Peter Linebaugh

  • À la fois essai historique minutieux et récit vivant, Les pendus de Londres analyse aussi bien des chants populaires de l'Angleterre du 18e siècle que les statistiques de l'époque. Dans cette histoire sociale du crime, Linebaugh étudie les rapports entre justice et classes, et contribue ainsi à l'histoire de la propriété privée. Avant 1734, la basse rémunération des ouvriers était en partie compensée par le chapardage, connu de tous et accepté car garantissant une certaine harmonie, mais celui-ci furt criminalisé et la peine capitale devint un outil de consolidation de la propriété privée. En étudiant les vies et les procès des pendus des débuts du capitalisme moderne, l'historien dévoile les détails de la fabrique du droit dont un des objectifs reste la lutte pour la propriété privée.


  • du xvie au xviiie siècle un monstre hante le monde atlantique.
    deux figures reviennent avec insistance sous la plume et le burin des architectes de la première mondialisation capitaliste, qu'ils soient princes, prélats, marchands ou planteurs : hercule et l'hydre aux mille têtes. hercule symbolisait pour eux l'ordre, l'autorité et la souveraineté de leur pouvoir. l'hydre, son antithèse monstrueuse, symbolisait le désordre et la sédition : les multitudes bigarées et rebelles que formaient les hommes et les femmes dépossédés par l'enclosure des communaux, les marins pressés à bord des bâtiments des marines marchande et militaire, les criminels déportés outre-mer, les réprouvés des sectes religieuses radicales, les insoumis et les déserteurs, les boucaniers et les pirates, les esclaves africains.
    la thèse avancée par peter linebaugh et marcus rediker dans l'hydre aux mille têtes est que ce prolétariat atlantique formait une classe anonyme transnationale, hétéroclite et polyglotte, traversée par une exigence d'émancipation et de démocratie radicale, dont les menées, depuis les niveleurs et les bêcheux de la première révolution anglaise jusqu'aux jacobins noirs haïtiens, provoquèrent l'inquiétude et la féroce répression des pouvoirs en place, et marquèrent profondément leur temps.
    sous la plume de linebaugh et rediker, l'histoire " vue d'en bas " du capitalisme, de l'invention démocratique et des résistances populaires à l'époque de la première mondialisation change donc de perspective : l'hydre devient la figure du mouvement et de la résistance des multitudes révolutionnaires auxquelles il s'agit, à travers des récits de vies et d'insurrections, de restituer la visibilité et l'importance dont l'histoire les a privées.


  • Peu connu en France, Thomas Paine fut pourtant député de la Révolution française et ardent défenseur des droits de l'homme. Après avoir été parmi les organisateurs de l'Indépendance américaine en 1776, il a rejoint Paris pour défendre, par la plume et par le verbe, les valeurs fondamentales de liberté, d'égalité et de fraternité, et leur inscription juridique dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen. Guidé par sa confiance dans l'humanité, il condamne dans ses ouvrages la corruption et le pouvoir héréditaire. Il y développe l'idée d'une connaissance universelle émancipatrice. Le présent recueil contient les deux textes fondamentaux de Thomas Paine sur les droits de l'homme. Il est introduit par Peter Linebaugh, historien spécialiste des communs. Pour compléter la documentation, nous y avons joint la Déclaration universelle des droits humains de 1948, et la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne rédigée par Olympe de Gouges. Deux petits essais permettent une mise en perspective de l'héritage et du génie visionnaire de Thomas Paine, et une découverte de sa biographie rocambolesque.

empty