisitent le pouvoir discursif à l'aune des phénomènes de communication et d'information. Elles appréhendent les technologies du numérique en problématisant les phénomènes d'influence, de contrôle et d'accès aux savoirs. Enfin, elles pensent les médias à la lumière d'un pouvoir inhérent aux médiations sociales, publicitaires et journalistiques.

  • Lexique transversal et formules discursives des sciences humaines propose une synthèse de travaux menés autour du lexique scientifique transdisciplinaire (LST) en français, c'est-à-dire le lexique employé par les auteurs scientifiques pour décrire et conceptualiser les résultats de leurs recherches. Propre au genre, par-delà les disciplines, ce LST est indispensable à la recherche et à l'écriture scientifique, essentiellement dans les disciplines des sciences humaines.

    Cet ouvrage présente une description des caractéristiques lexicales et discursives des écrits de recherche en sciences humaines. Sont abordées les propriétés sémantiques, syntaxiques et discursives du lexique et de la phraséologie de ce genre. Figurent en annexes un inventaire des unités lexicales transdisciplinaires, ainsi que des classes sémantiques organisant cet inventaire. L'ouvrage sera donc particulièrement utile aux enseignants et aux étudiants soucieux de comprendre les rouages de l'écriture de recherche dans des disciplines variées.

  • Les enseignants éprouvent le besoin d'obtenir des outils issus de leurs travaux, directement applicables en classe, particulièrement en didactique de la lecture-écriture. Ainsi, la diffusion des résultats de recherche interroge le rôle de la formation continue dans l'appropriation de ces résultats.

    Cet ouvrage s'empare de cette problématique et expose des projets de recherche menés au Québec et en France. À partir d'une variété de moyens, notamment en créant du matériel pédagogique ou en engageant les enseignants dans une démarche de recherche, les auteurs témoignent de l'importance accordée à l'appropriation et à la diffusion de leurs résultats dans les milieux scolaires. Bien que ces dernières étapes complexifient parfois le travail des chercheurs, elles sont nécessaires pour développer et maintenir des relations entre la recherche et la pratique.

  • Parler, écrire, échanger, c'est faire l'expérience d'un partage du sens plus ou moins réussi, mais toujours attendu, sur le fond d'un monde de représentations et de perceptions présumées communes.

    Fondées sur des faits linguistiques empiriques circonscrits et des problématiques clairement définies, les études ici rassemblées analysent les mécanismes, régularités, stratégies qui soustendent ou affectent une telle expérience. En examinant des données issues de champs divers (interaction, discours, variation, etc.) dans leur relation avec la notion complexe de sens commun, l'ouvrage montre combien la question du partage du sens renouvelle le regard porté sur l'intercompréhension linguistique. Celle-ci n'est plus considérée dans cette perspective comme un postulat soustrait à tout questionnement, mais comme le produit d'une dynamique entre interlocuteurs mobilisant un commun plus ou moins stabilisé, voire parfois problématique.

    Le partage du sens apporte ainsi sa contribution à une modélisation opératoire de l'intercompréhension dans les langues.

  • L'Homme utilise de nombreux outils et en fabrique sans cesse de nouveaux. Il bâtit et construit. Sa matérialité est telle que les changements qu'il provoque sur l'environnement pourraient mettre en péril sa propre survie. Il devient alors nécessaire de s'interroger sur les origines cognitives de cette matérialité.

    L'instinct de l'Outil répond à ce questionnement en s'écartant diamétralement de l'idée que l'utilisation d'outils se résume à une activité manuelle. Il propose une perspective originale visant à dépasser bon nombre de préjugés sur le rapport de l'Homme à l'outil. La propension humaine à fabriquer et utiliser des outils reposerait sur une capacité, peut-être unique à l'espèce, consistant à générer ses propres problèmes physiques, révélant par là l'existence d'un raisonnement dirigé vers son monde physique.

  • Les Langues des Signes (LS) sont des langues naturelles visuo-gestuelles pratiquées au sein des communautés de sourds. L'ingénierie des LS traite des problématiques issues de diverses disciplines comme la linguistique, les études de corpus, la modélisation et l'implémentation informatique (reconnaissance de formes, informatique graphique, etc.). Cet ouvrage interdisciplinaire présente une vue d'ensemble de la recherche sur la LS française (LSF) en la replaçant dans le contexte international. Linguistes et informaticiens proposent, par le prisme de leur double compétence, un état des lieux de la recherche sur la LSF accessible aux étudiants et chercheurs intéressés par les LS, par la linguistique, par le traitement automatique des langues et la conception d'applications consacrées aux LS.

  • A l'heure où les rencontres virtuelles tendent à se développer et à envahir notre vie, il semble urgent de proposer un nouveau regard sur les processus qui accompagnent toute rencontre en face à face, où la confiance joue un rôle central. Les dynamiques de la rencontre offre un modèle qui décrit et intègre de manière interactive les processus liés à la communication interpersonnelle, les processus cognitifs et les processus d'individuation de la personne humaine. Ce modèle fait apparaître une compréhension nouvelle des enjeux multiples d'une rencontre. Cette démarche permet de poser un diagnostic, de se former en vue d'une amélioration des relations humaines et d'avoir une attitude constructive dans les conflits. Le modèle final permet d'identifier et de gérer les différences irréductibles qui s'y révèlent, et débouche sur une éthique de la rencontre qui propose un ensemble de conditions nécessaires à sa réussite.

  • La vie sociale est structurée par des formes, donnant tout leur sens aux relations, aux communautés, à la construction des expériences individuelles et à la transmission des valeurs collectives. Ces formes constituent des instances de médiation structurant les processus de communication, tout en configurant la perception que les acteurs ont de la réalité sociale. Elles sont à la fois technologiques, linguistiques, narratives interactionnelles, symboliques (tels les rites), culturelles, organisationnelles et architecturales. Mais il peut aussi s'agir de dispositifs techno-médiatiques ou encore de représentations, comme les formes mentales. Toutes contribuent à « architecturer » notre rapport à nous-mêmes, aux autres et au monde, formant notre perception même des choses. Proposant des analyses thématiques, mêlant approches théoriques et empiriques, cet ouvrage traite des formes de la communication dans toute leur richesse et leur complexité.

  • Les jeux avec but, ou GWAP, permettent de collecter des données ou de résoudre des problèmes trop complexes, ou trop coûteux en termes de moyens pour être résolus par des machines. Ces activités ludiques, qui représentent un type de jeu sérieux, sont délicates à concevoir, car elles doivent être à la fois attrayantes et utiles. Jeux et intelligence collective présente et analyse des GWAP à thématiques spécifiques (biologie, médecine, traitement automatique du langage, etc.). Il développe plus particulièrement le projet JeuxDeMots, un ensemble de GWAP dont l'objectif est de construire une grande base de connaissances lexicales à l'aide de jeux. L'étude de ces différents concepts permet de définir les critères qu'il est important de privilégier dans la conception d'un GWAP afin d'en faire un outil efficace pour l'acquisition de données exploitables ou la résolution de problèmes.

  • Chaque discipline se fonde en principe à travers son propre langage. Partagée entre objectivité scientifique et subjectivité autobiographique, l'ethnologie vit quant à elle un dialogue complexe voire conflictuel avec la littérature. Les écrits des ethnologues de la première génération - Marcel Griaule, Maurice Leenhardt, Claude Lévi-Strauss, Michel Leiris et Alfred Métraux - reflètent ce dédoublement de l'écriture où cohabitent textes classiques et productions plus expérimentales. Ces auteurs placent la réalité du terrain au coeur de leurs récits à un moment historique où l'ethnologie française développe ce type de recherche. Le texte et le terrain analyse l'écriture dédoublée comme un phénomène qui incarne à lui seul la tension de cet échange disciplinaire, faisant naître le besoin d'écrire autrement afin de mieux se définir soi-même et de renforcer ses propres bases identitaires. Il explore la façon dont le langage cherche à garder l'authenticité de l'expérience en analysant les rapports du texte et du terrain.

  • L'énoncé « Où avez-vous mis le corps ? » présuppose qu'il y a un cadavre et que vous l'avez caché. La plupart de nos échanges langagiers sont ainsi porteurs de présuppositions qui contraignent sémantiquement et pragmatiquement nos prises de parole. La conceptualisation de ce phénomène est complexe et nécessite de mettre en oeuvre une théorie du contenu qui distingue l'objet déclaré de l'énonciation de ce qui est exprimé tacitement. Des mondes antiques aux sciences du langage contemporaines, A la recherche de la présupposition sonde l'histoire des systèmes linguistiques, philosophiques et logiques, afin de dégager les différentes théorisations de ce concept devenu central au XXe siècle dans la philosophie du langage. La première partie explore la présupposition dans l'analyse linguistique antique, médiévale et classique. La seconde partie examine, aux XIXe et XXe siècles, les différentes approches pragmatiques, cognitives ou formelles, et présente les apories et questionnements actuels soulevés par la présupposition.

  • Afin de capter l'opinion, la parole politique a recours à diverses stratégies de communication dont la répétition est l'un des outils rhétoriques. La lexicométrie vise à analyser ces discours de manière objective sous un prisme quantitatif. Cet ouvrage d'introduction à la statistique textuelle propose de décrypter la parole présidentielle à travers un rituel discursif bien connu : les voeux des présidents de la Cinquième République. Analysant le corpus des discours de de Gaulle, Pompidou, Giscard d'Estaing, Mitterrand, Chirac, Sarkozy et Hollande, cette approche lexicométrique effectue une étude comparée du vocabulaire politique fondée sur des modèles statistiques. Elle permet ainsi de dégager des évolutions lexicales significatives, de caractériser certains traits idéologiques, de mettre en évidence les thématiques favorites, le style et le caractère des dirigeants politiques. Didactique, Analyses lexicométriques des voeux présidentiels présente les notions fondamentales de la lexicométrie. Il s'adresse aux chercheurs en linguistique, aux universitaires mais également aux étudiants souhaitant se former à la statistique lexicale.

  • Le traitement automatique des langues (TAL) connaît aujourd'hui un essor majeur. Au carrefour de l'informatique, de la linguistique et de la psychologie cognitive, il se développe grâce à la disponibilité croissante de données numériques en langues naturelles.

    Pluridisciplinaire, ce premier volume donne les clés pour comprendre et concevoir des systèmes de TAL. Traitement automatique des langues et linguistique informatique 1 fournit au lecteur des connaissances théoriques et pratiques sur le traitement de la parole, de la morphologie et de la syntaxe ainsi que sur les ressources linguistiques destinées au TAL.

    Parmi les nombreuses applications du TAL, sont abordés dans cet ouvrage, la reconnaissance et la synthèse automatiques de la parole, l'analyse morphologique automatique, l'étiquetage en parties du discours ainsi que l'analyse syntaxique automatique.

  • Inadéquations, approximations, ambiguïtés : tel est le lot courant des phénomènes susceptibles d'entraver la compréhension. La communication, notamment orale, nécessiterait en théorie bien des répétitions préalables pour atteindre une véritable justesse - ou, du moins, une adéquation entre le dire et le « vouloir dire » des énonciateurs. Les langues offrent néanmoins la possibilité de se défaire momentanément de la linéarité discursive, et de faire place au regard réflexif afin de revenir sur son propre dit pour opérer des changements de formulation ou de perspective énonciative. Toutes ces opérations de travail second à partir d'un segment déjà énoncé constituent autant de réajustements que cet ouvrage se propose d'analyser. À partir d'un large corpus d'anglais contemporain, Réajustement(s) du discours en anglais contemporainexamine les phénomènes de reformulation, mais aussi de recentrage du propos, de distanciation ou encore de réajustements relatifs à la structure même du discours.

  • Pratique et conceptuelle, la série Innovation et recherche responsables contribue à la clarification de cette nouvelle exigence pour toutes les sciences et l'innovation technologique. Elle aborde la responsabilité de façon pluraliste et internationale, en exploitant diverses ressources philosophiques. Elle traite notamment des thèmes suivants : éthique, contingence, économie normative, liberté, responsabilité sociétale des entreprises (RSE), évaluation technologique participative, développement durable, géoengineering, principe de précaution, normes, interdisciplinarité et gouvernance climatique.

    Pour certains, « innovation responsable » n'est qu'un oxymore, un moyen de masquer d'un drap de vertu des pratiques économiques qui ne seraient qu'égoïstes et intéressées. Pour d'autres, théoriciens et acteurs de l'innovation, l'expression représente un formidable levier d'action et une source conceptuelle riche dans laquelle puiser de nouvelles façons d'innover.

    L'articulation entre ces différents niveaux de normes - économiques et éthiques, mais aussi légales et politiques - fait l'objet d'une réflexion approfondie autour de l'idée de responsabilité sociale de l'entreprise (RSE). En reprenant certains débats autour de la RSE, cet ouvrage analyse les diverses justifications que celle-ci apporte pour convaincre les acteurs économiques soumis aux puissantes forces du marché de leur engagement responsable.

    L'ouvrage explore également l'apport spécifique du concept d'innovation responsable pour faire face aux ruptures technologiques, sociales et politiques générées par l'innovation ; il s'appuie, pour cela, sur des ressources philosophiques comme l'éthique de la vertu et l'éthique du « souci de ».

  • Le traitement automatique des langues (TAL) est une discipline scientifique qui se trouve à l'intersection de champs tels que l'intelligence artificielle (IA), la linguistique et les sciences cognitives. Pluridisciplinaire, cet ouvrage fournit les clés pour comprendre et concevoir plusieurs types de systèmes de TAL.

    Parmi les nombreux sujets théoriques couverts, une attention particulière a été accordée aux théories du sens lexical, à la sémantique formelle ainsi qu'à l'analyse du discours. D'un point de vue pratique, cet ouvrage passe en revue des applications telles que les bases de données lexicales et les ontologies, la traduction automatique, la recherche d'information ainsi que l'extraction d'informations, d'opinions et de sentiments à partir de grandes masses de données. Sont également abordées les architectures des systèmes de TAL (linguiciels) en relation avec les modèles cognitifs ainsi que les différentes approches d'évaluation de ces systèmes.

empty