Laurent Lescouarch

  • Comment mieux accompagner les élèves dans leur apprentissage ? Pour répondre à cette question que tout enseignant se pose, Laurent Lescouarch propose de changer de regard sur la pédagogie par le biais de l'étayage. L'étayage au sens large puisqu'il prend en compte toutes les interactions qui vont conduire l'élève à apprendre : interaction avec les adultes, les autres enfants, l'environnement, les nouvelles technologies...
    Construit à partir d'éléments développés dans des formations auprès de praticiens, cet ouvrage ouvre de nouvelles perspectives sur la pédagogie constructiviste, la différencia- tion des apprentissages, la questions des consignes, la co-intervention, l'évaluation posi- tive, le temps périscolaire...
    Le propos articule différentes théorisations contemporaines liées aux questions d'ap- prentissage (et souvent trop peu connues par les professionnels) toujours accompagnées de cas concrets.
    Il ne s'agit pas de donner des recettes toute faites, mais de proposer un bagage théo- rique et pratique pour que l'enseignant construise ses propres outils, évolutifs en fonc- tion des besoins.

  • N'en déplaise aux spécialistes des « y a qu'à », tout enseignant sait bien que les apprentissages ne se décrètent pas. Et quoi qu'en pensent les technocrates, on n'éradiquera pas l'échec scolaire en multipliant les prothèses de toutes sortes après la classe, sans toucher à l'organisation même de cette dernière.

    Les pédagogues, en dépit des anathèmes et des malentendus, ne sont en rien de doux rêveurs ayant abdiqué leur autorité et renoncé à transmettre des savoirs. Ils témoignent, au contraire, d'une inlassable obstination dans ce domaine. Articulant, avec inventivité, la volonté d'instruire et celle de former à la liberté.

    Sylvain Grandserre et Laurent Lescouarch en font ici la remarquable démonstration. Adossés aux grandes figures de la pédagogie, informés des meilleures recherches en éducation, soucieux d'être toujours au plus près des pratiques, ils nous offrent un ouvrage exceptionnel.

    Jean Houssaye dit d'eux, dans la préface, que ce sont des « sages ». Et, effectivement, ce livre est un livre de « sagesse pédagogique » : il conjugue, avec un rare talent, équilibre et exigence. Équilibre entre les informations théoriques et les préconisations concrètes. Entre le souci de créer du collectif et celui d'aider chacun au plus près de ses besoins. Entre les impératifs de la transmission et ceux de l'émancipation... Exigence aussi : d'apprentissages rigoureux, d'une culture porteuse de promesses d'humanité, d'une formation authentique à la démocratie... Voilà donc, tout à la fois, un manifeste et un outil pour une véritable pédagogie de la liberté.

  • Habituellement, la figure du militant est quasiment opposée à celle du chercheur. Elle se caractérise par la fougue, l'engagement, le passionnel, tandis que celle du chercheur renvoie à la rationalité, la prise de distance et la rigueur. Cet ouvrage se donne pour objectif de les réconcilier. Pour ce faire, il pose les jalons d'une tierce voie, rejetant à la fois la thèse d'un nécessaire cloisonnement entre recherche et militantisme et la thèse inverse d'une absence de distinction entre les deux. Cette tierce voie défend non seulement la possibilité d'un rapprochement mais également l'enrichisse- ment réciproque qui en résulte.
    Bien sûr, des conditions sont à respecter et la préservation de l'autonomie relative de la recherche comme du militantisme apparaît nécessaire pour envisager une articulation. En revanche, cette articulation couvre à la fois les niveaux individuels (la posture du chercheur militant) et collectifs (la collaboration entre équipe de militants et équipe de recherche).
    L'ouvrage explore donc cette tierce voie au travers de recherches conduites dans (et avec) des contextes militants très diversifiés.

empty