Arts et spectacles

  • Merci Jean Ferrat

    Georges Grard

    Samedi 13 mars 2010...
    La nouvelle est tombée : « Jean Ferrat s'est éteint aujourd'hui... ».
    Je suis frappé par la douleur. L'artiste m'a construit, l'homme m'a ému.
    Deux heures plus tard, le téléphone sonne... C'est Julie, mon premier amour d'il y a 30 ans...
    - Depuis que j'ai appris la mort de Ferrat, je ne pense qu'à toi...
    L'auteur se met à nu pour offrir un hymne au plus précieux des trésors : la fidélité des sentiments et la foi en l'homme.

  • C'est quoi une vie de Charlots ?
    Une vie d'un sou et d'insouciance !
    Jean Sarrus nous fait revivre avec malice et un naturel désarmant la folle histoire des Charlots !
    Un quotidien incroyablement délirant, à l'image de leurs prouesses scéniques, discographiques ou cinématographiques.

    Au mois de juin 1966, Luis Rego, Gérard Rinaldi, Gérard Filippelli, Donald Rieubon et Jean Sarrus forment les Problèmes et entourent le chanteur Antoine. Ainsi naît le « premier groupe de rythm'blues 100% français ». Leur humour franchouillard, leur accent berrichon, leur petit air demusette fontmouche ! Et que Jean-Guy Fechner remplace Donald Rieubon, parti au servicemilitaire, ne change rien à l'affaire.
    Ces véritables showmen entament leur premier tour de France et fontmourir de rire desmillions de spectateurs.Avant de connaître la consécration !

    Jean SARRUS retrace avec verve leurs trépidantes aventures, leurs voyages, leurs films, leurs rencontres d'exception, leurs délires, leurs coups durs aussi. Et on redécouvre avec jubilation et nostalgie une des sagas les plus fantaisistes des années 60 à nos jours (un « 100% Charlots » revisité, complété et prolongé) !

  • LorsqueMichaël a eu le bras arraché par une grenade, étourdi par la douleur, abrité sous son véhicule blindé dans la chaleur de l'été afghan, il n'a eu qu'une seule idée en tête :
    Retrouver son alliance. Alors qu'il risque sa vie, il ne pense qu'à ce Nord de la France où l'attendent sa femme, et ses enfants. Comme plusieurs centaines d'autresmilitaires français engagés dans le conflit afghan,Michaël est rentré chez lui avec le corpsmutilé.
    D'autres n'ont pas eu sa « chance ». Ils sontmorts au combat, pour la France.
    Depuis la guerre d'Algérie, l'Afghanistan a été le théâtre d'opérations le plusmeurtrier pour l'armée française. En photographiant les conséquences de la guerre, Philippe de Poulpiquet nousmontre son vrai visage.

empty