Bois D'orion

  • Dans l'approche habituelle vient d'abord la pratique dite de la tranquillité de l'esprit, Shamatha ; on y apprend à rester dans un état paisible, sans distractions, où s'apaisent les pensées et les émotions. Vient ensuite la méditation de la claire vision, Vipashyanâ ;
    Lorsque l'esprit demeure dans son état naturel, sa nature profonde peut se révéler et toutes ses qualités se découvrir. Shamatha-Vipashyanâ est donc la méditation permettant de reconnaître la nature de l'esprit, de ses pensées et de ses émotions.

  • Chenrézi est la déité du Vajrayana qui symbolise les qualités d'empathie et de bonté inhérentes à l'expérience éveillée. Sa pratique, sa « sâdhana », est le moyen permettant d'entrer en sa présence et de cultiver ces qualités en notre esprit. Dans ce manuel, Denys Rinpoché nous introduit avec simplicité et clarté aux principes fondamentaux du Vajrayâna sousjacents à la pratique de Chenrézi et en commente avec précision tous les aspects : le déroulement du rituel, ses différentes phases et l'intégration dans la vie quotidienne.

  • Cet ouvrage de référence est considéré comme un ouvrage majeur de cette branche du bouddhisme, et avec Le précieux ornement de la sagesse comme constituant le testament spirituel de Gampopa.
    Ce livre est le premier d'une série de textes majeurs du bouddhisme tibétain. Il comprendra le texte original en tibétain et la traduction en français réalisée par Denys Rinpoché et le comité de traduction Dzamling Dragyur Künchab créé par Kalu Rinpoché en 1987.

  • Cette rencontre entre l'écrivain Jean-Philippe de Tonnac et l'indianiste Michel Hulin donne lieu à un échange autour des questions de crémation et d'inhumation. Comment l'Occident se détourne d'une pratique ancestrale, l'inhumation, pour pratiquer de plus en plus fréquemment la crémation ? Quelles sont les significations de cette dernière dans l'Inde classique et contemporaine ?
    Quelles sont les implications spirituelles de la crémation mais aussi écologiques... Quelles pratiques émergent aujourd'hui ? Ce dialogue est nourri par l'expérience, la vie, des deux auteurs.

  • La grande Voie d'Eveil est un commentaire du très célèbre Entraînement spirituel en sept points (Lojong) de Chékawa Yéshé Dorjé (1102-1176) qui expose et résume sous formes de maximes l'essence du bouddhisme Mahayana. Il constitue une présentation synthétique et vivante de la voie du bodhisattva dans sa dimension universelle.
    Ce livre présente le texte original en tibétain et la traduction en français réalisée par Denys Rinpoché et le comité de traduction Dzamling Dragyur Künchab créé par Kalu Rinpoché en 1987.

  • Ce livre constitue à la fois une introduction générale au cheminement spirituel et une collection d'enseignements didactiques pour les étudiants du bouddhisme. C'est un ouvrage de référence donnant une vue globale de la tradition orale du bouddhisme tibétain. L'ouverture, la profondeur et la clarté des enseignements qu'il contient sont une source d'inspiration unique pour tous ceux qui sont à la recherche d'une spiritualité complète et vivante pouvant être pratiquée aujourd'hui. Cet ouvrage est présenté ici dans une présentation « luxe », avec reliure pleine toile, signet...

  • Quelles sont les pratiques contemplatives, les techniques de méditation que le christianisme et le bouddhisme peuvent partager ? Pour y répondre, cet ouvrage rassemble des contributions sur des thèmes tels que la lectio divina, la prière dans le monachisme cistercien, la lumière divine dans le christianisme et le bouddhisme tibétain, les étapes de la méditation bouddhique ou encore une comparaison entre l'hésychasme et la méditation bouddhique.

  • Ce recueil rassemble deux cent six poèmes de cérémonie, comme l'indique l'auteur.

  • Cet ouvrage rassemble cinq courts recueils de poésie : Le sol et l'envol, Ce qui nous appelle, Dans l'évidence, Entre nous l'espace et L'exclamation et le suspens.

    « On entre dans un poème de Judith Chavanne comme dans un milieu nouveau, comme dans l'eau d'un lac on y perd d'abord pied, car la mesure des vers y est plus longue, leur rythme plus subtil que celui de nos respirations ordinaires. Et puis, on est porté. Ce temps nouveau qui nous porte et nous apprivoise, c'est celui des choses. » Jean-Pierre Lemaire

  • Leader des groupes de rencontre ouverts, les Encounters, Will Schutz a réalisé dans Ainsi sommes-nous une synthèse de ses recherches et expériences dans ce domaine. Il éclaire particulièrement les rapports du corps et de l'esprit et l'importance de la prise en compte du corps dans le développement de la personne. On retrouve dans ce livre les bases de nombre d'expériences proposées dans la démarche Elément Humain.

  • Dans cet ouvrage, la chorégraphe Susan Buirge retrace sa vie, depuis son enfance à Minneapolis, ses premiers pas dansés devant son grand-père, jusqu'au temps présent, alors qu'elle part s'installer sur les rives de la mer du Japon, à Kamate. Susan Buirge non seulement revisite cinquante ans de danse contemporaine, de l'école d'Alwin Nikolais à la découverte des kagura, ces danses traditionnelles du Japon des campagnes, mais aussi sa vie de femme et d'artiste.
    Ce livre autobiographique permet notamment de parcourir l'éclosion de la nouvelle danse française racontée par l'une de ses plus éminentes représentantes.

  • L'attente et la quête, le songe et le réel, la venue espérée de l'aimée sont au coeur de ces treize poèmes en prose. Profondément indien, mais aussi poète tel qu'on l'entend en Occident, Lokenath Bhattacharya poursuit ici son exploration du monde intérieur.

    " Poèmes d'un " éveillé ", d'un " officiant " aux " funérailles quotidiennes de son rêve ", porteur d'une " musique continue, en marche vers l'extinction de toute diversité " et qui se tient par-delà toute dualité, rare témoin dans le paysage poétique français où il a depuis vingt ans sa place, de la part indemme de toute vie. " Pierre Dubrunquez

  • Au printemps de 1997, un groupe de lecteurs adressa à Lokenath Bhattacharya neuf questions.
    A cette occasion, le poète bengali revient sur ses premiers textes poétiques, parle du Gange et de l'Aveyron, de la culture indienne et de l'influence qu'exercent sur lui les littératures occidentales. Surtout, il approfondit certains thèmes de prédilection, notamment celui de la chambre, ce lieu de la création poétique, lieu intérieur, à l'instant où " le chemin ne cesse de s'ouvrir ". En ouverture, figurent trois de ses récents poèmes : Où vont les fleurs, Ti tas anti et La main, cette nuit.
    Ailleurs, dans les bribes. Sur Lokenath Bhattacharya, de Jean-Christophe Bailly, vient clore ce recueil.

  • Ce recueil rassemble trente-huit textes, récents pour la plupart, de Lokenath Bhattacharya.
    Le poète bengali poursuit dans ces pages l'écoute attentive de l'espace intérieur. Dans nombre d'entre elles point le désir de ce qui n'est pas encore là..

  • Ces entretiens abordent la poésie, l'art poétique, l'art, le théâtre et la musique, la philosophie, mais aussi Luc Dietrich, Daumal, Gurdjieff. l'Arche...
    Il est considéré comme le dernier livre de Lanza del Vasto.
    Dans un style spontané, pétillant d'érudition poétique, l'auteur partage avec son interlocuteur sa passion pour le langage.

  • Ce recueil rassemble 48 méditations poétiques dans le lieu de vie de l'auteur, face aux Pyrénées, en contact avec la nature. « Incertains ces instants retenus, à bien des titres : incertitudes de nos perceptions, incertitude du "coeur" à l'instant où quelque chose nous est donné, tremblement de "l'expérience du vivre" lorsque nous partageons la douloureuse traversée d'amis proches... »

  • A partir de notre expérience habituelle, cet ouvrage nous propose de découvrir ce que peut être l'expérience éveillée. Denys Rinpoché nous invite ici à partir de l'expérience de l'ouverture, de la clarté et de la présence, à cheminer sur la voie du bouddhisme tibétain. Adoptant une progression logique, ce livre lie expérience et principes de base du bouddhisme (la méditation, la double réalité, la discipline, le Refuge...) ; il permet de mettre en relation expérience et compréhension.
    " Il s'agit donc de partir de là où nous sommes. C'est extrêmement important, car beaucoup d'approches et de pratiques du Dharma construisent des échafaudages qui n'ont pas grand-chose à voir avec ce que l'on est, là où l'on est, ici et maintenant. L'enseignement n'est pas véritablement vécu, il n'entre pas dans notre coeur et n'est pas intégré.
    C'est dans la direction de cette intégration que nous allons essayer d'avancer doucement, en nous considérant comme débutants. Le principe que nous allons prendre comme fil conducteur est de lier compréhension et expérience, comprendre dans l'expérience. Nous allons utiliser des mots et des concepts, c'est inévitable, mais en essayant de faire en sorte que ces notions correspondent à un vécu. C'est-à-dire qu'il y ait, chaque fois, un lien entre une notion, un concept, et l'expérience. Nous allons par exemple parler d'ouverture, et nous serons amenés de différentes façons à lier la compréhension de ce mot à une expérience, c'est-à-dire à vivre ce que peut signifier l'ouvert. " Denys Rinpoché

  • Né le 6 juillet 1950 à toulouse, serge pey fonde en 1975 la revue emeute, puis tribu en 1981.
    Il est l'auteur d'une quinzaine de livres, de pièces de théâtre et d'essais. serge pey est également l'un des acteurs du groupe international de la poésie directe. créateur de situations, il rédige ses textes sur des bâtons avec lesquels il réalise ses performances, ainsi que des installations de poésie visuelle. le prix international de poésie francophone yvan goll lui a été décerné en juin 2001.

  • Aubes

    Bernadette Engel-Roux

    " D'aube en aube, la solitude silencieuse m'aura, à peine délivrée des chambres de la nuit, livrée sans obstacle à la perception du dehors, dans un état flottant fait de contemplation éperdue et de méditation incertaine, mais prise dans l'illusion (peut-être le miracle s'est-il parfois produit) d'une fusion avec le monde, la transparence des baies vitrées facilitant les amorces d'une sorte d'extase matérielle, termes qu'à peine posés, on trouve trop grands pour soi.
    Ou plus exactement, dans les mots de Philippe Jaccottet, toujours si humblement juste : " Il y a des instants, et ce sont peut-être ceux-là qui fomentent le poème, où on a l'impression d'être sorti du temps - même sans qu'il s'agisse d'une extase ou d'un élan mystique -, de la prison du corps, où on a l'impression de toucher les limites de l'espace. " Bernadette Engel-Roux

empty