Stéphen Kerckhove

  • Comment la dictature de l'immédiateté s'est-elle imposée ? Quelles en sont les conséquences sur le corps social ? L'urgence normalisée survivra-t-elle au déterminisme environnemental ? Autant de questions qui amènent l'auteur à interpeller chaque citoyen.
    Constatant les dégâts occasionnés par ce culte du présent, il nous invite à retrouver le goût des autres et le temps de vivre vraiment, tout simplement !

  • Véritable opération de blanchiment écologique pour les uns, révolution parée de toutes les vertus pour les autres, le Grenelle de l'environnement fut au centre de l'agenda politico-médiatique durant trois longues années. Fin octobre 2007, l'Etat, les collectivités locales, les syndicats et certaines associations se réunissaient afin de sceller « les accords du Grenelle » : Deux cent soixante-huit engagements marquant une véritable rupture. en matière de radicalité et de positionnement associatif. Les non-dits, reculs et engagements virtuels ont fini de justifier les craintes de celles et ceux qui avaient émis des doutes sur l'objectif caché de ce Grenelle. A l'issue de la procédure législative, il est nécessaire de tirer les enseignements de cette grand-messe écologique. Relance autoroutière, construction de réacteurs nucléaires, inscription de maïs transgéniques au catalogue des semences, homologation de certains insecticides tueurs d'abeilles, inauguration d'incinérateurs, report de la taxe carbone et de la taxe « poids lourds », déclaration d'utilité publique octroyée à un projet d'aéroport situé sur une zone humide... voilà quelques-unes des décisions prises parallèlement au Grenelle. A la lecture de ces résultats contre-natures, comment expliquer l'engouement dont a fait l'objet ce Grenelle ? Ne faut-il pas, a contrario, ouvrir les yeux sur un processus hors-sol construit avant tout pour saturer l'agenda médiatique et verdir une politique éco-prédatrice ? Stephen KERCKHOVE vous propose des réponses à ces questions, un bilan ainsi qu'une analyse du Grenelle de l'environnement, qui ne pourront que vous éclairer sur ces trois années de négociation.

  • L'écologie est à la mode.
    Elle est sur toutes les lèvres, rythme les débats, alimente l'agenda médiatique et recouvre nombre de publicités d'une pellicule verdâtre. Par la magie des mots, les éco-prédateurs revêtent les habits vert-pâle de l'écologie hors-sol. Mais derrière les envolées lyriques se cache une réalité moins reluisante qu'annoncée. Le verdissement écologique offre la possibilité aux pires pollueurs de la planète de s'acheter une conscience à ban compte.
    Avec une étonnante facilité, le nucléaire devient "décarboné", les pesticides biodégradables, les autoroutes écologiques... McDo, Areva, Monsanto, Total et bien d'autres se retrouvent unis pour survendre l'illusion d'une conversion écologique bien hypothétique. Stéphen Kerckhove dresse ici un état des lieux de ce greenwashing, explique comment il s'est imposé : cessons d'être dupes, apprenons à décrypter cette intox.
    Il termine en proposant des solutions pour en finir avec cette écologie hors-sol. Un livre exigeant, documenté et utile. Stéphen Kerckhove est délégué général d'Agir pour l'Environnement (ONG). Activiste et militant écologiste, il mène des campagnes de mobilisation citoyenne ciblant les responsables politiques et décideurs économiques, alliant happening et lobbying plus institutionnel. Il a participé directement au Grenelle avant d'en claquer la porte au regard des piètres résultats.
    Son association a coordonné deux manifestations, l'une durant le Grenelle de l'environnement en octobre 2007 et l'autre durant l'adoption par les députés du projet de loi dit Grenelle2 en mai 2010. Il est l'auteur de La dictature de l'immédiateté, et Grenelle de l'environnement : l'histoire d'un échec, tous deux parus aux Ed. Yves Michel.

  • J'arrête Amazon, J'arrête la construction de nouvelles autoroutes, J'arrête les vêtements synthétiques, J'arrête les bouteilles d'eau en plastique, J'arrête les terrasses chauffées... Avec une bonne résolution à mettre en oeuvre par semaine, L'an vert accompagne ses lecteur·ices toute l'année et les invite à repenser leur quotidien pour avoir un impact positif sur la planète.
    Chaque entrée est structurée de manière identique :
    - Quelle action mettre en oeuvre ?
    - Pourquoi ? enjeux concrets sur l'environnement - Comment ? des conseils, astuces et pistes à adopter - Un dessin ou jeu humoristique réalisé par Red!
    L'auteur balaie tous les aspects de notre quotidien mais rappelle que la prise de conscience individuelle est une porte d'entrée vers une nécessaire mobilisation à grande échelle !

    Ajouter au panier
    En stock
  • Le climat se dérègle à une vitesse inouïe. La disparition des insectes, oiseaux et autres mammifères est désormais une réalité. L'eau se charge de microfibres plastiques, l'air n'est plus qu'un concentré de métaux lourds et nos aliments sont bourrés d'additifs, de pesticides et de perturbateurs endocriniens. L'urgence de la situation nous oblige à agir, et vite. Une autre voie est non seulement souhaitable mais possible.

    Signé par Stéphen Kerckhove, délégué général d'Agir pour l'environnement, et magnifiquement illustré par Red !, ce livre traite avec brio et ironie de cet écocide en cours. Il laisse la parole aux arbres qu'on arrache, aux mers qu'on pollue, aux migrants qu'on laisse sombrer, aux malades qui souffrent en silence... Un cri, mille cris qu'il faut entendre avant que la nature ne meure.

  • Après plus d'un demi-siècle durant lequel l'objectif premier de l'agriculture fut d'augmenter les rendements, quel qu'en soit les conséquences écologiques, sanitaires, sociales ou énergétiques, il est désormais temps d'effectuer un bilan honnête et sans concession. L'agriculture est désormais associée aux OGM, aux pesticides, à la vache folle ou aux fermes-usines. Le consommateur est sommé d'ingérer une malbouffe indigeste.
    Les animaux ne sont plus des êtres sensibles mais des usines à viande ou à lait. Malbouffe et maltraitance animale sont ainsi les deux faces d'une même pièce. Parallèlement, le paysan perd son autonomie, sommé de se conformer aux injonctions des multinationales de l'agrochimie, quitte à y perdre la santé. L'eau contaminée, l'air pollué, la terre artificialisée, l'énergie gaspillée, voilà le triste constant d'une agriculture en guerre avec le vivant.
    Mais à côté de ce bilan bien sombre nait une multiplicité d'alternatives agricoles et alimentaires, foisonnement revigorant. Ce jaillissement est tel qu'il ne laisse aucune place à la sinistrose. La transition agricole et alimentaire ne se conjugue pas au futur mais bel et bien au présent. Localement, des milliers d'alternatives recréent du lien et permettent de renouer avec une nouvelle façon de s'alimenter et de produire. Aux quatre coins du territoire, des paysans, des consommateurs ou des écologistes se prêtent main forte pour stimuler une nouvelle agriculture bio, locale et de saison.

  • La situation est connue ; le diagnostic partagé. Notre planète va mal. Les conditions qui ont rendu possible la vie sur Terre sont menacées. L'eau est souillée, l'air pollué, le climat déréglé, l'alimentation contaminée, la terre artificialisée.
    À terme, c'est la survie de nombreuses espèces végétales et animales, dont la nôtre, qui est en jeu. La parenthèse humaine pourrait ainsi se refermer si nous n'y prenons garde. Les menaces systémiques, qu'elles soient climatiques, énergétiques, génétiques, chimiques, nanotechnologiques s'amoncellent. Face à cet écocide silencieux, l'heure est au sursaut.
    Malbouffe, OGM, antibiotiques, perturbateurs endocriniens, pollution de l'air, nuisances sonores, déchets plastiques, nucléaire, transhumanisme... Le champ est vaste ! Mêlant ton mordant et trait ironique, Red! et Stéphen Kerckhove balaient les principales sources de pollution et lèvent ainsi un coin du voile sur les contaminations auxquelles nous sommes exposés insidieusement.

  • Résister et créer par la bande dessinée est aussi vital que résister et créer par le partage d'un bon repas, par le partage de la musique, de la danse.
    Un dessin comme un mot d'esprit permet de dire l'indicible, d'ouvrir l'imaginaire. Il n'illustre pas seulement, il va bien plus loin que notre raison froide. Ces dessins animent nos combats d'une force nouvelle. Ils disent nos colères. Ils font sourire. Ils nous font davantage humains dans un monde toujours plus inhumain.

  • Nous courons à notre perte si nous ne renonçons pas à notre modèle « destructiviste » qui s'affranchit ouvertement des limites écologiques.
    Il est urgent de regarder en face ce monde incertain où tout est encore possible : le pire ou le meilleur. Mais au pessimisme de la situation, ce livre préfére l'optimisme de la volonté.
    Pour nous, pour nos enfants, nous avons le devoir de nous mettre en mouvement. Cette utopie se dessine à petits traits par l'action individuelle et à grands coups de pinceau via la mobilisation citoyenne.
    Red! est un dessinateur tout à la fois emprunt d'une ironie féroce et mu par une humanité indéfectible. Chaque illustration contribue à un éveil des consciences ; avec le sourire mais sans renoncer à l'esprit de lutte qui doit présider au changement !
    Chaque double page présente un thème différent ; rythmée par plusieurs dessins, elle dresse un état des lieux rédigé par un acteur engagé, décrypte la langue de bois qu'on nous parle, et donne des ressources pour aller plus loin.
    Quelques exemples des thèmes abordés dans l'ouvrage : pesticides, abeilles, algues vertes, Semences paysannes, OGM, élevages industriel et pojet des 1000 vaches, souffrance animale, Notre-Dame des Landes, agrocarburants, déchets, téléphonie mobile, santé environnementale, perturbateurs endocriniens, nucléaire, pollution de l'air, vélo, gaz de schiste, écotaxe, fret ferroviaire, énergie renouvelable, Dakar, 4x4, pollution lumineuse, publicité......

empty