Laura Passoni

  • Comment dialoguer avec une personne plongée dans la radicalisation ? Comment trouver la porte d'entrée d'un dialogue qui mène à la discussion et à un processus de retour vers « un vivre ensemble » de personnes qui refusent celui-ci ?
    C'est à ces questions terriblement d'actualité dans les écoles, les centres sportifs, les groupes de jeunes que les auteurs répondent et proposent des pistes de réfléxion et d'action.
    Laura Passoni, qui a été radicalisée jusqu'à partir en Syrie, dialogue ici avec le professeur Hicham Abdel Gawad. Elle apporte les éléments qui ont conduit à son processus de radicalisation, explique son parcours de pensée et son approche aujourd'hui.
    Le professeur Hicham Abdel Gawad, lui, amène les éléments pratiques pour comprendre ce discours véhiculé par les extrémistes. Il le déconstruit tout en respectant la Foi de son interlocuteur (il n'est pas question ici de vouloir rendre athée qui que ce soit) et amène à une perception qui permet le « vivre ensemble ».

  • Laura a vécu 9 mois au sein de l'État islamique. Elle quitte clandestinement la Belgique en mars 2014 avec son mari rencontré sur internet et son fils de 4 ans. Elle fera le chemin inverse dans des conditions périlleuses, enceinte d'un deuxième enfant et suivie par son mari. Aujourd'hui, Laura est capable de faire le point sur ce qui l'a poussée à partir, sur ce qu'elle a vécu. Elle intervient dans les écoles pour témoigner et pour prévenir les jeunes filles de ce qui les attend réellement là-bas.  En 2014, dévastée par l'échec de son premier couple, devant un vide et la certitude que sa vie ne vaut pas la peine d'être vécue, Laura décide donc de quitter la Belgique pour rejoindre la Syrie « pour recommencer à zéro »  et pour vivre dans « un pays réellement musulman » raconte-t-elle.

    Son mari devient émir et part en camp d'entrainement, la voilà seule avec son fils dans une maison de femmes. Laura, bien malgré elle, va vivre une vie qu'elle n'a en fait pas voulue. Elle ouvre petit à petit les yeux et raconte dans son livre la réalité comme jamais aucune femme revenue de là-bas ne l'a racontée.

    Poussée par son instinct maternel et un poulet-frites-salade (une anecdote qui déclenche la prise de conscience), elle décide de rentrer en Belgique. Commencent alors 6 mois de dissimulation et d'échec de tentatives. Soutenue par ses parents, Laura convaincra son mari de rentrer avec elle (fait rarissime, peu d'hommes rentrent, ils savent que la prison les attend pour un long moment).

empty