Philippe Gaberan

  • L'essentiel du travail de l'éducateur réside dans le caractère anecdotique de sa présence à l'Autre. Ce n'est pas pour autant que tout le monde peut se dire éducateur ! L'apparente simplicité d'un " être avec " masque la réelle complexité du " faire avec ". Et ce serait maintenir une illusion que de penser trouver les ressorts du métier d'éducateur en quelques savoirs disciplinaires : ceux-ci ne peuvent l'expliquer que dans l'après-coup. Le sens du métier d'éducateur est à puiser dans une lecture appliquée des actes posés au jour le jour ; encore faut-il pour cela disposer d'un langage approprié. D'où le choix de cent mots simples et pourtant illustratifs de la difficulté de ce métier. Cent mots pour une profession longtemps restée sans mots ! Tel est le pari de ce dictionnaire qui, par le biais de chacune des notions explorées, tisse des liens entre l'apparente banalité des gestes quotidiens de l'éducateur et leur fondamentale répercussion sur le développement de la personne accompagnée dans une relation d'aide éducative ou de soin. Au final, ce dictionnaire ne conceptualise pas une pratique professionnelle ; il la rend visible et lisible par tous ceux qui sont appelés à l'exercer. Il est une trousse à outils que tout éducateur devra savoir garder à portée de main, tant pour l'aider dans ses écrits que pour penser sa pratique.

  • L'ouvrage est une réponse à la question " à quoi ça sert d'être éducateur ? " a contre-courant d'une pensée unique qui réduit le sens d'une pratique à son utilité, l'auteur affirme que la relation éducative ne sert ni à guérir, ni à ramener des individus dans la norme, ni à réparer un préjudice comme y invite l'arrêt perruche, mais à les aider à surmonter l'injustice liée à leur différence et à trouver du sens à leur vie.
    C'est ce que l'auteur appelle passer du " vivre " à " l'exister ". prenant appui sur l'expérience de terrain et sur cinq histoires de vie, l'ouvrage présente une relation éducative fondée sur l'engagement de l'éducateur autant que sur son savoir-faire professionnel. il renoue avec les valeurs fondamentales du métier et tisse le lien entre l'éthique et la pratique.

  • Sans éluder les réelles difficultés rencontrées, les auteurs font la preuve des ressources existantes et de la créativité des équipes dans le domaine de l'accueil des jeunes en ITEP.
    Confrontées aux troubles psychosociaux des jeunes placés ITEP d'une part, et, d'autre part, aux incessantes transformations dans le fonctionnement des institutions, les équipes éducatives sont envahies par les doutes quant à la pertinence de leurs actions et la pérennité de leur outil de travail. Les auteurs, professionnels de terrain ou chercheurs, montrent que les apparentes impasses du dispositif sont en réalité des opportunités offertes pour réinventer son cadre théorico-pratique.
    Éducateur spécialisé et docteur en Sciences de l'éducation, Philippe Gaberan est directeur du pôle éducation spécialisée à l'Institut de formation, recherche, animation, sanitaire et sociale (IFRASS) de Toulouse. Membre du comité de rédaction de la revue Empan (ARSEAA-Institut Saint-Simon), il est aussi l'auteur de nombreux articles et ouvrages aux éditions érès. Par ses interventions et ses travaux, il contribue à nourrir une réflexion praxéologique sur la figure de l'adulte éducateur.

  • L'ouvrage fait le pari de restaurer la figure de l'adulte éducateur dont les trois figures emblématiques, le père, le professeur et l'éducateur spécialisé sont mises à mal par un libertarisme dont la logique n'est pas seulement économique, mais aussi idéologique dans sa tentative d'effacer ce qui fait l'humanité de l'homme. Loin de céder à une vision pessimiste de l'avenir, l'ouvrage se veut porteur d'un projet autant politique que pédagogique construit autour de trente préconisations sur ce que signifie être un adulte éducateur. Philippe Gaberan est éducateur spécialisé, docteur en sciences de l'éducation, formateur et chercheur en travail social.

  • Version courte : Parce que le devenir d'un enfant est un enjeu trop important pour qu'il soit abandonné au hasard, cet ouvrage fait le pari de montrer pourquoi « ça marche », la relation éducative, même si trop souvent les faits divers mettent la focale sur les ratés et non sur les réussites.

    Version longue : S'ils veulent sauver leur métier, et de manière plus générale s'ils veulent sauver les métiers de l'humain, les adultes éducateurs n'ont d'autre choix que d'oser le verbe aimer. Aimer veut dire éduquer chaque fois que la rencontre est un dialogue entre l'intimité de deux « je » : celle d'un adulte perçu comme référent et celle d'un gamin aperçu dans ses possibles. Dès lors, parce que fondée sur le consentement et la réciprocité, se trame une relation éducative qui est aussi une relation d'amour.

  • Cette réflexion d'ensemble sur le travail de l'éducateur est devenue un ouvrage de référence pour tous ceux qui s'engagent auprès d'enfants ou d'adultes en difficulté. À partir d'un regard critique sur un demi-siècle d'éducation spécialisée, les auteurs relient dans une même perspective tradition et modernité, pour dresser un large panorama des pratiques éducatives.

    Alors qu'aujourd'hui le terme générique de travail social ou d'intervention sociale a tendance à s'imposer, les auteurs réaffirment la pertinence de distinguer la place de l'éducation spécialisée et d'en définir les enjeux.
    Plus que jamais les compétences pour accompagner les personnes, enfants, adolescents ou adultes, dans le moindre des actes d'une vie quotidienne, requièrent des éducateurs formés, responsables, conscients de leur action. Maurice Capul et Michel Lemay leur offrent un outil de premier plan auquel ils peuvent recourir pour fonder leurs interventions. À la fois théoriciens et praticiens, les deux auteurs échappent à tout enfermement idéologique ou toute querelle de chapelle qui viendraient priver les professionnels d'un accès à des matériaux conceptuels ou des outils pratiques adaptés à leurs métiers. À l'heure où d'inutiles tensions entre champs disciplinaires ou pratiques éducatives et soignantes freinent l'entrée dans cette complexité, l'esprit d'ouverture dont font preuve les auteurs fait à la fois la force et l'originalité de cet ouvrage.

    L'éducation spécialisée est « spécialisée » dans l'accompagnement de personnes, enfants, adolescents ou adultes, dont la trajectoire de vie a été impactée par des événements de nature traumatique. C'est donc à juste titre qu'elle se revendique comme relevant de la clinique éducative.
    Permettre aux personnes accompagnées de trouver les ressources nécessaires pour dépasser les difficultés liées à des traumatismes ou autres accidents de la vie, requiert des professionnels un savoir-être et un savoir-faire spécifiques élaborés à la fois à partir de l'appropriation de savoirs théoriques et de connaissances pratiques.
    Tous les thèmes abordés sont traités de manière claire et didactique et s'accompagnent d'une importante bibliographie. Ils ont pour objectif d'aider le lecteur à construire sa propre éthique professionnelle.
    L'ouvrage original a été augmenté d'un important entretien où Philippe Gaberan donne à Michel Lemay la possibilité de commenter et d'analyser l'évolution des différents métiers du social en lien avec les politiques sociales, la place de la formation professionnelle, etc., à la lumière de ce qui se passe au Québec. Ils abordent notamment le changement de la nature de la relation éducative sous l'impulsion d'un discours prônant la fin de l'engagement de l'éducateur au profit de la « juste distance », d'une valorisation de la volonté de la personne à se sortir d'elle-même de ses situations problèmes et de tracer sa route, d'un abandon des supports éducatifs traditionnels (tels que les activités de médiation, les jeux de rôles, la psychothérapie) au profit de protocoles d'action, de référentiel de bonnes pratiques, etc.

  • La refonte des diplômes en travail social, telle qu'elle est entreprise en France depuis 2017, notamment dans le souci d'une harmonisation des diplômes européens, entérine la reconnaissance du moniteur éducateur en qualité de professionnel de proximité auprès des publics accompagnés dans une relation d'aide sociale, éducative et de soin. Toutefois, comme toutes les professions de l'éducation spécialisée et du travail social, celle de moniteur éducateur doit s'adapter aux évolutions des savoirs et des moeurs qui transforment l'accueil des publics en situation de handicap ou de vulnérabilité (la société inclusive) et modifier l'organisation et le fonctionnement des établissements ou des services (une logique de parcours intégré préférée à une logique de la place en institution). Lors de la première édition en 2004, les deux auteurs, professionnels engagés, avaient su anticiper les enjeux des transformations désormais à l'oeuvre et repérer les leviers des changements à opérer dans les formations et dans les postures professionnelles. Tous ces éléments de fond ont donc été repris dans cette nouvelle édition. En revanche, l'avant-propos et le dernier chapitre, entièrement remaniés, insistent sur ce qui, aujourd'hui, fait la singularité de ce métier et sa spécificité au sein de l'ensemble des diplômes en travail social. L'ouvrage demeure un repère incontournable à l'heure où les candidats faisant le choix d'une formation courte à un métier de proximité sont de plus en plus nombreux.

empty