Marie-Claire Durieux

  • La collection est dirigée par Paul Denis, membre de la société psychanalytique de Paris. Ce sont des monographies écrites par des psychanalystes, consacrées à des psychanalystes donnant quelques éléments de sa biographie, une introduction à l'oeuvre et aux textes importants de cet auteur.

  • L'ambiguïté du terme " projection " renvoie à celle du concept qui désigne de multiples manifestations psychiques et des tableaux cliniques très différents.
    Si c'est d'abord son aspect pathologique que freud expose avec la névrose d'angoisse et la paranoïa, il insiste ensuite sur le caractère normal et bénéfique de la projection et sur sa fonction intégrative, indispensable à la maturation du psychisme dès les premiers stades de son développement : que se passe-t-il dans le psychisme lorsque le processus de projection fait défaut, lorsque la distinction dedans-dehors est abolie, lorsque s'enraye le mouvement projection-introjection, lorsque, en somme, la projection devient c que nous avons choisi de nommer " a-projection " ? ce volume propose une dialectique autour des figures de la projection et de " l'a-projection ".
    Il s'agit de tenter d'éclairer les aspects de la projection dans des manifestations oú le conflit externe, qui la rendait nécessaire, s'est résolu par un choix de névrose, évitant ainsi un développement pathologique au profit d'une " normalité " bien tempérée, bénéfique, et contribuant à faire ainsi de la projection une mesure de sauvegarde.

  • Les psychanalystes américains ont connu depuis une vingtaine d'années, d'importants débats autour de l'apparition de courants théorico-cliniques, qui, jusqu'à présent, n'avaient pas leur équivalent en France. Ces controverses américaines ne doivent pas faire oublier la diversité et la complexité du paysage analytique des États-Unis. Freud n'est plus le fondement théorique partagé par tous, chaque analyste peut revendiquer son propre modèle métapsychologique. Éclatés en multiples écoles, les analystes américains " modernes " parlent d'un homme, lui aussi éclaté en multiples facettes, qu'il soit analyste ou patient. Cet ouvrage témoigne de ces "controverses" peu connues en France, en montre les différents enjeux pour les analystes et pour tous ceux reconnaissant la psychanalyse comme "fait culturel" en mouvement.


    Table des matières Heinz Kohut et la psychologie du self (Paul Denis) -- Histoire des débats américains autour de la métapsychologie (Christine Anzieu-Premmereur) -- Europe Etats Unis (Janine Chasseguet-Smirgel) -- Aux limites de la psychanalyse (Anthony Elliott, Charles Spezzano) -- Freud, Foucault et le "dialogue de la déraison (Joel Whitebook) -- Au coeur des divergences, la scientificité la relation d'objet et l'intersubjectivité (Bernard Brusset) -- Intersubjectivité et contre transfert, les enjeux d'une controverse américaine (Chantal Lechartier-Atlan) -- Courants précurseurs de l'intersubjectivité (Victor Souffir) -- Questions de théorie et de pratiques analytiques (Thomas Ogden, Stephen Mitchell) -- Bibliographie générale (Marie-Claire Durieux)

  • La dépression, maladie énigmatique dont la source reste indéchiffrable, serait-elle l'expression somatopsychique de l'interrogation métaphysique propre à l'être humain ? Maladie des humeurs pour les Anciens, l'acédie, maladie de l'âme, se jumelle à la culpabilité dont elle reste indissociable.
    Crainte et expérience de la perte d'objet, d'un désinvestissement intolérable ou d'un traumatisme débordant la capacité d'élaboration du psychisme, la libido déserte le sujet, noyé dans la dissolution de son être qui souffre, anéanti, de ne plus désirer.
    Perdu dans le bouleversement existentiel des deux topiques, le moi subit la tyrannie implacable de son surmoi.
    Cette manifestation lancinante du surmoi culpabilisant dévorant le moi ne serait-elle pas un retour en force d'un ça vengeur, caché sous le masque honorable du surmoi ? Ce qui pourrait expliquer la créativité comme l'agressivité nécessaire à la création, créativité souvent associée à la dépression, et qui constituerait même, comme le montre Winnicott, un élément indispensable à toute mise en oeuvre. La mélancolie, pour les Anciens, n'était-elle pas source de génie et de folie ?

  • Le conflit psychique est l'un des organisateurs majeurs de la psyché, il se présente le plus souvent comme une opposition entre deux termes, expression manifeste d'un conflit sous-jacent plus fondamental. La diversité des situations thérapeutiques abordées dans cet ouvrage (de la cure classique à la cure de l'enfant, en passant par des situations non-névrotiques) devrait aider à enrichir ce concept fondamental dans la théorisation de la pratique psychanalytique.

  • "Je ne sais pas ce que le savetier de la fable de La Fontaine penserait de ce confinement. Il se plaignait du trop grand nombre de fêtes chômées qui le ruinaient, mais il avait peut-être la consolation de se dire que ce chômage forcé lui était imposé pour le salut de son âme! or je ne suis pas sûre que les chômeurs forcés d'aujourd'hui soient convaincus que cette inactivité obligatoire oeuvre pour le salut de leur santé..." C'est ce constat partial qui convainc Marie-Claire Durieux de tenir une chronique de ce temps qu'il ne fallait pas laisser se transformer en stérile jérémiade ; mais essayer, au contraire, d'en faire une observation - lucide ou humoristique, voire ironique- au fil de jours qui passent sans toujours se ressembler. Études littéraires à la Sorbonne, diplôme de chinois à l'INALCO, Marie-Claire Durieux enseigne pendant plusieurs années l'anglais et la littérature française avant de suivre une formation de psychanalyste . Elle devient membre actif de la Société Psychanalytique de Paris. Elle continue à exercer comme psychanalyste. .

  • "La psychanalyse, dès lors qu'elle s'est construite, d'abord à partir de la compréhension du symptôme hystérique, puis à travers l'interprétation de rêves, sur l'étude du conflit entre le désir inconscient et l'interdit, ne pouvait que rencontrer la question de la limite et de la transgression. Mais elle ne pouvait pas ne pas la rencontrer aussi au coeur même de son exercice : le transfert, rappelle J.-B. Pontalis, est un « agir », le transfert est une passion, au point que, comme Freud l'a souligné dans ses Observations sur l'amour de transfert, « la scène a entièrement changé, tout se passe comme si quelque comédie eût été soudainement interrompue par un événement réel, par exemple comme lorsque le feu éclate pendant une représentation théâtrale ».
    L'idée de transgression n'est toutefois pas à proprement parler un concept psychanalytique, puisqu'elle concerne la normalité et la normativité sociale ; elle n'intéresse la psychanalyse que dans la mesure où la différenciation du psychisme en instances donne à l'interdit un statut psychique, interne, lié au développement du Surmoi. La transgression ainsi comprise concerne toutes les dimensions de la vie humaine : création, sublimation, sexualité, que le sujet soit pris isolément ou dans le réseau de ses appartenances groupales et institutionnelles."

  • La collection est dirigée par Claude Le Guen et Jacqueline Schaeffer, psychanalystes. Elle publie des ouvrages de réflexion, qui alimentent les débats très nombreux en psychanalyse.

  • Entre interdit et tabou, la frontière est floue, il y a une interface poreuse. Ainsi retrouve-t-on dans la pensée freudienne une origine commune à ces deux concepts et une fonction identique, celle d'organiser le psychisme par rapport aux effets de la pulsion. Pourtant leur nécessité psychique n'a pas les mêmes racines et leur différence intéresse deux registres distincts de l'altérité. Il s'agit pour le tabou de la limite entre l'humain et son au-delà et pour l'interdit de ce qui, dans le champ de l'humain, organise le rapport du sujet à son semblable. Que reste-t-il du tabou, cette représentation des volontés prêtées aux dieux ? Ne serait-il plus qu'un élément de la vie psychique de certains névrosés ? Et pourquoi constate-t-on aujourd'hui l'échec si fréquent de la transmission des interdits ? Que sont devenus les trois interdits fondamentaux de l'inceste, du cannibalisme et du meurtre, qui constituent selon Freud " le noyau d'hostilité contre la culture " ? C'est autour de ces questions que se déploie la problématique de ce volume, avec les contributions de Jacques André, Didier Anzieu, Dominique Bourdin, Marie-Claire Durieux, Bernard Juillerat, Félicie Nayrou, Hélène Parat, Jacqueline Schaeffer et Juan E. Tesone.

  • La collection est dirigée par Claude Le Guen, Alain Fine, Annick Le Guen, psychanalystes. Elle publie des ouvrages rédigés par un ou plusieurs psychanalystes, résultats de leurs travaux et réflexions sur un thème précis.

  • La collection est dirigée par Claude Le Guen, Alain Fine, Annick Le Guen, psychanalystes. Elle publie des ouvrages rédigés par un ou plusieurs psychanalystes, résultats de leurs travaux et réflexions sur un thème précis.

empty