Sciences humaines & sociales

  • RISS N.177

    Revue Riss

    • Eres
    • 21 Février 2004
  • RISS T.195 ; le savoir mondial

    Riss

    • Eres
    • 17 Octobre 2013

    Le présent numéro propose deux lectures complémentaires du savoir mondial. Un premier dossier, établi sous la direction de Nico Stehr et Ulrich Ufer, a pour thème les savoirs dans le contexte de la mondialisation. Il examine la protection des savoirs traditionnels, les relations entre savoirs mondialisés et développement, et les savoirs tacites. Il souligne la différence qui existe entre savoir et simple information, et montre comment l'enracinement local des savoirs constitue un obstacle sérieux à leur diffusion horizontale et verticale et en limite les possibilités. Par ailleurs se pose la question de la propriété des savoirs mondialisés. Nul ne peut dire encore quelle sera l'issue de cette problématique : diffusion sans entrave ou concentration du savoir.
    Un second dossier, confié à Rosemary Du Plessis et Peggy Fairbairn-Dunlop, décrit d'un point de vue régional la production de savoir dans le Pacifique, expressément considéré sous l'angle éthique. Mettant en relief l'importance des droits collectifs en tant qu'idéaux dans le Pacifique, et la nécessité de reconnaître la valeur des systèmes de savoirs autochtones, en particulier la manière collective dont ces savoirs sont produits, partagés et utilisés, il montre ce qui fait la spécificité de certaines cultures autochtones du Pacifique et ce qui leur est commun, et comment se créent des espaces « négociés » entre la pensée autochtone et la science occidentale.

  • La légitimité est l'un des concepts centraux de la science politique. Ce numéro revient sur la légitimité à travers une réflexion critique sur la typologie proposée par le célèbre sociologue allemand Max Weber (1864-1920), qui distingue les légitimités « traditionnelle», rationnelle-juridique » et « charismatique ». De longue date, le fondement de la distinction de Weber fait objet de critiques théoriques : les contributeurs de ce numéro soutiennent, de surcroit, que la distinction en trois catégories est désormais sans contenu empirique pertinent. Il est donc nécessaire d'adopter une nouvelle perspective sur ce qui fait la stabilité ou l'instabilité des régimes ou des Etats. Se référant à un large éventail de cas empiriques, y compris l'Union européenne, l'Amérique latine, l'Italie, la perception du leadership politique et le rôle des médias, les auteurs soulignent l'importance de comprendre la diversité des processus de délégitimation. Il n'y a pas de dynamique unique qui prive de légitimité les régimes, les Etats ou les chefs d'Etat. D'ailleurs, même dans des cas spécifiques, il est souvent très difficile de saisir exactement pourquoi un système a basculé vers une nouvelle configuration. Très souvent, la légitimité n'est pas tant le cadre d'une analyse causale du changement politique que le langage rétrospectif qui sert à raconter une crise qui a déjà eu lieu. C'est précisément la dimension narrative de la légitimité qui en fait un facteur puissant dans les débats politiques les plus divers.

  • La diversité culturelle est un point d'ancrage essentiel pour une action mondiale en faveur du développement durable.. Mais pour pouvoir gérer, il faut d'abord connaître. Des Philippines au Bénin, du subarctique à la Mélanésie, de la Thaïlande à la France, ce numéro est consacré aux relations des sociétés locales et autochtones à la nature. Les textes se penchent sur des objets hybrides, à la fois naturels et culturels, à la frontière du domestique et du sauvage : races et variétés locales, productions localisées ou paysages modifiés par les sociétés et qualifiés de naturels et culturels.

    1/2006

  • La plateforme d'action adoptée en 1995 à Beijing a été accueillie comme un référendum sur les droits humains des femmes dans douze domaines essentiels de préoccupations (égalité dans l'éducation, l'accès à l'emploi et au revenu, l'élimination de la pauvreté, la participation politique, la lutte contre les violences). Dix ans après, ce numéro fait le point sur la situation et les droits des femmes aux points de vue social, économique, culturel et politique. Ainsi si les auteurs notent les progrès réalisés, ils pointent tout autant le travail qui reste à faire pour les gouvernements, les organisations internationales et les associations de femmes.

  • Symbole du progrès et de l'amélioration de la condition humaine, l'allongement de la durée de la vie soulève des inquiétudes au sein de la communauté internationale et appelle des politiques concertées. C'est en Europe continent le pus touché par ce phénomène que l'on trouve les débats politiques et sociaux les plus vigoureux. Ce numéro présente les résultats des principaux projets de recherche financés par l'Union européenne sur ce sujet et proposant un bilan critique d'un paradigme conçu afin de répondre au vieillissement en tant que défi social et politique à la fois transversal et multisectoriel.

  • RISS N.163

    Collectif

  • RISS N.164

    Collectif

  • RISS N.170

    Revue Riss

    • Eres
    • 15 Janvier 2002
  • RISS N.176

    Revue Riss

    • Eres
    • 5 Décembre 2003
  • RISS N.179

    Revue Riss

    • Eres
    • 22 Septembre 2004
  • Portée par la deuxième vague du mouvement féministe, la recherche universitaire a montré la manière dont les relations homme/femme sont inscrites dans les lois et les normes, les pratiques culturelles, les relations sociales et les actions collectives, ainsi que dans les institutions sociales comme les marchés, les systèmes étatiques, les normes familiales, les systèmes éducatifs et les médias. Certaines conclusions de cette recherche ont été adoptées par des organisations internationales qui donnent clairement mandat au système des Nations Unies pour travailler dans le sens de la concrétisation de l'égalité homme/femme et des droits des femmes. Ces organisations ont besoin de la collaboration des gouvernements afin de développer l'autonomisation des femmes dans les domaines sociaux, politiques, économiques et culturels. Les essais du premier dossier examinent les différentes façons dont les connexions entre activisme, recherche et politique ont fait progresser les droits des femmes dans différents cadres nationaux. Le deuxième dossier revisite une figure clé des sciences sociales contemporaines :
    Michel Foucault. Des concepts dérivés de ses oeuvres (y compris le pouvoir/la connaissance, la gouvernementalité, la subjectivation, le soi éthique, la capillarité, etc.) ont été largement utilisés, souvent loin de leur contexte original, pour proposer des perspectives innovantes dans une vaste gamme de disciplines. Les essais recueillis ici se concentrent sur une série de problèmes, en particulier le " politique " au sens large du terme, dans des zones (Afrique, Asie du Sud-est, Amérique Centrale, relations internationales) qui ne font pas partie du cadre de référence de Foucault.
    Partant de perspectives très différentes, les auteurs se retrouvent sur un point clé : les concepts ne se contentent pas de " voyager ", ils se transforment lorsqu'on les utilise. Mais quand la transformation devient-elle distorsion ? La question reste ouverte...

empty