Jeunesse

  • Quelques mois après la mort de son  ls Émile, Véronique Willems, l'auteure de ce livre, a constaté que son premier enfant, alors âgé de 3 ans, n'évoluait plus beaucoup au niveau du langage, du comportement et de la propreté. C'est alors qu'elle a décidé de lui écrire un conte illustré pour lui expliquer la mort de son petit frère. Le résultat a été immédiat, et le livret a aussitôt été «utilisé» à l'Hôpital pour Enfants Reine Fabiola à Bruxelles, pour aider d'autres enfants de 3 à 6 ans à aborder la mort d'un petit frère ou d'une petite soeur.
    L'ouvrage sera transmis à la plupart des hôpitaux pour enfants en Belgique, en France et en Suisse.
    Cette édition est augmentée par deux textes de Claire Van Pevenage, psychologue clinicienne, qui fournissent des repères aux parents confrontés à cette tragédie.

  • L'école 10

    Ismaël Saidi

    L'école 10 pourrait être celle du Petit Nicolas. Courts récits, innocence de l'enfance et jeux de garçons. Tel est l'univers d'Ismaël, Belge d'origine marocaine.
    Entre Dédé, Monsieur Bourdon, la jolie Cindy (« Je n'ai pas peur d'elle mais tu ne trouves pas qu'elle est jolie ? ») et « Madame », que le petit garçon considère comme sa grand' mère, Ismaël Saidi raconte son enfance dans une école Black, Beur, Belge.
    Le père Noël est-il raciste ? Les lapins morts sont-ils musulmans ? Le mouton que papa a ramené à la maison est-il son ami ? Doit-on aller aux toilettes lorsqu'on est amoureux de Magdalena ? Voilà lse grandes questions que le petit garçon se pose à travers de courtes histoires délicieuses, où la place de l'éducation et de la religion sont abordées avec tendresse et facétie.

  • Paysage(s) de l'étrange II ; arts et recherche sur les traces des patrimoines de guerre dans le monde Nouv.

    Paysage(s)s de l'étrange II : Arts et recherche sur les traces des patrimoines de guerre dans le monde réunit les actes d'un colloque, organisé en novembre 2017 à l'Université de Lorraine. Il constitue la suite d'un projet de recherche ayant abordé, dans un premier temps, la notion de trace dans ses dimensions matérielles (patrimoine, architecture, végétation) et immatérielles (mémoire, culture) en rapport avec le paysage concret de la Lorraine, portant l'empreinte d'une histoire faite de conflits ayant opposé Français et Allemands, notamment lors des deux Guerres Mondiales.
    Il rassemble des textes qui ne se limitent pas à la situation spécifique de l'est de la France. Interdisciplinaires et internationales, les contributions s'ancrent tantôt dans une approche artistique (basée sur la création et l'analyse d'oeuvres concrètes), tantôt dans des réflexions théoriques (esthétiques, géographiques, sociologiques, etc.), afin d'apporter un nouvel éclairage sur le matériau historique ainsi que sur les questions liées à la transmission et là a (com)mémoration.
    L'exploitation de ce matériau au sein d'oeuvres d'art contemporain qui jouent le rôle de témoin(s) ou de mémoire( s) vive(s) d'événements ayant entraîné des bouleversements géographiques, sociaux et culturels, en constitue l'un les points forts. L'ambition de l'ouvrage - par rapport au premier volume - se situe également dans l'ouverture des approches vers l'international ; d'une part, vers les pays limitrophes du Grand Est (l'Allemagne, la Belgique, le Luxembourg), d'autre part, vers d'autres région européennes ou extra-européennes (L'ex-Yougoslavie, le Liban, la Palestine, l'Afrique du nord, etc.), territoires donc qui restent aujourd'hui, comme le Grand Est français, fortement marqués par une ou des guerres, par des frontières instables ou par une identité qu'on peut qualifier d'« hybride ». Le caractère « étrange » de régions abordées résulte donc des traces plus ou moins visibles des événements historiques ayant bouleversé les paysages naturels, culturels et mentaux.
    Centré sur une approche de la notion de « paysage », comprise dans ses dimensions matérielles et immatérielles, le livre s'avère singulier dans son approche transdisciplinaire, qui non seulement inclut les approches artistiques, mais met l'accent sur la « recherche-création » pour rappeler et réactiver (voire pour réparer) les traces des guerres qui continuent de marquer nos territoires actuels.

  • Le rouge-gorge et le grand magicien : Julia Nouv.

    Les contes amènent l'enfant à la réflexion du problème, à le relativiser et à découvrir ses ressources qui développeront sa confiance et l'estime de soi.
    Dans le premier épidode de cette série chaque fois consacrée à un enfant et à ses peurs, Julia est terrorisée à l'idée de participer à un concours de chant, elle qui adore pourtant chanter.
    Elle fait la rencontre d'un rouge-gorge qui la comprend et qui l'emmène rencontrer le grand magicien. Celui-ci s'avère être un verre de terre qui vit dans des galeries souterraines extraordinaires.
    S'ensuit un parcours initiatique où le grand magicien va confronter la petite fille à ses peurs, l'aider à les reconnaître et à les dépasser.

empty