Dunod

  • Êtes-vous prêts à relever le pari de la médiation culturelle ? Cet ouvrage a été conçu pour permettre aux enseignants et aux élèves d'explorer cette nouvelle modalité de transmission des textes et des savoirs en lisant Le Tour du monde en quatre-vingts jours de Jules Verne. Sur les traces de Passepartout, les élèves, à partir de 8 ans, entendront le texte original réécrit pour en faciliter la lecture à voix haute par les professeurs et les parents. Après la lecture, des questions ouvrent un temps de débat. Cet entraînement à l'argumentation permet, en suivant la méthode de Serge Boimare, une entrée facilitée dans les apprentissages. Chaque épisode possède ses activités orales ou écrites de prolongements : vocabulaire, écriture, géographie, histoire, anglais, mathématiques, sciences et arts. Autant de défis à relever pour les élèves, adaptables à leur niveau !

  • L'école n'est plus ce sanctuaire à l'entrée duquel, l'agitation cédant au recueillement, les conditions se créent spontanément pour apprendre. Pour concilier bienveillance et exigence, l'enseignant doit savoir désarmer toute menace par un don. Il lui faut puiser dans une sagesse qui va bien au-delà de la maîtrise des savoirs disciplinaires ou doctrinaux. Ce livre raconte comment, longtemps prise dans la dérive de l'exigence, l'auteur, institutrice puis professeur des écoles, a finalement appris à puiser dans la sagesse d'Épicure, des stoïciens et de la psychologie positive, pour parvenir à cet équilibre facteur de réussite scolaire. Elle montre comment instruire de nouveau dix comportements de base avec les élèves, en les illustrant de paroles, de gestes utiles et de textes à méditer dans l'esprit d'une pédagogie intégrative et composite.

  • Fortement développée au Québec, en Belgique et en Suisse, l'orthopédagogie a pour objet la remédiation des processus d'apprentissage pour tous niveaux scolaires. Cet ouvrage permet de comprendre comment se déroule un apprentissage efficace grâce à une première partie qui propose de découvrir son profil d' apprentissage, suivie d'une seconde partie sous forme de fiches et d'outils pratiques à concevoir, tester et s'approprier. L'ouvrage fait le lien entre bases théoriques des neurosciences et applications pratiques tout en proposant des réponses concrètes aux difficultés rencontrées au moment de l'apprentissage.

  • En 14 brefs chapitres Serge Boimare propose une méthode concrète de réussite à l'école, synthèse de ses expériences et réflexions décrites dans L'enfant et la peur d'apprendre et de Ces enfants empéchés de penser. Tout repose sur la culture comprise comme médiation pour surmonter et réduire la peur d'apprendre.

  • Nouvelle présentation dans une collection plus adaptée à cette offre et ce marché : "Pédagogie[s]".
    La spécialité des enfants intelligents qui n'accèdent pas aux savoirs fondamentaux est d'inventer des moyens pour figer les processus de penser. C'est ainsi qu'ils vont échapper aux inquiétudes et aux frustrations que provoque en eux l'apprentissage. Tant que nous ne les aiderons pas à lutter d'abord contre ce mécanisme, même avec les remédiations pédagogiques les plus sophistiquées présentées par les meilleurs de nos maîtres, nous n'arriverons à rien. Parmi les pratiques pédagogiques à privilégier pour réduire les effets de l'empêchement de penser, le nourrissage culturel intensif et l'entraînement quotidien à parler sont à privilégier en urgence. ils sont la clef pour relancer le désir de savoir de nos enfants.

  • Quelle force mystérieuse peut pousser des enfants intelligents et curieux à ne pas mettre en oeuvre les moyens dont ils disposent dans le cadre scolaire ? Au-delà d'une mise en cause du système et des méthodes pédagogiques, on s'aperçoit que c'est la situation d'apprentissage elle-même qui déclenche des peurs perturbant l'organisation intellectuelle.
    La confrontation avec la règle et l'autorité, la rencontre avec le doute et la solitude, inhérentes à la démarche pour apprendre et penser, réveillent alors une inquiétude trop profonde, contre laquelle il est illusoire de vouloir lutter avec les outils pédagogiques ordinaires. C'est ici que le nourrissage culturel devient indispensable pour remettre en route la machine à penser de ceux qui ont peur d'apprendre.
    La troisième édition de cet ouvrage comporte un nouveau chapitre qui résume les propositions pédagogiques faites par Serge Boimare pour espérer une école de la réussite pour tous.

  • Nouvelle présentation dans la collection Pédagogie[s] d'un ouvrage sur un aspect tabou du métier d'enseignant. Après L'enfant et la peur d'apprendre, Serge Boimare approfondit son analyse du malaise qui empêche le fonctionnement de la relation pédagogique dans notre école. Après la peur d'apprendre chez l'élève, il faut en effet constater qu'une peur d'enseigner chez les professeurs et les éducateurs produit toute une série d'effets négatifs. D'autant plus efficace qu'elle n'est pas reconnue, elle s'auto-alimente de la peur d'apprendre qu'elle suscite en partie. Au final, cela produit un cercle vicieux qu'il est cependant possible de briser par l'esprit d'initiative, l'accent mis sur la culture et le langage et l'apprentissage de l'analyse des pratiques pédagogiques.

  • Nouvelle collection "Pédagogie[s]" de Dunod : l'autisme relève désormais d'approches éducatives et de pédagogies inclusives. Dans ce livre, Theo Peeters, qui compte parmi les pionniers de la prise en charge éducative, fait constamment le lien entre la compréhension théorique de l'autisme et ses conséquences pour l'intervention pratique. Chacun des cinq chapitres fournit donc les éléments d'une pratique d'intervention organisée autour de cinq concepts théoriques :
    - les troubles envahissants du développement ;- le problème de la signification de l'autisme ;
    - la communication ;
    - les interactions sociales ;
    - les problèmes relatifs à l'imagination.
    Constamment étayé par une large expérience clinique, l'ouvrage témoigne de ce que la démarche éducative, loin d'être «répétitive» et d'aboutir à la robotisation, permet de redonner sens à l'environnement de la personne autiste et favorise ainsi les conditions d'accès à l'apprentissage et à l'intégration. Elle s'inscrit dans une complémentarité avec l'approche médicale et associe constamment parents et professionnels dans une relation de réel partenariat.
    C'est pourquoi ce livre s'adresse autant aux praticiens qu'aux psychothérapeutes, aux éducateurs et aux familles concernées.

  • Les personnes atteintes d'autisme sans retard mental posent paradoxalement plus de questions que les personnes autistes avec un handicap mental. Elles semblent fonctionner différemment, et leur bon niveau intellectuel mène régulièrement sur une fausse piste. La richesse de leur vocabulaire, leurs excellentes performances dans des domaines bien spécifiques, leur promptitude à engager la conversation, leur fantaisie trompent. Car derrière la façade d'une connaissance quasi encyclopédique et une éloquence charmante, se trouve un individu en souffrance pour qui le monde est un spectacle désordonné et incompréhensible. Grâce à leur intelligence, ces personnes sont en mesure de compenser leur pauvreté en bon sens et en intuition sociale et de camoufler leurs déficits. C'est le seul moyen à leur disposition pour essayer de survivre dans un monde qui n'est pas fait à leur mesure. Du fait de cette compensation et de ces camouflages, nous ne voyons qu'une petite partie de leurs vrais problèmes.

  • « Je ne présente pas dans ce livre une théorie générale sur l'autisme. C'est plutôt un carnet de bord, une sorte d'album qui tente de décrire les méandres de la pensée particulière aux personnes autistes. Au lieu de proposer des exposés traditionnels et théoriques, j'ai choisi deux analogies pour présenter l'autisme : l'ordinateur et l'humour. Il n'est pas question de réduire le terrain de ce handicap. Mais la comparaison avec l'ordinateur rend la pensée autistique plus concrète et l'humour en donne un visage plus humain. »  Peter Vermeulen« Avec ce livre, nous pouvons enfin comprendre ce qu'est la pensée autistique, nous en imprégner, avoir une double lecture du monde et tendre ainsi la main aux personnes atteintes d'autisme... »  Bernadette Rogé

  • Comment expliquer que l'accompagnement de dizaines de milliers d'enfants porteurs de « dys » soit encore si difficile dans notre pays ? Pourquoi leurs trajectoires se révèlent-elles toujours aussi chaotiques, alors même que nous n'avons jamais été à ce point en mesure de comprendre leurs troubles, et de mettre en oeuvre les moyens adaptés dont ils ont tant besoin ? Comment rendre compte du fait que nombre d'enseignants, mais aussi de professionnels de la santé et de la rééducation, ignorent encore ces troubles, quand ils ne les confondent pas avec d'autres ?
    Ce livre se propose de démystifier cette problématique des « dys » en examinant les différents obstacles, résistances et controverses qui, en dépit des bonnes volontés individuelles, compromettent la prise en charge de ces enfants et de ces jeunes, et de ce fait, leur future inclusion sociale et professionnelle.

  • L'évaluation des troubles du langage opéré par un orthophoniste est souvent à la base du diagnostic de TSA. Aider, sans attendre une prise en charge institutionnelle, les enfants souffrant d'un TSA à développer leur capacité de communication est une nécessité connue et reconnue par tous, professionnels (éducateurs, AVS, enseignants, etc.) comme parents. Trop souvent démunis, ces derniers trouveront dans ce manuel tous les éléments théoriques et pratiques pour mettre en oeuvre concrètement et rapidement des activités adaptées à un accompagnement personnalisé.

  • En adoptant la perspective d'autrui, en formant au sens de l'autre, la culture de l'empathie favorise un climat scolaire non seulement propice aux apprentissages mais également à la pluralité interprétative, seul moyen de se prémunir des risques de positions dogmatiques qui n'envisagent jamais l'autre comme une version possible de soi.
    Au fil d'une lecture émaillée d'exemples, le lecteur découvre un système de références pédagogiques et théoriques où le corps occupe sa juste place dans la construction du lien aux autres.
    La première partie de cet ouvrage retrace la genèse d'un questionnement au sujet de l'intérêt d'une éducation - par les corps en mouvement - à l'empathie à l'école. La seconde, plus tournée vers l'action, expose des mises en oeuvre concrètes à l'adresse des adultes qui ont le souci d'une relation pédagogique bienveillante.

  • Le lien social autour de la personne autiste se crée par l'inclusion en milieu ordinaire associé aux pédagogies comportementalistes et grâce à la participation active des personnes concernée. C'est à ce modèle de pédagogie, pratiquée en Amérique du Nord et dans beaucoup de pays européens, qu'introduit cet ouvrage pratique. Illustré de nombreux exemples d'intervention pédagogique, il présente un modèle d'échange et de communication, « l'éducation structurée », réalisant l'inclusion participative des personnes dès l'école. Ce modèle de réussite éducative permet aux personnes autistes, en faisant des choix, d'exercer leur droit à la citoyenneté à chaque étape de leur formation et de leur inclusion sociale.

  • La violence chez l'élève produit un plaisir apparenté à une forme de toxicomanie sans drogue. Mais il est possible de convertir cette violence en restaurant le vrai désir d'apprendre. Tel est le parcours de ce livre qui s'articule en 3 volets : 1. Le fonctionnement cognitif et affectif de notre cerveau. 2. Les moyens pour réduire et prévenir la violence. 3. Les outils d'une formation des enseignants à la prévention de la violence. Un ouvrage novateur sur un sujet central pour l'éducation : peut-on encore enseigner des élèves violents ?

  • Qu'on la nomme transcendance, dépassement, élan vers l'invisible, Dieu ou fusion avec le cosmos, la dynamique spirituelle de recherche d'un sens à sa vie oriente aussi bien vers les réalisations les plus admirables que vers les pires déchaînements passionnels. Elle est source des plus grandes fiertés et des plus grands échecs. Ne pas l'accompagner et ne pas guider l'enfant dans un tel mouvement de création est la pire erreur éducative que l'on puisse commettre. Il faut pour cela s'entendre sur ce qu'impliquent les termes d'accompagnement, de désirs, de transmission, de liberté, de droits et devoirs, de respect de soi-même et d'autrui. En procédant avec prudence et simplicité à ces éclaircissements souvent négligés en cette matière hautement polémique, l'auteur dessine les contours possibles d'un accompagnement ou d'une éducation laïque du développement spirituel de l'enfant.

  • Le progrès dans la prévention de la violence des jeunes, notamment en milieu scolaire, est régulièrement mis en échec par une sorte de «  plafond de verre pédagogique  ». Si les jeunes acceptent souvent d'endosser, après coup, la responsabilité des effets de leurs actes, ils se trouvent la plupart du temps dans l'impossibilité d'accéder à une prise de conscience du préjudice cause, c'est-à-dire a considérer la victime. À les écouter, les victimes n'existent pas en tant que sujets  ; elles sont associées à des proies dont on peut abuser. Tout se passe alors comme si, au moment du passage à l'acte, ces adolescents se trouvaient dans un état de conscience modifiée, lie à une difficulté à juguler leurs émotions, faute de ne pas avoir appris à les vivre, les ressentir, les reconnaître, les apprivoiser et finalement ont les socialiser. Cet ouvrage propose de mettre en place une véritable éducation à l'émotion dans les établissements scolaires pour en finir avec cette violence, situation insupportable pour les victimes et obstacle insurmontable dans tout processus de formation personnelle.

empty