Religion généralités

  • De tous les actes inachevés, de tous les gestes que nous n'avons pas menés jusqu'au bout, de tout cet à peu près dont nous tissons nos jours et nos nuits, de toutes les rencontres avortées avec soi-même et les autres, naît un jour la crise. Une femme vit cette « nuit de l'âme » au coeur de l'hiver dans la solitude d'une maison retirée. Elle l'explore, la pénètre et la retient en des lignes brèves, justes, fatales qui touchent droit au coeur. Traversée du miroir, récit initiatique, Histoire d'âme évoque au plus profond et au plus simple le mystère, la difficulté et le bonheur d'être, avec des éclats de diamant noir.

  • Pierre Rabhi est un homme en marche. Vers plus de solidarité, plus de fraternité. Vers ce point d'équilibre où l'humanité et le cosmos, les peuples du Nord et ceux du Sud, les sociétés qui meurent de leur gaspillage et celles qui s'éteignent dans la misère, devraient retrouver l'harmonie. Déchiré, dans son enfance algérienne, entre une origine musulmane et une éducation à l'occidentale, il fut le témoin de ces populations écartelées entre leurs traditions séculaires et la modernité. Travailleur immigré confronté au racisme et à l'absurdité de l'univers urbain, il parvint en compagnie de sa femme à exploiter une petite ferme cévenole, réalisant ainsi son rêve de retour à la terre. Fort de cette réussite, il chercha dès lors à transmettre son savoir-faire agronomique et lança en France, en Afrique noire et au Maghreb, de nombreuses initiatives visant à fertiliser les terres arides, à promouvoir une réconciliation entre les hommes et la Terre-Mère, et à inaugurer une autre éthique dans les échanges internationaux. Aujourd'hui devenu le prophète d'une "spiritualité concrète", ce pionnier d'une révolution écologique tranquille s'adresse aussi bien aux hommes en lutte contre la désertification de leurs terres qu'à ceux qui découvrent la désertification de leur âme.

  • « M'étant séparé de mon moi illusoire, j'ai cherché désespérément un sentier et un sens pour la vie. » Cette phrase définit parfaitement le projet biographique d'Alexandro Jodorowsky : restituer l'incroyable aventure et quête que fut sa vie. Né au Chili en 1929, c'est en effet un homme et un artiste aux mille facettes. Chantre de l'expansion de conscience, poète, romancier, comédien, fondateur du « théâtre panique » avec Arrabal, réalisateur notamment de films cultes tels que El Topo et La Montagne sacrée, scénariste de célèbres bandes dessinées comme L'Incal, Jodorowsky a aussi élaboré deux techniques thérapeutiques : la psychomagie, qui renvoie les faits quotidiens à des modèles mythiques, et la psychogénéalogie, qui agit sur les héritages psychologiques familiaux.
    Il brosse ici la fresque d'une existence qui exalte, au-delà de toute mesure, les potentialités de l'être dans le but de repousser les limites de l'imaginaire et de la raison, et d'éveiller le capital de transformation et de vie qui se trouve en chacun de nous.

  • Le corps a un langage par lequel il exprime sa jouissance et ses souffrances, mais il est aussi lui-même un langage en soi, un "livre de chair".
    Apprendre à lire le corps, c'est être attentif à son dessin, savoir décrypter les formes du labyrinthe anatomique ; c'est aussi entendre ce que nous disent les grands mythes de l'humanité sur la nature et la fonction subtile de chacun des organes ; c'est enfin, nous dit Annick de Souzenelle, redécouvrir l'Arbre des kabbalistes, car si l'homme est "créé à l'image de Dieu", l'image de son corps doit être lue comme le reflet terrestre de cet "Arbre de Vie" dont nous parle la tradition de la Kabbale.

  • Toute l'oeuvre d'Anthony de Mello est consacrée à la libération intérieure. Quand la conscience s'éveille se pré-sente comme un recueil d'histoires courtes, de fables ou de paraboles qui, influencées par les spiritualités bouddhiste ou taoïste, tracent les voies d'une sagesse originale et efficace.
    S'appuyant sur son expérience d'animateur de retraites spirituelles, Anthony de Mello s'adresse ici directement à son lecteur, dans un style vif et familier. Il aborde les thèmes essentiels qui pourraient l'éclairer sur l'éveil à soi, condition d'harmonie intérieure et de bonheur. Il le poursuit jusque dans ses derniers retranchements psychologiques avec une perspicacité teintée d'ironie et de tendresse.
    Ce livre sera un compagnon de route précieux pour qui veut cheminer vers la connaissance de soi.

  • Depuis la maison au bord de la mer où elle a trouvé refuge, une femme entretient une correspondance avec les personnes qui lui sont chères. Ses lettres sont autant de méditations sur les mystères de la vie, avec sa part de lumière comme sa part de ténèbres. Écrites dans la solitude, elles s'adressent à ceux qui, par delà la distance, sont pour elle des compagnons de route : son époux disparu en montagne et dont le corps n'a jamais été retrouvé ; l'amie fidèle qui a été à ses côtés au coeur de l'épreuve et du deuil ; son frère qui lui a confié ses trois filles pour l'été ; et d'autres encore...; Six lettres où s'exprime une extrême attention à ce qui fait la beauté et la singularité de chacun, et d'où jaillit une confiance sereine en la vocation divine de tout être. Charlotte Jousseaume nous offre, à travers ce premier livre qui s'inscrit dans la lignée d'une Christiane Singer, le fruit d'une sensibilité contemplative enracinée dans la simplicité du quotidien. Sa foi se fonde avant tout sur un amour de la vie, de la nature et des hommes. Par la grâce de son écriture, elle communique sa faculté de s'émerveiller et illumine le lecteur.

  • Si l'on peut dire avec John Cage qu'il n'existe pas de silence total, on peut affirmer que le silence ne cesse jamais d'impliquer son contraire et que seul le fond sonore de notre environnement nous permet de le reconnaître. Le silence, c'est du temps perforé par des bruits.
    Le silence est la couleur des événements : il peut être léger, épais, gris, joyeux, vieux, aérien, triste, désespéré, heureux... Il se teinte de toutes les infinies nuances de nos vies. Sans cesse, si on l'écoute, il nous parle et nous renseigne sur l'état des lieux et des êtres, sur la texture et la qualité des situations rencontrées. Lieu de la conscience profonde, il fonde notre regard et notre écoute.
    Le silence intérieur : comment, dans le tumulte des pensées, fantasmes, images qui nous habite, peut-on arriver à retrouver le silence en soi ? Artistes, poètes, philosophes, mystiques savent depuis toujours que dans l'attention au silence de la pensée s'enracine toute créativité.
    Dans un monde de plus en plus bruyant, la valeur du silence est à redécouvrir. Nous l'avons peut-être oublié, nous sommes des êtres porteurs de toute la sagesse immémoriale du silence.

  • Les idées fausses ont depuis toujours proliféré dans le domaine où elles sont le plus pernicieuses, porteuses de haines et de malentendus : celui des religions. Elles concernent alors le noyau identitaire de chaque culture, et sont si bien enracinées qu'il semble impossible, surtout en un temps où le vocabulaire religieux envahit l'actualité la plus guerrière, d'aborder rationnellement ce terrain périlleux.
    C'est pourtant ce que fait ici Odon Vallet. Dans cette édition mise à jour de ce Petit lexique devenu un classique, il corrige les approximations véhiculées par la rumeur ou les médias, qu'il s'agisse du voile prétendument islamique, de la laïcité ou de l'antisémitisme. Il s'applique aussi à prendre en défaut, sans concession aucune, les lieux communs du « religieusement correct » sur le pacifisme bouddhiste, la tolérance protestante ou la « culpabilité judéo-chrétienne ». Il montre enfin comment certaines confusions cachent de réelles difficultés auxquelles il nous invite à ne pas nous soustraire, pour faire reculer l'intolérance et l'ignorance.

  • Deux écrivaines, toutes deux athées, dialoguent sur le féminin et le sacré. Dans cet essai épistolaire, les deux intellectuelles s'interrogent : existe-il un sacré spécifiquement féminin ?
    Le livre repose sur l'intuition profonde de l'éveil des femmes en ce 3e millénaire, et sur le lien étroit qu'elles entretiennent avec le sacré.
    D'un pèlerinage à la Vierge noire aux environs de Dakar jusqu'aux cultes de l'Inde, Catherine Clément, disciple de Claude Lévi-Strauss, témoigne de l'intelligence du sacré à l'oeuvre dans ces pays. Julia Kristeva évoque Thérèse d'Avila et les grandes mystiques chrétiennes.
    « Qu'est-ce que le sacré ? », demandait Goethe dans un poème. Julia Kristeva rappelle ici sa réponse : « Ce qui unit les âmes ». À l'opposé d'un sacré totalisateur, ces deux femmes esquissent les contours d'un sacré qui, au carrefour du corps et de la pensée, donne sens à la singularité, et révèle sa vitalité dans le partage.

  • Il est des moments innombrables où Dieu se tait. Où le cri de l'homme se heurte au silence, renvoyé par l'impla-cable écho. De ce silence de Dieu, de cette absence d'amour, le siècle passé comme celui qui s'ouvre portent les stigmates avec leur cohorte de charniers, de génocides et de catastrophes naturelles. Toujours à reprendre, le cri de Job révolté devant la souffrance, l'injustice et l'absurde demeure d'actualité. C'est le point de départ de ce texte où se croisent littérature et spiritualité, pour se mettre à l'écoute des échos de ce silence irradié de résonances...

  • Communier et excommunier : telles sont les deux fonctions antagonistes du lien religieux, qui lutte contre l'isolement et broie les rébellions. Le concept de « guerre de religion » date du XIXe siècle agnostique, car il suppose que deux doctrines adverses soient tenues pour égales ; auparavant, on avait les guerres de la vérité contre l'erreur, de la « vraie foi » contre la « religion prétendue réformée », des disciples du Prophète contre les Infidèles, du peuple d'Israël contre les idolâtres, etc.
    Avec ce Petit lexique entièrement mis à jour dans le contexte d'une actualité menaçante, Odon Vallet nous montre, avec son sens habituel du raccourci et du brassage des genres, qu'il n'y a jamais de guerre « purement » religieuse - ni d'ailleurs de conflit entièrement étranger à la religion.
    Ces quarante et une haltes à travers l'histoire et la géographie nous invitent à (re)découvrir l'ombre terrible de l'humanité croyante, qui a toujours accompagné sa face lumineuse.

  • C'est un fait, le Jugement dernier n'est plus à la mode. Contre le « terrorisme sacré » par lequel l'Eglise a longtemps assis son pouvoir clérical, l'esprit moderne s'est à juste titre rebellé.
    Pourtant, au-delà de ses excès morbides, l'idée d'une rétribution des actes de chacun n'exprimait-elle pas une sorte de révolte contre le Mal si présent en ce bas-monde ? Et nos films (Harry Potter) et séries policières n'en sont-ils pas la résurgence angoissée et omniprésente dans notre monde contemporain ?
    Le théologien et la psychanalyste reprennent ici cette question à sa racine : celle des textes bibliques et évangéliques qui demeurent irréductibles dans leur dureté au moins apparente. Si l'on abandonne sans regret le Dieu-Juge d'antan, que signifie alors la responsabilité de l'homme : implique-t-elle son perpétuel procès (y compris le procès qu'il se ferait à lui-même) ou l'appelle-t-elle à libérer et épanouir son « je » véritable, au-delà des ombres de son inconscient et de la surveillance de son Surmoi ?

  • Quelle est la différence entre une croyance et la religion ? Nul n'a vu Dieu : l'homme l'a-t-il inventé ? D'où vient le mot « Dieu » ? Pourquoi Dieu a-t-il créé le monde ? Dieu est-il lié par ses propres lois ? Jésus a-t-il « fauté » avec une ou des femmes ?
    Pourquoi le Pape se fait-il appeler « Très Saint Père » ?
    Depuis de nombreuses années, Odon Vallet répond aux questions des lecteurs du Monde des religions. Il réunit ici ces questions et leurs réponses, courtes et à la portée de tous. Il permet ainsi au plus grand nombre de trouver des repères simples au sein du labyrinthe des religions.
    L'ouvrage est illustré d'une vingtaine de dessins humoristiques de Georges Million, ce qui en fait un petit livre éducatif et ludique, à offrir et à s'offrir.

  • Ce livre n'est pas fait pour ceux qui savent prier.
    Il n'est pas fait non plus pour ceux qui n'ont jamais éprouvé de gêne à s'engager dans ce dialogue nommé " prière ", qui présente toutes les apparences d'un ridicule monologue. il s'adresse plutôt aux sceptiques, aux " demi-croyants ", aux perplexes qui ont les " genoux trop raides " pour consentir à la dévotion. ces cent prières - qu'elles adoptent le ton de l'éloge, de la détresse ou de l'" ivresse légère " - sont autant de paroles possibles à travers lesquelles l'intégrité et la liberté de l'homme face à dieu ne sont jamais menacées.
    Paroles rudes ou pleines de tendresse, méfiantes ou amicales, toujours tendues vers un bonheur non factice. elles s'inscrivent en faux contre les " avortements de l'intelligence " et de la sensualité, contre la dimension " magique " de la prière conventionnelle.

  • La modernité remplit notre quotidien d'informations et elle a élevé l'individu à sa plus grande dignité, mais elle a multiplié les solitudes. La condition humaine reste déterminée par ces deux pôles : une venue au monde qu'on n'a pas demandée, une mort dont on ne connaît pas l'heure. Comment transformer aujourd'hui cet entre-deux en une existence pleine et entière, qui fasse sens par-delà nous-mêmesoe
    Des penseurs de tous horizons soufi, moines zen ou tibétain, médecin, prêtre, écrivains... explorent ici les voies et les étapes de cette quête intérieure qui nous dépasse. Un dialogue qui résonne comme une invitation à ne pas passer à côté de la vie.

    Avec la participation de Stan Rougier, Roland Rech, Lama Puntso, Swâmi Saraswati, Jean-Paul Guetny, Cheikh Khaled Bentounès, Richard Moss, Marie de Hennezel, Christiane Singer.

  • Au moment où les religions font un retour retentissant dans la vie quotidienne, s'impose la nécessité de les comprendre dans leur cohérence et leurs différences. Car on ne peut plus se contenter d'une simple description factuelle ni, pire, de quelques idées caricaturales. Pour lutter contre l'intolérance, l'embrasement des passions haineuses et le fanatisme, le seul geste décisif consiste à dégager les spécificités et à connaître les points de rapprochement des grandes religions. C'est à cette seule condition que " la question religieuse" trouvera la seule réponse qui nous permettra de mieux vivre ensemble dans la paix.
    « Un livre qui décrit de manière simple, mais non simpliste, claire sans manquer de profondeur, les fondements, la vision et les préceptes de vie de quatre grandes religions du monde qui sont présentes en Occident. A mettre entre les mains de tous, croyants comme athées. » Matthieu Ricard.

  • Il y a dans l'amour un noyau d'absolu semblable à l'éclat du diamant, une part d'inaccessibilité qui invite à dépasser les limites du futur.
    Il y a dans tout amour la rencontre de deux amours qui se cherchent, se découvrent, s'amplifient, se perdent ou se complètent pour créer au-delà de la rencontre, une durée, une vitalité, un plus à l'existence.
    Je m'appelle toi dit les émerveillements, les risques et les pièges de l'amour-fusion dans l'infini désir de se chercher et de se perdre dans l'autre.
    Ce livre n'est pas à lire, il est à entendre au plus profond de soi.

  • "Il y a en moi un puits très profond. Et dans ce puits, il y a Dieu. Parfois je parviens à l'atteindre. Mais plus souvent, des pierres et des gravats obstruent ce puits, et Dieu est enseveli. Alors il faut le remettre au jour. Etty Hillesum. Pour explorer cette profondeur de la vie spirituelle, nous disposons d'outils - la Torah, la Bible, le Coran... - et de méthodes - la liturgie, la prière, la contemplation. Nathalie Nabert, Doyen honoraire de la Faculté des Lettres de L'Institut Catholique de Paris et spécialiste de la spiritualité cartusienne, a réuni des personnalités d'horizons divers - catholique, protestant, orthodoxe, juif, musulman - pour parler des richesses auxquelles mène cette aventure intérieure. Avec : Michel Leplay, pasteur ; André Louf, ancien Père abbé du Mont-des-Cats ; Boris Bobrinskoy, doyen honoraire de l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge ; Claude Vigée, écrivain ; et Larbi Kéchat, recteur de la mosquée Adda'wa.


  • Lorsque le dernier naïf mourra, l'équilibre de notre planète ne sera plus assuré.
    " Ces dernières lignes, Daniel Pons les a écrites à l'heure où, plus que jamais, il était confronté au mystère de la vie et de la mort, au pourquoi de notre présence sur terre.
    Son style revêt alors son plus profond dépouillement, sa plus grande simplicité. Les mots qui se pressent dans son esprit et coulent de sa plume sont les plus concrets, les plus précis, les plus simples, et décrivent le somptueux paysage intérieur du poète, en ce " Vol Migrateur " où il pénétrait, lucide et vivant dans son éternité... " André Chouraqui L'oeuvre poétique et " photopoétique " de Daniel Pons (1932-1986) est de celles qui laissent des traces fertiles et font, au fil des ans, de plus en plus référence.
    Après Le Fou et le Créateur et l'album Offrande, ce dernier livre du poète est par excellence un guide pour la vie intérieure, un compagnon sur le chemin de l'éveil.

  • Voici un recueil de témoignages sur notre conscience et notre présence au monde.
    Représentants des traditions spirituelles, psychothérapeutes et philosophes nous disent combien l'attention à l'être profond que nous sommes, et à l'existence qui se manifeste en nous et autour de nous, se révèle porteuse de sens. Il s'agit d'aimer et d'agir ici et maintenant plutôt que de ressasser le passé ou de se projeter sans cesse dans l'avenir.

  • Si André Chouraqui est connu dans le monde entier pour ses traductions de la Bible, du Nouveau Testament et du Coran, c'est que celles-ci ont restitué aux textes sacrés leur souffle poétique et leur sel prophétique.
    On retrouve cette force dans son Cantique pour Nathanaël, qui constitue le Poème de sa vie, le testament spirituel d'un homme qui a su passer de l'unique - sa tradition hébraïque - à l'universel.
    Commencé en même temps que ses premières traductions bibliques - notamment celle des Psaumes -, dans les années qui suivirent l'effroyable carnage de la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah, Cantique pour Nathanaël annonçait déjà ce qui allait devenir l'itinéraire singulier d'André Chouraqui.
    Car, dit-il, "l'avenir comme le passé sont contenus dans le présent, et le poème d'un homme trace toujours l'essence de son chemin personnel, qui va du Chaos initial au Royaume". Mais cette oeuvre est aussi annonciatrice du cheminement anthropologique par excellence, qui mène l'humanité vers la réalisation du grand Projet d'Abraham, des Prophètes, de Jésus, de Mohammed... Projet de réconciliation de l'Homme avec l'Homme, "qui ne peut passer, dit André Chouraqui, que par la réconciliation de l'Homme avec l'Etre de l'être".

  • Les rêves, leur nature, leur périodicité, leur interprétation, et même aujourd'hui leur manipulation, sont des thèmes fascinants, de plus en plus exploités. Or, une juste approche de l'univers onirique ne peut faire l'économie d'une étude comparative et historique, comme le montre Marie-Louise von Franz dans cette magistrale application des découvertes de Carl G. Jung, auprès duquel elle travailla pendant plus de trente ans. Examinant les songes célèbres de personnalités historiques de l'Antiquité à nos jours - de Socrate à Jung lui-même en passant par Descartes -, Marie-Louise von Franz nous fait entrer dans le laboratoire des âmes d'individus exceptionnels, où se prépare et s'annonce l'histoire dont nous sommes les héritiers.

  • Qu'est-ce qu'un sage ? En quoi peut-on accorder ce qualificatif à Arnaud Desjardins ? Comment la sagesse se traduit-elle pour lui dans la vie quotidienne ? Que ressent-il lorsqu'il entre en silence ? Son existence est-elle en accord avec son discours ? Se définit-il comme un "gourou" ? Qu'est-ce que l'authentique relation maître-disciple ? Autant de questions posées à Arnaud Desjardins par Gilles Farcet, son biographe, au fil d'un dialogue intense et sans concessions. Bien au-delà de la personne d'Arnaud Desjardins, qui apparaît ici sous un jour radicalement nouveau, ces entretiens uniques en leur genre posent la question de la sagesse et de sa mise en pratique, pour les Occidentaux en quête d'une réelle "libération intérieure".

empty