Littérature traduite

  • Vous pouvez faire la connaissance d'Alex Capus en lisant Le Roi d'Olten, ça ouvre l'appétit, et permet d'approcher un auteur formidable et une ville dont la plupart d'entre nous ne savent rien. Dans une série de vignettes, Alex Capus dépeint avec humour et tendresse (et sans complaisance) le cadre dans lequel il vit : les policiers bourrus et tatillons, l'ivrogne unijambiste, les industriels qui délocalisent (le problème est décrit par petites touches à travers les odeurs qui flottent dans l'air d'Olten), les baigneurs de la piscine municipale, et surtout Toulouse, un chat noir et blanc auquel aucune porte ne résiste. Et dans ce cadre, Alex Capus se dépeint lui-même. L'ensemble donne à la fois un portrait inédit d'Olten, et un excellent autoportrait d'Alex Capus. On voit se profiler l'écrivain, le journaliste, le responsable politique (Capus est président de la section d'Olten du parti socialiste), qui essaie, pas toujours avec bonheur, de tout faire à la fois : écrire, militer, s'occuper de ses enfants (il en a cinq), se préoccuper de la vie sociale d'Olten, éviter de mettre les pieds dans le plat. Je vous conseille un exercice (que j'ai fait) : lisez Le Roi d'Olten puis allez faire un tour à Olten en suivant les itinéraires suggérés par Capus. Vous irez sans doute comme moi de découverte en découverte. Et vous direz, comme l'auteur, qu'il y a des Olten partout et que, tout compte fait, même une grande ville est faite de cinquante Olten mis bout à bout.
    Vous constaterez peut-être en fin de compte, vous aussi, que la magie opère. En réalité, il y a à Olten plusieurs rois : Toulouse, Alex Capus et, le temps d'une visite, vous-même.

empty