Religions et sagesses orientales

  • Ce recueil, qui expose les conceptions de l'auteur sur la vie, Dieu et la nature, constitue la plus accessible des initiations à l'enseignement de l'Inde éternelle. Rabindranâth Tagore, passeur par excellence de la philosophie et de la spiritualité indiennes en Occident, était un poète intimement religieux ; toute son oeuvre se veut un témoignage de ce que Dieu réside avant tout dans la pureté personnelle et dans l'attention à autrui. Sâdhanâ, d'un terme sanskrit signifiant « discipline spirituelle », est une superbe distillation des grands textes de la philosophie indienne, et depuis longtemps un classique.

  • La Bhagavad-Gîtâ ou « chant du Seigneur » est sans aucun doute, avec les Upanishad, l'un des textes fondateurs de la spiritualité indienne. Il a été sans cesse commenté par les plus grands philosophes indiens, de Shankara, qui voyait dans cette « sainte Écriture » « un recueil des vérités essentielles de tout l'enseignement védique » aux maîtres des traditions vishnoutes et shivaïtes, et a été traduit dans toutes les langues. Inséré dans la grande épopée du Mahâbhârata, juste avant le combat final, il met en scène le guerrier Arjuna et son cocher, Krishna, qui se révèlera progressivement dans le poème comme « le Dieu des dieux », le Bhagavân, « le Seigneur ».
    Par sa richesse, sa concision et la profondeur de son message invitant à avancer bravement au-delà des apparences vers l'Unité, ce texte se prête à une grande diversité d'interprétations. Forgée par trente années d'études et d'enseignement celle de Gisèle Siguier-Sauné situe la Gîtâ dans le prolongement des textes qui l'ont précédée pour en explorer la féconde originalité. Ainsi nous conduit-elle pas à pas dans cette quête de l'Unité jusqu'au dévoilement de l'Amour libérateur, ultime révélation de ce poème unique.

  • Le Commentaire de Carl G. Jung sur le traité taoïste du Mystère de la Fleur d'Or constitue dans son oeuvre une étape cruciale: il inaugure sa recherche, aujourd'hui devenue incontournable, sur les civilisations orientales, et annonce quelques-uns des grands thèmes privilégiés - comme «l'âme» ou la quête d'une «conscience totale» - à partir desquels va se structurer dorénavant la psychologie des profondeurs.
    Ce commentaire est ici accompagné de dessins chinois anonymes du XIIIe siècle représentant les « quatre stades de la méditation » et de « mandalas européens » sélectionnés par Jung, ainsi que de certains textes - dont une remarquable préface au Yi King- qui jalonnèrent son exploration de la spiritualité chinoise traditionnelle.

  • "Trois types de souffles, émanant du souffle primordial, agissent de façon concomitante : le souffle Yin, le souffle Yang et le souffle du Vide médian. Ce dernier, tirant son pouvoir du Vide originel, intervient chaque fois que le Yin et le Yang sont en présence. Drainant la meilleure part des deux, il les élève vers la transformation bienfaisante." Cette idée d'un entre-deux évanescent qui insuffle sa vie à la réalité duelle, secret de la rencontre féconde des opposés, est présente en filigrane dans toute l'oeuvre de François Cheng. Lui-même, en tant que poète chinois et français, incarne cet échange incessant. En plus de cent poèmes nourris de sa vision du monde et de son expérience humaine, il nous offre son testament littéraire : il a en effet décidé que c'était là son ultime oeuvre poétique. Cette édition de poche, augmentée d'une nouvelle préface et de poèmes inédits, en constitue la version définitive.

  • De l'éducation offre une réflexion philosophique sur l'éducation et le sens de la vie, la nature de l'enseignement, son rôle dans l'édification de la paix, et la liberté individuelle. Krishnamurti se fonde sur la connaissance de soi, l'éveil de l'intuition et sur l'importance de créer un environnement propice à la compréhension. L'auteur, qui toute sa vie porta un intérêt profond pour l'éducation et pour la construction d'écoles de par le monde, examine ici avec minutie ce qui selon lui pose problème avec l'éducation actuelle, et plus particulièrement l'erreur d'enseigner à nos enfants « quoi » penser plutôt que « comment » penser. Le livre aborde ainsi plusieurs points primordiaux comme la dimension sociale et la nécessité de changer les modes de pensée, sans jamais perdre de vue l'idée principale que tout repose sur le rôle des parents et éducateurs auprès des enfants.

  • A la croisée de l'humour populaire et de la sagesse spirituelle, les histoires de ce recueil proviennent des quatre coins du monde. Le maître conteur qu'était Anthony de Mello les utilisait pour surprendre, charmer ou détendre son auditoire. Mais il les avait choisies avant tout parce qu'elles ont de quoi stimuler la réflexion et alimenter la méditation. " Vous pouvez bien les lire pour vous amuser, remarqua-t-il, mais rien ne garantit qu'une histoire ou l'autre ne se glissera pas derrière votre système de défense pour faire explosion au moment où vous vous y attendez le moins. "

  • Sur le chemin de l'école, un adolescent de quinze ans est abordé par un vieil homme à barbe blanche, issu de nulle part. Celui-ci déclare que le garçon est en âge de connaître certaines choses qu'il est prêt à lui enseigner. Qui est cet homme étrange ? Aussi sage que Socrate et paisible que Bouddha, il use d'énigmes et de paraboles pour apporter des réponses surprenantes à quatre questions essentielles :
    Ai-je une âme ? Comment nos désirs deviennent-ils réalité ?
    Quelle force suprême régit l'univers ? Comment puis-je changer le monde ?
    Le jeune homme n'est autre que Deepak Chopra lui-même. Il a grandi pour transmettre ce que le vieil homme lui a appris.
    Ce conte initiatique, destiné à guider adolescents et jeunes adultes sur les chemins de la sagesse, propose une introduction à la spiritualité.

  • Pourquoi la question féminine cristallise-t-elle à ce point les passions dans le monde musulman ? Comment en est-elle venue à incarner toutes les peurs des milieux conservateurs face à la modernité ? Pour répondre à ces questions et, éventuellement, proposer des solutions, il ne suffit pas d'en rester au niveau de l'histoire des faits : il faut se plonger dans l'histoire des représentations, y compris les plus obscures et les plus inconscientes.
    L'auteur explore ainsi l'image de la femme dans le discours orthodoxe, depuis le Coran jusqu'aux Codes de la famille contemporains : subalterne, tentatrice... Mais elle dévoile aussi un pan méconnu de la littérature musulmane : son « discours érotique religieux » qui révèle une femme « omnisexuelle, animale et insatiable » face à laquelle l'homme est réduit à un phallus à jamais insatisfaisant.
    Mêlant analyse sociologique et science des textes, cette étude qui fit scandale lors de sa première parution est à nouveau disponible, dans une version mise à jour.

  • En 1930, Freud écrit à son ami Romain Rolland : « Avec votre aide, je vais maintenant essayer de pénétrer dans la jungle des enseignements traditionnels de l'Inde. J'aurais vraiment dû m'atteler plus tôt à la tâche » ... Pourtant, Freud, comme la plupart de ses disciples, ne comprit pas vraiment la dimension psychologique fondamentale de l'expérience bouddhique. Or, déclare Epstein, le bouddhisme a quelque chose d'essentiel à apprendre aux psychothérapeutes contemporains ; depuis longtemps, il a mis au point une technique pour s'attaquer au narcissisme et le dépasser, un but que la psychothérapie occidentale n'a que récemment commencé à envisager comme possible.

    En 1995, Pensées sans penseur a été le premier ouvrage à expliquer l'apport des enseignements bouddhiques à la psychanalyse. Il a été traduit en allemand, espagnol, tchèque, coréen, roumain.. Et en français en 1995 par Calmann-Levy. Nous le reprenons en poche avec une nouvelle introduction de l'auteur qui rend compte des progrès de la psychologie sur ce sujet depuis vingt ans.

  • le docteur jacques vigne, psychiatre, vit en inde où il médite et écrit.
    michel jourdan se définit comme un ermite voyageur, se retirant dans des îles lointaines ou des coins de montagne encore préservés. ensemble, ils ont déjà écrit marcher, méditer, dont le succès inattendu prouve que nous sommes nombreux à vouloir retrouver un sens à nos activités quotidiennes et accéder à une véritable transformation de l'être. le présent ouvrage approfondit le cheminement tracé alors, selon une double parole : " cheminer dans la contemplation ", où michel jourdan nous fait partager ses réflexions, lectures et conversations ; et " la contemplation au fil du yoga ", où jacques vigne éduque notre regard à percevoir la nature authentique de notre réalité.
    car il s'agit en fait, à l'aide de tout exercice pratiqué avec attention, à travers la marche comme par le yoga, de se relier à un état de clarté primordiale, à ce silence essentiel qui nous fonde.

  • Le processus de vieillissement nous concerne tous et toutes. Et avec l'allongement de la durée de vie il est devenu un vrai problème de société et de gestion de santé publique. Cette formidable enquête menée avec fougue par une septuagénaire dynamique, nous permet de faire un point complet sur la façon de gérer la vieillesse aujourd'hui à tous niveaux, physiques, psychiques, spirituels, sociaux. Pour ce faire, l'auteure est allée à la rencontre de scientifiques et médecins de renoms tels que Joël de Rosnay, le Dr Christophe de Jaeger ou le professeur Forette, de journalistes et écrivains prestigieux et âgés tels que Stéphane Hessel, Ménie Grégoire, Benoîte Groult, François de Closets, d'instructeurs spirituels tels le moine bénédictin Benoît Billot ou la nonne bouddhiste Chân Khong... pour ne citer qu'eux. Elle a aussi visité des maisons de retraite pilote ou fait une retraite pour personnes âgées dans un monastère chrétien et chez le maître zen Thich Nhat Hanh. On en sort conforté : il faut apprendre à vieillir avec énergie et jeunesse d'esprit !

  • Cette autobiographie unique nous raconte l'histoire saisissante d'une femme qui a non seulement vécu, mais fait l'histoire. Cette édition revue et augmentée suit le périple courageux de soeur Chân Không du Viêtnam en France, et son retour au Viêtnam après quarante années d'exil.
    Soeur Chân Không est née dans un village du delta du Mékong en 1938. Adolescente passionnément dévouée au changement social, elle commence à travailler dans les bidonvilles de Saigon en distribuant de la nourriture, en aidant les malades et en instruisant les enfants. À vingt-et-un ans, elle rejoint le maître zen Thich Nhat Hanh et fonde avec lui l'École de la jeunesse au service social, qui devait devenir une organisation de plus de dix mille jeunes membres proposant un accompagnement médical, éducatif, et agricole aux régions rurales du Viêtnam, et s'attelant également à la reconstruction des villages détruits par la guerre. Soeur Chân Không s'est fait connaître dans le monde des militants pacifistes pour son travail de promotion des droits de l'homme et sa dénonciation de la répression et de la violence, souvent au péril de sa propre vie. Elle continue de travailler en étroite collaboration avec Thich Nhat Hanh au Viêtnam et au Village des Pruniers, centre de retraite et communauté en exil installée en France.

    Nouvelle édition, revue et augmentée, d'un livre paru à La Table ronde en 1995.

  • Tolérance, non-violence, espoir, solidarité, compréhension : les maîtres-mots de 59 Prix Nobel de la Paix sont rassemblés dans cet ouvrage.
    De Henri Dunant à Albert Schweitzer, de Martin Luther King à Mère Teresa, de Desmond Tutu au Mahatma Gandhi, de Nelson Mandela à Jimmy Carter, leurs paroles montrent les voies qui mènent à la paix : abolition de la discrimination raciale, dialogue religieux et humanitaire, désarmement, résolution pacifique des conflits, combat en faveur de la démocratie et des droits de l'homme, réformisme social, éducation.

  • Un jour, Henry Nouwen voit affichée sur la porte du bureau d'une amie une reproduction du tableau de Rembrandt intitulé Le retour du fils prodigue. Il s'identifie immédiatement à l'enfant en haillons qui s'abandonne entièrement à l'accueil de son père. " Après le voyage exténuant où j'avais donné le meilleur de moi-même, la tendre étreinte du père et du fils traduisait tout ce à quoi j'aspirais. " Pendant des années, ce tableau inspirera son cheminement spirituel. Après s'être longtemps reconnu dans l'enfant prodigue, il se rendra compte qu'il ressemble aussi étrangement au fils aîné, qui se considère comme sans tache et éprouve une vive colère et une jalousie irrépressible devant le pardon sans condition accordé par son père à son frère inconséquent. Et un peu plus tard, il conclura en outre qu'il est appelé à devenir le père : celui qui accueille l'autre (et qui s'accueille lui-même?) sans juger.
    En trois grandes sections, l'auteur présente ainsi les trois personnages à la lumière de la vie de Rembrandt, de sa propre vie et de l'enseignement de l'Évangile. S'il se livre à une brillante analyse détaillée du tableau, c'est notre propre portrait intérieur qu'il esquisse.

  • Dans un monde contemporain désorienté, comment retrouver, le sens du sacré ? C'est-à-dire, comment redonner une signification au sacré, comment renouer avec la perception du sacré, et comment faire du sacré une direction dans notre vie. Pour nous éclairer sur ce chemin d'une transcendance sans dogmatisme, des grands noms de la spiritualité contemporaine se sont réunis à l'invitation du CERFPA (Centre privé d'études, de recherche et de formation en psychologie appliquée). Un colloque essentiel, qui fait dialoguer les traditions.

empty