Balivernes

  • Cornélius était un vieux monsieur qui n'avait pas trouvé l'amour.
    Triste et seul, il inventait. Des graines volantes, des râteaux à rater, des fleurs à roulette... Gala était une vieille dame que tous appelaient la sorcière. Elle était moche et ridée, à cause d'un sort jeté par un sorcier. Mais un jour, avec des bouts de ficelle, des clous et du papier, Cornélius inventa une machine à fabriquer des baisers, et ceux-ci s'envolèrent par milliers. Et quand quelques-uns se posèrent sur la petite cabane en bois de Gala, que pensez-vous qu'il arriva ?

  • Un petit lapin se demande ce qu'est le bonheur. Il part à la rencontre des créatures des environs et à tous leur demande : « Dis, c'est quoi le bonheur ? ». Tous ont des réponses différentes : pour la fleur, c'est de sentir les rayons du soleil réchauffer doucement ses pétales, pour le grand chêne, c'est de se sentir beau et majestueux, pour l'oiseau, c'est de planer en liberté alors que pour l'ourse, c'est de se gratter le dos contre un arbre et de ses régaler de miel. Après avoir rencontré aussi des campagnols et un papillon, c'est avec un enfant qu'il apprendra que le bonheur peut prendre beaucoup de formes.

  • Lui vit sur la page de gauche. Elle vit sur la page de droite. Il est très amoureux d'elle et elle est très amoureuse de lui. Mais n'y a-t-il pas un gros problème ? Un gros gros gros problème ? Entre elle et lui, il y a un fossé infranchissable et insurmontable : la reliure ! Pourtant, ils n'ont pas l'air de trouver ça trop grave. Mais quand on est très amoureux, il faut pouvoir passer du temps ensemble, s'enlacer et s'embrasser... Alors comment font-ils pour se retrouver ?

  • Les trois petits cochons sont aussi des champions.

    Quand le Loup devenu vieux viendra les voir pour choisir un seul compagnon de voyage, qui sera le gagnant ?

    Les trois petits cochons ont gagné toutes sortes de médailles et de trophées car ils sont super doués en tout ! Mais ils sont aussi inséparables. Un jour, un vieux loup tout édenté, tout rabougri, vient à passer pour leur demander de l'aide. Il doit voyager et voudrait quelqu'un pour l'aider. Les trois petits champions veulent tous être celui qui partira. Alors le loup doit les départager et comme au terme de son voyage, il aura besoin d'une maison, il leur demande de montrer leurs talents en construction. Le premier fera une maison de paille, le deuxième une de bois et le troisième une de brique. Les deux premières ne sont pas solides et la troisième toute bancale. Car leurs médailles, ils les ont gagnées ensemble, jamais chacun pour soi. Et il faudra convaincre le loup que c'est bien tous les trois qu'il faudra choisir...

    Un petit conte détourné où le loup est bien loin d'être méchant et a même besoin d'aide. Les maisons des trois petits cochons sont toutes aussi fragiles, même celle de brique, car quand on réalise quelque chose tout seul, c'est toujours moins drôle et moins solide qu'à plusieurs et surtout entre amis !

  • Il était une fois, il n'y a pas si longtemps, un jeune écrivain très appliqué, qui ne faisait jamais de faute de grammaire et utilisait toujours les mots justes, qu'il assemblait avec style. Il restait chaque jour enfermé dans sa maison pour écrire et il sortait seulement pour acheter à manger. Et un jour, au supermarché, il entra en collision avec une fée très vilaine. Elle lança alors au jeune homme un sort terrible : tant qu'il sera écrivain, il perdra toujours la dernière page de chaque histoire qu'il écrira. Et depuis lors, il en était ainsi : soit la dernière feuille s'envolait par la fenêtre, soit elle était envoyée par erreur dans un pays lointain ou était mangée par le chien... Et comme personne ne s'intéresse aux histoires sans fin, l'écrivain ruiné dut vendre tout ce qu'il avait et il décida de partir dans le monde chercher fortune. Allant de pays en pays et de métier en métier, il remarqua qu'il se faisait bien plus d'amis qu'il n'en avait quand il restait enfermé chez lui. Et ce n'était que le début de ses surprises...

  • Un enfant entreprend un voyage dans la forêt, accompagné par un ami énigmatique. Ils atteignent la ville où tous deux se transforment, puis retournent à la forêt. Quelle est la place de chacun dans la Nature ? Car dans nos villes, chaque jour, nous l'oublions alors qu'elle nous rend plus humain.
    Et parce qu'un texte peut parfois être un chemin trop étroit limitant le lecteur dans sa découverte du livre, des sensations et des sentiments qu'il peut apporter, il n'y en a pas ici. Cette absence laisse toute liberté à chacun de compléter et faire sienne cette histoire, devenant ainsi un auteur-partenaire guidé par le parti pris très fort des illustrations à l'encre, eau et aquarelle inspirées par la Nature, ses formes et ses couleurs.

  • Le moulin à paroles se dressait depuis très longtemps tout en haut de la colline. Le vent apportait jusqu'à lui les conversations des villageois, grands et petits. Il faisait alors valser les syllabes de ses grandes ailes colorées, les brassant avec gourmandise. Il créait en mélangeant le tout, des phrases fraîches et des mots nouveaux, que le meunier distribuait au village. Un jour, le maire fit installer un distributeur de mots automatique sur la Grand-Place et très vite, les villageois n'utilisèrent plus que lui. Mais ce distributeur moderne et clinquant ne vendait que des phrases toutes faites et uniquement des mots raisonnables et sans saveur...

  • Monsieur Fée n'est pas comme les autres fées de la forêt. Quand il essaye d'imiter la Fée des Bisous qui pique les fesses des amoureux, il ne provoque qu'éclats de rire. Quand il tente de faire apparaître des pansements comme la Fée des Bobos, il n'arrive qu'à changer les arbres en barbe-à-papa. Pensant n'être qu'un bon à rien en tant que fée, il découvre un jour une ville toute grise où tout le monde est triste. Et là, toutes ses erreurs amènent de la couleur sur les murs et des rires dans le métro. Il réalise alors qu'il ne faisait pas tout de travers, mais juste à sa manière. Plus tard, à son retour dans la forêt, il se rend compte que tout le monde est triste et que toutes les couleurs ont disparu...

  • Depuis la nuit des temps, il existe sur la Lune une montagne appelée "Le promontoire des Songes", où vont les pêcheurs de la tribu de Isha pour attraper les plus beaux rêves. Ils les relâchent ensuite sur Terre pour qu'ils nous chatouillent le soir dans nos lits.
    Isha a grandi et veut devenir pêcheur de rêves, comme son père qui lui a tout appris : comment fabriquer un attrape-rêves, comment ne pas briser les rêves des enfants, qui sont les plus fragiles... Mais pour cela, il doit accomplir un prodige : attraper le plus terrible des cauchemars...

  • En regardant les nuages, un poussin voit les questions les plus folles se poser à lui. Pour y répondre, il va d'abord voir son grand-père et lui demande « Qui est venu en premier, l'oeuf ou la poule ? ». Mais les réponses de son grand-père, puis de sa grand-mère ne le satisfont pas. Persévérant, il va alors à la rencontre du chien et du chat, personnalités importantes de la ferme, de leur voisin la chèvre, de la vache et du cheval, de l'oie et de l'épouvantail, et il ira même demander au fermier...

    Qui mieux qu'un poussin peut se poser cette question éternelle : qui, de l'oeuf ou de la poule, est arrivé en premier ? Comme tous les enfants, ce poussin s'interroge sur ce qui l'entoure et n'est-il pas ainsi un philosophe en herbe ?

  • A la montagne, le parfum des sapins embaume, les cascades chantent sur les rochers, il est temps de partir sur ses sentiers pour atteindre les sommets La montagne est un endroit de contrastes et de multiples paysages : à travers les forêts et jusqu'aux plus hauts sommets, on peut y croiser les grands yeux d'un chamois ou les eaux miroitantes d'une cascade scintillante. En randonnée, en parapente ou même à ski, sa magie opère, elle nous apparaît sans cesse renouvelée.

    Que la montagne est belle ! Lors d'une marche, d'une nuit sous la tente, en escaladant ses rochers ou lorsqu'elle se couvre d'un grand manteau blanc, partons à sa rencontre !

  • Grand-père Félicien, qui adore la mer, est parti pour un long voyage sur son bateau. Une énorme tempête le surprend et au plus fort de celle-ci, il perd connaissance. A son réveil, il se retrouve dans un endroit inconnu, au beau milieu d'une forêt. Il veut retrouver la mer, alors il tire son bateau et avance péniblement. Au détour d'un chemin, il retrouve Sylvestre, son petit-fils. Ensemble, ils progressent jusqu'à un ruisseau qui les emmène jusqu'à l'océan. Sylvestre est fatigué et s'endort... et se réveille chez lui. Ce n'était qu'un rêve, mais qui lui aura permis de dire 'au revoir' à Félicien et sa maman lui rappellera que les personnes que l'on aire restent toujours dans notre coeur. Abordant le thème de la mort, « Le Dernier Voyage de Félicien » est réalisé entièrement en pastels et par le biais du rêve, il montre que la mort n'empêche pas de garder avec soi les souvenirs des personnes que l'on aime.

  • Quand la ville s'éveille, elle étire ses grands bra s de fer. Ses feux tricolores la font parfois rougir. Elle lance des petites voitures sur son grand circuit, se gonfle de joie quand le soleil est là et pleure avec les nuages, parfois. Le soir venu, elle allume ses réverbères dès la nuit tombée et danse, danse, et jamais ne s'éteint...

  • Petit ours demande à son papa : « Tu me racontes une histoire ? ». Papa ours alors commence d'inventer son histoire, mais ne veut pas mettre de loup dedans. Attirés par le conte, les animaux de la forêt s'attroupent peu à peu autour et l'histoire prend forme. Mais papa ours est constamment interrompu par tout le monde qui tente de deviner la suite de l'histoire et surtout, qui demandent si vraiment, il n'y aurait pas un loup dans ce récit... C'est alors qu'un véritable loup arrive près d'eux.
    Papa ours va alors continuer l'histoire en transformant le lapin en chevalier pour aller affronter l'animal. Et il participera aussi pour l'aider et en allant assommer le loup. Et petit ours n'aura qu'une envie : « Tu me racontes une autre histoire ? »

  • Qui ne rêve pas de l'espace infini En regardant le ciel ?

    L'espace est si près, avec les satellites qui tournent au-dessus de nos têtes à quelques kilomètres seulement de nous et il s'étend à l'infini. La Lune, bergère de nos nuits, et le Soleil, maître de tout le Système Solaire et de ses planètes sont nos proches voisins. Mais au-delà, la Voie Lactée, les trous noirs, les étoiles qui vivent et meurent dans des explosions gigantesques jusqu'aux plus lointaines galaxies, tout est source de beauté et de gigantesque majesté.

    Un nouveau tome dans notre série des paysages-voyages poétiques en même temps que celui sur la jungle, après la ville, la campagne, l'océan et la montagne. Les illustrations très modernes et très graphiques nous emportent de plus en plus loin à la rencontre des merveilles et des monstres de l'espace, et nous ramènera à la fin sur notre Terre. Et qui sait si ailleurs, la vie n'a pas donné naissance à des êtres rêvant au même voyage ?

  • Mamily a du brouillard dans la tête. A-t-elle oublié de recoudre le bouton du pantalon de Papily ?
    Dehors, le soleil brille dans le ciel. Ça y est, Mamily a retrouvé le bouton ! Il est si beau, si lumineux.
    Elle doit le suivre pour l'attraper, mais il est bien trop haut. Et dans sa promenade, elle trouvera de merveilleux boutons !

  • Petit fantôme fête aujourd'hui ses 1000 ans. C'est un grand jour et il est temps pour lui de trouver sa propre maison à hanter. En route à la recherche de son propre foyer, il trouvera d'abord une toute petite et mignonne maison d'oiseaux et ensuite un vieux bateau sous l'eau, mais aucun de ces endroits ne lui convient. Mais quand il trouve enfin une maison dont la fenêtre est restée ouverte, il est découvert par Nathan, un petit garçon qui n'a pas du tout peur de lui. Nathan va tenter de lui apprendre à être effrayant, et il aura même une idée sur la maison que le petit fantôme pourrait aller hanter...

  • Pierre demande un hippocampe comme animal domestique. Aussitôt, son papa construit un bathyscaphe et une fois celui-ci installé dans la baignoire, les voilà partis explorer les fonds marins. Ils croisent des poissons perroquet, des éponges, des étoiles de mer, des crabes et une fois arrivés à la grande barrière de corail, ils découvrent les hippocampes qui vivent là en famille. Mais lequel prendre ? Il n'est pas quest

  • La mer est un lieu, source de multiples sensations : le vent qui chante, les poissons qui tournent en rond, le ressac qui nous berce et les marins qui crient. Tout cela et même plus nous emporte dans un grand rêve sans fin. Nous en gardons toujours un peu de sable au fond de nos chaussettes...

  • Venez vous perdre dans le chant de la jungle Avec sa faune et sa flore pour un merveilleux voyage.

    La jungle est toujours un merveilleux océan d'émeraude, qu'elle soit d'Afrique, d'Asie ou d'Amérique. Sa flore toute de fleurs sauvages, carnivores ou simplement odorantes est un ravissement pour les yeux et sa faune remplit notre imagination de rencontres avec des tigres, des serpents, des rhinocéros et des oiseaux multicolores. Et parfois, dans un paysage de cité perdue ou de mangrove humide, qui sait si l'on n'aperçoit pas Mowgli ou Tarzan qui nous rappellent notre rêve de vivre en bonne entente avec elle.

    Un nouveau tome dans notre série des paysages-voyages poétiques en même temps que celui sur l'espace, après la ville, la campagne, l'océan et la montagne. Les illustrations très modernes et spontanées emmènent le lecteur dans la découverte ou les retrouvailles avec un monde différent, mais si proche et si vital.

  • Chaparrón signifie « Averse » en espagnol, cette pluie courte et intense qui arrive brusquement et disparaît aussi vite. Mais un « Chaparro » est un petit personnage, comme celui de ce récit. Et ce mot étranger évoque aussi le voyage et les pays plus ou moins lointains. Ainsi, cette histoire reprend toutes ces significations : ce petit homme semble chercher quelque chose, il est triste, mais il retrouve le bonheur en atteignant un pays ensoleillé, comme s'il avait subi cette averse. Toute période triste a une fin, toute épreuve peut être vue comme un chemin où le meilleur est à venir.

  • Il existe un endroit où les enfants n'ont pas à obéir à leurs parents : le pays des enfants-rois. Là-bas, le roi, seul seigneur et maître, décide de tout. Mille nourrices s'occupent de lui nuit et jour, et surtout, elles s'occupent de ses tétines : il en possède mille ! Mais c'est aussi un roi bien cruel : si une tétine est mal lavée, dix nourrices sont jetées au cachot. Et comme il est devenu impossible de trouver de nouvelles tétines pour sa fantastique collection, le roi devient de plus en plus invivable. Mais Mathilde, la plus rusée des nounous a une idée : celle qui pourra le faire changer, et même le faire devenir grand et pourquoi pas lui faire oublier ses fameuses tétines...

  • Aujourd'hui, nous partons à la découverte d'un monde plein de surprises et d'aventures. En fait, ce serait plutôt de le redécouvrir : il n'est pas besoin de partir très loin pour trouver à savourer quelques instants magiques, pour respirer et vivre des moments intenses ou tranquilles. Tout est possible à la campagne, et l'on est si loin de la ville...

    Une journée à la campagne pour redécouvrir sa magie et sa poésie, ses habitants et tout ce que nous, grands et petits pouvons faire : se balader, faire du vélo, marcher, regarder, observer, partager, rêver, se reposer. prendre le temps de vivre ensemble au rythme de nos pas et de nos rêveries.

  • De l'Atèle à la Zygène, en passant par le Harfang et le Serval, un abécédaire où chaque animal sort de l'ordinaire par son texte et par sa représentation.

    Cet abécédaire déroule sous vos yeux, pour chaque lettre la présentation d'animaux peu connus. Chaque haïku les présente de manière poétique mêlant l'exotisme à l'originalité. Les illustrations réalisées à base de scotch leur donnent vie, couleur et mouvement. Un abécédaire plus qu'original où l'occasion est donnée de faire de réelles découvertes. Vous en serez scotché !

    Les animaux présentés sont les suivants : l'Atèle, le Boomslang, le Cardinal, la Demoiselle, l'Exocet, la Frégate, la Grèbe, le Harfang, l'Ibis, le Jabiru, le Kétoupa, la Limule, le Mandrill, le Nandou, l'Otocyon, le Pangolin, le Quetzal, le Ratel, le Serval, le Tamandua, l'Uaru, le Vulcain, le Watusi, le Xylocope, l'Yponomeute et la Zygène.

empty