Loïc Godart

  • Isabelle a 25 ans. Elle arrive à Sarajevo en 1995 pour rejoindre l'ONG Equinoxe qui distribue des vivres pour les populations civiles. La Yougoslavie se disloque depuis trois ans dans une guerre fratricide entre Serbes et Bosniaques. Le capitaine des casques bleus qui l'accueille ne lui donne pas deux semaines. La ville vit au rythme des bombardements et des snipers, qui tirent sur les passants imprudents.
    C'est dans cette atmosphère délétère qu'Isabelle va prendre ses marques, petit à petit, et faire connaissance avec les autres membres de l'ONG. Jusqu'au jour où un convoi pour Gorazde est autorisé. Le premier, pour cette ville assiégée depuis 3 ans où 30 000 Bosniaques sont livrés à eux-mêmes face au siège des Serbes. Sur place, alors que la distribution se fait rapidement, elle sympathise avec des habitants qui lui parlent de leur désir de revoir des films, leur cinéma ayant été en partie détruit par les bombardements.
    Lorsqu'elle leur rétorque que leur priorité doit être la nourriture, ils vont alors lui rappeler qu'elle est mal placée pour savoir quelles sont leurs priorités. Que l'art peut-être aussi nécessaire que manger lorsqu'on est trahi et abandonné depuis aussi longtemps... Ce jour-là, Isabelle reçoit une gifle morale et elle prend alors une décision qui va changer sa vie. Elle leur rapportera des films !

    La délicatesse de l'aquarelle de Julie Ricossé éclaire ce scénario âpre, basé sur l'histoire d'Estelle Dumas et sélectionné au festival de Cannes en 2015. Cette «petite» histoire dans la «grande» Histoire, nous montre surtout qu'il peut y avoir de la lumière, même dans les heures les plus sombres de l'Humanité.

  • Les bêtes sauvages

    Loïc Godart

    • Ankama
    • 18 Janvier 2019

    One-shot flirtant avec le fantastique, Les Bêtes sauvages offre une réflexion sur notre société, de plus en plus violente, dans laquelle évoluent des adolescents en manque de repères.

  • Un jeune homme sans nom, mutique et immobile regarde depuis la terrasse d'un café le quartier dans lequel il vit. C'est cela sa vie, regarder les gens vivre, les écouter même parfois; se demander où ils vont et pourquoi ils courent comme ça. Lui s'est retiré de tout : à quoi bon aller et venir si c'est pour toujours revenir au même point ?
    Il épuise ses journées devant ce café, observant le va et vient d'un tramway qui avale ou recrache à heures fixes un nouveau flot de gens.
    Mais jour, son quotidien se retrouve boulversé :
    Un paquet déposé à une mauvaise adresse, la rencontre d'une jeune femme en fuite, et puis soudain une envie, celle de se lever, de marcher, et de vivre.

  • Chicago, dans les années 20. Albert Trebla, un noir d'une quarantaine d'années au passé douloureux et à la double identité, est serveur en extra dans les soirées mondaines, mais aussi et surtout Le Gecko, un cambrioleur de haut vol doté des mêmes pouvoirs que l'animal. Car, bien que le concept n'ait pas encore été inventé, Albert Trebla est un mutant. Un soir, Albert décide de "visiter" la propriété de Linas, un riche collectionneur d'art primitif. Mais ce dernier, dont l'odorat de de prédateur est extrêmement développé, repère Albert qui ne doit alors son salut qu'à l'arrivée inopinée de Ricky, un autre voleur ayant le pouvoir de se téléporter. Une chasse à l'homme sanglante s'engage alors...

  • Entre voyage et critique politique, un livre sombre, terrible qui vous piquera l'âme !
    « J'irai là. » rêve le jeune Charles Marlow en pointant son doigt vers l'Afrique, loin de se douter qu'il s'y rendrait à l'âge de vingt ans. Missionné par une compagnie de commerce colonial pour retrouver un certain Kurtz, Marlow s'embarque, plein d'illusions, dans ce voyage au Congo : une descente aux enfers...
    Construit tel un miroir en trois grandes parties - Angleterre/Belgique (l'homme soit disant civilisé) ; Afrique (l'homme primitif ) ; Belgique/Angleterre (l'homme tel qu'il est, un mélange des deux) - ce récit est, tout à la fois, une immersion dans l'horreur de la colonisation et une plongée dans l'âme humaine. Comme pour mieux le retranscrire, le dessin évolue : un style ciselé, élégant, lumineux laisse place à un trait déformé, plus rugueux, noir...
    Le coeur des ténèbres et le coeur de ce roman tiennent là : une traversée de notre propre condition humaine. Nous avons tous en nous le « J'irai là. » de Marlow, un rêve à poursuivre comme un risque à courir. C'est la question du livre, la question posée aux lecteurs : irez-vous là, dans ce rêve africain, qui à tout moment, menace de devenir cauchemar ?...

  • Le Joueur est la confession directe d'un possédé à la voix haletante et familière. Le destin d'Alexeï Ivanovitch, consumé par deux passions égales, le jeu et l'amour d'une femme, révèle l'image d'une humanité pleine de désirs fous et d'aspirations incontrôlées, condamnée à l'éternelle nostalgie du bonheur ou à l'espérance du salut.

  • Une grande ville déglinguée de Russie. Il n'y a pas si longtemps...
    L'inspecteur Ivan Silisovitch vit enfermé dans une des cellules de son commissariat.
    Nuit après nuit, il y regarde couler les heures et tente de faire face au passé.
    20 ans plus tôt, ce géant blond était la gloire des forces de police. Héros à l'ancienne, pourfendeur du crime, la justice était son soleil et son flingue en était les rayons.
    20 ans après, il n'est plus qu'un pénitent sans but, qui vit reclus dans une prison à laquelle il s'est lui-même condamné.
    Entre les deux, il y a eu une femme. Katinka. Celle qui a fait basculer sa vie avant de disparaître. Aussi, quand l'occasion se présente de la retrouver, Ivan bondit hors de sa geôle et commence à retourner la ville dans une quête enragée.
    Mais entre obsession, fantôme et culpabilité, sait-il seulement ce qu'il espère de ces retrouvailles ?

  • A la fin, il n'en restera aucun.
    Russie, quelque part dans un futur proche. Le colonel Ivanov, haut gradé militaire, vient d'en finir, un coup de kalash au fond du gosier. Plus qu'un suicide, c'est un signal.
    25 ans plus tôt, lors de la dissolution de son commando, lui et ses hommes se sont faits une promesse : être plus rapide que la mort et se retrouver pour s'entretuer en famille, dans la joie et la bonne humeur. Dès lors, les 8 anciens membres se lancent à la recherche les uns des autres, histoire d'en finir en beauté, dans un long «gunfight» à travers l'immense Russie.
    Mais le temps a passé, et entre retrouvailles au couteau, rancoeur à l'AK 47 ou salutations à l'explosif, les armes les plus dangereuses seront peut-être les regrets et les amours perdus.

empty