Vie pratique & Loisirs

  • Une autre relation au monde est possible : une autre modernité ayant renoncé au mythe d'une croissance infinie.

    - Un constat de première main sur l'état de délabrement de la planète :
    Réchauffement climatique, océan de déchets, épuisement des ressources naturelles...
    - Un plaidoyer pour une nouvelle forme de spiritualité, entendue comme la relation que les sociétés entretiennent avec ce qui leur est extérieur (elle conduit donc au respect de la nature), et comme un modèle de réalisation de soi (elle conduit donc au respect de l'autre).
    - Grande notoriété du philosophe, très médiatisé, ancien vice-président de la Fondation Nicolas Hulot. (voir clip de l'auteur - 5 millions de visites sur Facebook, consultable sur Youtube :
    Https://www.youtube.com/watch?v=v4Z9sjVmj7c).

    Notre civilisation est si matérialiste qu'elle détruit paradoxalement les bases matérielles de notre vie commune, à commencer par les équilibres du climat et de la vie sur Terre, ceci dans une indifférence quasi générale. Comment rendre compte de notre capacité de destruction sans égale ?
    On tente de répondre à partir de l'époque qui nous échoit : celle de l'Anthropocène (qui marque les dommages introduits par l'homme dans l'environnement), celle aussi de l'envolée du numérique et d'un délitement de nos démocraties. Ce parcours permet de dégager les racines spirituelles de la violence que nous faisons subir à notre environnement.
    Or la spiritualité est une donnée fondamentale à toute société, où se rejoignent un dépassement de soi et un certain rapport à la nature. Affirmer ceci, c'est libérer l'esprit de sa fonction purement transformatrice, et l'ouvrir à une forme de contemplation. Le salut du monde est à ce prix.

  • Notre monde aurait-il quelque mauvaise conscience, quelque problème avec la mémoire et l'absence ? D'un côté, l'inflation mémorielle qui touche groupes et communautés pour commémorer un drame, un événement, un personnage célèbre. D'un autre, et de manière surprenante, la tentation de l'effacement, de l'oubli qui touche tant de contemporains. Tous ceux qui disparaissent sans crier gare de nos sociétés, sans qu'une protestation ne s'élève... Il y a donc sans doute urgence à faire " acte de présence ", comme y invite Sylvie Germain. Alors que nous habite la tentation du virtuel absolu, qui évacué la chair et la pesanteur des choses, l'heure n'est-elle pas au retour de ce temps présent, à ce monde-ci, quitte à y affronter le mal ou la peur ? Pour découvrir aussi que le silence est habité, au-delà de l'angoisse...

  • Tandis que l'Inde est engagée dans la poursuite des intérêts matériels, l'Occident se passionne pour le Yoga, dont la popularité exprime une réelle aspiration au dépassement de soi, mais s'accompagne aussi d'une déformation sans cesse croissante. Le yoga de consommation courante qui nous est souvent proposé n'est rien d'autre qu'une gymnastique de bonne santé, au demeurant fort éloignée de ce qu'est originellement et dans sa complétude le véritable Yoga.

    Le but de Tara Michaël est de replacer le lecteur dans la perspective indienne, et, l'arrachant aux ambitions limitées du "yoga pour la forme ", d'élargir sa vision en lui faisant découvrir le Yoga dans toute son étendue, sa profondeur et ses multiples implications.

  • EN CES TEMPS OU L'ON EXALTE LA TOUTE-PUISSANCE de l'homme, comment parler de la faiblesse ? Comment évoquer les réalités qui, sans cesse, nous rappellent nos propres limites et dont nous aimerions tant nous affranchir ? Nés d'un homme et d'une femme, marqués par ce commencement avant lequel nous n'existions pas, voués à la mort et à l'interrogation sur ce fragile entre-deux que nous vivons aujourd'hui...
    Dans le sillage de ces questions, la vie exprime aussi un mystère dans ses marges : l'enfance et la vieillesse signalent une autre réalité à l'activiste et à sa superbe ; le malade susurre au bien-portant que l'équilibre de la santé demeure, malgré tous les progrès de la médecine, fragile et temporaire ; l'exclu, l'étranger, dont les figures sont extrêmement présentes dans nos sociétés occidentales, rappellent à ceux qui demeurent à l'intérieur du corps social que les frontières de l'inclusion sont fragiles et relatives.
    Accepter et accueillir la faiblesse, en évitant l'écueil de la victimisation, et en renonçant aussi à la toute-puissance du désir : Jacques Arènes évoque le chemin de désillusion offert par la psychanalyse, mais aussi par la tradition spirituelle.
    En notre époque par trop rationnelle, ces chemins retrouvent une saveur nouvelle.

  • La maladie est la meilleure solution possible pour un individu, à un moment donné de sa vie et en fonction des éléments dont il dispose. A travers ses maux, notre corps nous parle. Ecoutons les messages que nos douleurs nous adressent : ils nous parlent de nos besoins, de nos manques, de notre attitude face à l'existence... Ces messages peuvent nous aider à répondre aux questions que nous pose la vie.
    Isabelle Filliozat et Hélène Roubeix ont écrit ce texte à une époque où la dimension psychosomatique était quasiment inconnue. Réimprimé de nombreuses fois, il est complété par l'étude réalisée par Isabelle Filliozat sur les facteurs psychiques intervenant dans la genèse du cancer du sein. Clair, concis et toujours d'actualité, ce livre vous accompagnera dans la compréhension du sens de vos maladies.

  • Un texte sérieux et décalé sur la vie en entreprise vue par une manager et un philosophe.

    Galerie de portraits de personnages que les auteurs ont choisi d'observer dans une entreprise, en les regardant agir, espérer, obéir, commander, exiger, craindre, aimer, douter, comploter, manoeuvrer, travailler... Puis prenant un peu de recul ils tentent de les comprendre, de les saisir dans l'unité singulière de leur personnage en ce qu'il a d'universel. Car il y a en chacun de nous beaucoup plus que soi-même, l'humanité entière d'une certaine façon. Tout l'homme en chaque homme. Et c'est précisément cette incarnation de l'humanité en chacun, avec ses forces et ses faiblesses, ses vices et ses vertus, ses grandeurs et ses petitesses qui nous oblige à un effort de compréhension.
    Un livre à la fois sérieux et rempli d'humour. Chacun le lira avec grand profit pour lui et pour ceux avec qui il vit et travaille.

  • Foi du jardinier, foi du charbonnier ? Pour Nicolas le jardinier, la présence de Dieu est une évidence, une croyance indiscutable. Loin des prétentions intellectuelles, la foi vient nourrir les moments de sa vie quotidienne, ses temps passés au contact de la terre. Dans ce livre témoignage, à l'écriture colorée, qui plonge aux racines de la France rurale, Nicolas partage en toute simplicité son jardin secret. Anecdotes, portraits, libres méditations tissent l'évocation de son parcours de jardinier et d'homme de foi. Grand voyageur, il raconte aussi ses pèlerinages aux sources du message chrétien, de Rome à Jérusalem, via le Mont-Athos ou l'Ethiopie. Et dans une finale savoureuse, Nicolas se livre à une lecture jardinée des Evangiles . Il y a connivence entre les paraboles bibliques et la culture des jardins.

  • Il y a longtemps, je racontais des histoires à mes enfants, à mes élèves et à mes amis. Souvent, je profitais de Noël pour cela. Des nuits qui tombent avant qu'on ferme les cartables, des soirées qui n'en finissent pas. Sans doute parce qu'on y entrevoyait parfois quelques-unes de ces naissances inopinées, de ces choses et de ces êtres qui adviennent à l'improviste, au coin d'une vie ou d'un bois. Et qui changent tout... ou presque. Des histoires un peu tristes. Pour qu'on se dise, à leur écoute, qu'on peut, peut-être, tenter d'adoucir ensemble le monde. Avec l'espoir que les lecteurs trouveront du plaisir à ces fragments de vie minuscules et achèveront eux-mêmes ces récits à peine ébauchés

  • Ce livre expose les principes et les techniques, élaborés par le Dr Roberto Assagioli, de la psychosynthèse , méthode spécifique de connaissance et de développement de soi, permettant à tous les niveaux de l'être de traduire leurs virtualités et de les exprimer dans une vivante synthèse. Le champ d'application de la psychosynthèse s'étend, au-delà de la thérapie et de la pédagogie, aux groupes et aux individus eux-mêmes. Le Dr Roberto Assagioli (1888-1974), psychiatre et psychothérapeute italien, a collaboré à ses débuts avec Freud. Il fut l'ami de C. G. Jung et de A. Maslow. Sa conception globale de l'être humain l'amena à créer sa propre méthode dès 1910 ; il fonda, en 1926, à Rome, le premier Institut de psychosynthèse. S'appuyant principalement sur les niveaux supraconscients, il considérait le Soi comme une réalité vivante qu'on pourrait expérimenter. Son intuition a précédé les recherches scientifiques actuelles sur le sujet. Son apport a été considérable à l'évolution d'une psychologie à la fois concrète, transparente et libérée de toute emphase.

  • Footballeurs, rugbymen, les sportifs sont devenus les vedettes de notre époque. François Charton parle de leur imaginaire... et donc un peu du nôtre. ... La lecture de cet ouvrage est d'autant plus précieuse que son auteur nous fait grâce des poncifs sociologisants, que sont les sports et la drogue, l'argent et la réussite, et qu'il nous permet d'y voir plus clair en opérant une plongée dans l'irrationalité masquée des pratiques sportives (Jean-Pierre Chartier). Sans jamais être péremptoire et suffisant, Charton ouvre des pistes, des voies, pour tenter de mieux comprendre les ressorts de l'alchimie sportive .

  • Dans notre société où tant de cadres structurants ont disparu, il n'est pas facile d'être père et d'éduquer les jeunes à la liberté et à la confiance ! La crise de l'autorité qui a suivi Mai 1968 se combine au déclin des institutions.
    La multiplicité des figures paternelles n'en finit pas de brouiller les images : pères sportifs ou détenteurs du savoir scolaire, pères muets ou bavards, pères absents ou étouffants, pères autoritaires ou copains... Dans ce contexte, comment s'y retrouver ? Quels repères humains et spirituels pour vivre la paternité aujourd'hui ? Membre de la communauté de l'Arche fondée par Jean Vanier, spécialiste en communication, Gilles Le Cardinal répond à partir d'une triple démarche.
    S'appuyant sur son propre itinéraire de père, de tuteur et sur ses compétences professionnelles, il montre d'abord combien la relation père-enfants est affaire de communication. Dans un second temps, il souligne en quoi des figures comme celles d'Abraham, de joseph, de Pierre et de jésus peuvent éveiller à la paternité humaine et spirituelle. Enfin, il donne des points d'appui éducatifs pour une " éthique de la relation père-fils/fille ".
    La paternité apparaît alors comme une expérience fondamentale de don vécu dans toutes ses dimensions, à l'image du don trinitaire. " Ce livre est important pour tout père de famille, pour tout éducateur, prêtre, thérapeute, instituteur, travailleur social, accompagnateur ou assistant d l'Arche. ", Jean Vanier.

  • Dans le monde dur et souvent tendu, stressé qui est le nôtre, nombreux sont ceux qui cherchent des lieux ou des méthodes d'apaisement, à la fois pour répondre à un souhait d'équilibre personnel et de recherche de vie intérieure.
    C'est pour satisfaire cette demande que Pierre Milcent et Annick Chéreau proposent ici des chemins de méditation avec le corps. Leur démarche s'inscrit dans la tradition carmélitaine, tout en intégrant le corps à la prière silencieuse telle que la définissait Jean de la Croix : " être dans une pure attitude de recevoir. " Elle tient compte des découvertes en neurophysiologie, de l'expérience du yoga, de la méditation en silence et s'appuie sur la conscience du corps à partir de la respiration.
    Ce sont donc toutes les composantes de l'être qui sont prises en compte, vers plus d'harmonie, dans l'ouverture au Christ. Les différents chapitres balayent divers aspects de cette recherche : méditer, faire le point en soi-même, cultiver son humanité, dépasser ses peurs, assumer son passé, guérir intérieurement, ne pas juger, préparer son corps à l'oraison... Approche spirituelle, témoignages et exercices pratiques se succèdent dans ce livre pour susciter chez le lecteur le désir de se mettre en marche vers la contemplation et d'y intégrer la vie quotidienne.
    Cette forme de prière s'adresse aussi bien à des laïcs engagés dans la société qu'à des religieux.

  • Consacrer un dossier aux aromates et aux épices revient à remonter le temps pour retrouver les mythes dont ils s'entourent, les rituels et les croyances qui les accompagnent depuis l'Antiquité. L'embaumement égyptien, les liens entre mythologie et aromates, la course aux épices et les récits de voyage et de conquête sont autant d'éléments qui relient l'imaginaire à de mystérieuses fleurs, graines et rhizomes dont l'adjonction modifie saveurs et odeurs. Liés à l'évolution du cru vers le cuit, aromates et épices appartiennent au raffinement des cuisines concoctées par l'Orient et attisent d'autant l'imaginaire des Occidentaux qui achètent à prix fort poivre, cannelle, safran, muscade... Les épices lointaines se mêlent aux viandes des tables royales, des seigneurs, avec habileté et enchantent regards, odorat et goût. Plus modestement, lorsque les échanges commerciaux banaliseront leur présence, l'odeur de cannelle, de gingembre, de vanille restent associée à jamais au foyer maternel, au souvenir d'une femme, d'un moment gravé dans la mémoire sensitive. Leurs parfums franchissent les barrières religieuses colorant les plats juifs, arabes ou chrétiens du Bassin méditerranéen, créant ainsi une communauté gustative à défaut d'une tolérance réciproque, tandis que dans le nord l'exotisme naît tout d'abord dans les assiettes...

  • Nous sommes en train de heurter les limites physiques de notre croissance planétaire. Énergies, atmosphère, eaux, sols, biodiversité, mer, minéraux deviennent des indicateurs des mutations en cours. Cela demande un changement qualitatif sans précédent dans l'histoire de l'humanité. Une terrible crise économique, sociale, géopolitique s'annonce, mais nous pouvons y répondre. Une utopie ? Pas sûr.
    Après l'analyse de nos aveuglements, des habitudes qui mènent à des erreurs suicidaires, des croyances qui nous conduisent à des actions stériles, montrant l'interaction des différents champs, l'auteur explore les possibilités et décrit un programme global de transition énergétique exigeant une mobilisation démocratique et misant sur la créativité. Il est urgent de coordonner et d'accentuer nos actions selon les limites reconnues, dans l'interaction des différents niveaux, dès maintenant et pour les décennies à venir.

  • Une trentaine de personnalités issues du monde politique, universitaire ou des affaires proposent des pistes pour restaurer la confiance dans l'avenir, qu'elle soit interpersonnelle ou collective : développer la confiance volontaire, permettre la création, reprendre confiance dans la richesse et la monnaie, investir dans la confiance contractuelle, encourager la transparence, etc.

  • Trois « modes » fondamentaux régissent les transactions, ou relations, entre les individus. Chacun possède en lui, un Parent avec un grand P, un enfant avec un grand E et un adulte avec un grand
    A. Ce fameux schéma PAE puise ses sources dans les circonvolutions du Scénario de vie, se développe dans le Cours de notre vie - distingué par Laurie Hawkes - et aboutit généralement à quelques questions concernant nos relations avec autrui. Cet autrui, parental, amical ou amoureux, ou encore professionnel, avec lequel le relationnel pèche souvent par incompréhension. À partir de cette trilogie de base se développent de multiples pyramides d'interférences suscitées par chaque individu. Leur décodage est aussi passionnant qu'une intrigue policière. De la prise de conscience des Jeux psychologiques qui se jouent dans les familles, les couples ou les entreprises, dépendent des fuites, des divorces et des révoltes ou, par des transactions enfin résolues, des retours au bercail, des négociations, des ententes. Ces processus transactionnels, clairs et tout à la fois complexes, ont été distingués par le docteur Eric Berne dans les années 1950. Ce psychiatre, et analyste dissident de la lignée freudienne, ce créateur de l'Analyse transactionnelle, a ouvert un vaste champ d'investigations psychothérapeutiques touchant tous les domaines de la vie courante. Laurie Hawkes s'en inspire, répond à la volonté répétée d'Eric Berne de proposer une méthode à la porté de tous, soucieuse de garder le sens de l'humour de son créateur qui ne demandait qu'à oeuvrer dans la simplicité. Cette nouvelle Introduction à l'analyse transactionnelle facilite pleinement la démarche d'accessibilité à la méthode, tout en donnant des clefs de réflexion immédiate.

  • La dylexie serait-elle un don ? Ronald D.
    Davis a découvert que ceux et celles qui manifestent ce handicap possèdent pour la plupart des dons singuliers, une intuition très développée, une pensée plus vive que celle de la moyenne des gens. Les frustrés de la parole aisée, les handicapés de l'écriture facile ceux qui s'empêtrent dans l'expression de leurs sentiments et de leur pensée vont se découvrir ici des atouts insoupçonnés. Les parents qui s'affligent parce que leurs enfants ne parviennet ni à lire et à écrire, ni à calculer, vont découvrir des modes d'apprentissage qui permettent à l'enfant de sortir de la confusion et d'accomplir normalement ses études.
    L'auteur, dyslexique à l'origine et souffrant de l'être, a découvert que l'on pouvait inverser le processus, prendre le contre-pied de cette espèce d'infirmité, et d'utiliser pour la transformer en moteur de réussite.

empty