Favre

  • Des plantes contre les infections : se soigner sans recours systématique aux antibiotiques Nouv.

    Les antibiotiques ont été très utiles, et le sont encore, pour le traitement de grandes maladies comme la tuberculose, la diphtérie et de nombreuses autres infections bactériennes. Mais, ils ont aussi été prescrits pour lutter contre des pathologies banales ou même des infections d'origine virale. Les bactéries ont dès lors développé des résistances et les antibiotiques n'arrivent plus guère à les détruire : le spectre d'une bactérie super-résistante crée de l'inquiétude !

    Quelques plantes médicinales arrivent à vaincre diverses infections, mais ne peuvent pas se substituer aux antibiotiques pour le traitement de pathologies graves comme par exemple la pneumonie bactérienne. Parmi les infections respiratoires qui représentent environ 65% de l'ensemble des infections, il faut citer la bronchite qui est surtout d'origine virale. Les antibiotiques souvent administrés ne servent à rien alors qu'il existe des médicaments à base de plantes efficaces. C'est le cas des extraits du géranium du Cap, dont l'action antivirale est établie. Des médicaments à base de diverses associations de plantes, comme par exemple thym et lierre ou primevère et lierre peuvent aussi venir à bout des bronchites ou sinusites.

    Contre les infections urinaires (19% de l'ensemble des infections), le recours aux antibiotiques est la thérapie de choix. Mais ce sont souvent les bactéries responsables de ces infections qui développent des résistances. Un extrait de fleurs de capucine et de racines de raifort ne provoque pas de résistance et peut dans certains cas se substituer à un antibiotique classique. Le jus de canneberge (cranberry) et le mannose (un sucre naturel non assimilable) peuvent prévenir ou traiter les cystites.

    Pour les autres infections, on peut aussi faire appel aux plantes médicinales. À titre d'exemples, on peut citer l'huile essentielle de l'arbre à thé contre les infections gynécologiques et dermatologiques. Beaucoup d'autres plantes seront encore citées avec la manière de les employer, les doses à utiliser et les effets secondaires ou interactions médicamenteuses possibles. Les plantes médicinales ne remplacent pas les antibiotiques, mais leur utilisation judicieuse peut contribuer à baisser leur surconsommation.

  • La flore alpine est l'une des plus fascinantes et compte une grande diversités d'espèces. Les gentianes sont, avec l'edelweiss et le rhododendron, les plantes emblématiques des Alpes. Ces espèces contiennent des substances qui peuvent aussi servir à l'homme. Ainsi l'edelweiss, riche en antioxydants, sert à la préparation de produits cosmétiques et dermatologiques pour ralentir le vieillissement de la peau. Les fleurs sont aussi utilisées sous forme d'infusions pour lutter contre les diarrhées et bronchites. Les gentianes, riches en polyphénols, entrent dans la composition de produits cosmétiques et leurs racines amères améliorent la digestion. Quant aux rhododendrons, malgré leur beauté, ils sont classés dans les plantes toxiques à cause de la présence d'une substance qui peut abaisser subitement la tension artérielle.
    /> Dans le présent ouvrage, les principales plantes des Alpes utilisées en médecine traditionnelle ou ayant donné naissance à des médicaments enregistrés seront présentées par leurs aspects botaniques, phytochimiques et pharmacologiques. Des conseils pratiques seront donnés afin de ne pas les confondre avec d'autres espèces et d'apprendre à les utiliser correctement. Ce guide offre également des recettes pour préparer des tisanes, décoctions, huiles, teintures-mères, etc., et il indique les effets secondaires éventuels ou les interactions avec d'autres médicaments.
    Les Alpes recèlent aussi passablement d'espèces toxiques, dont un nombre restreint peuvent induire une intoxication mortelle. C'est notamment le cas de l'anonit de Napel, avec ses superbes fleurs bleues en forme de casque de Jupiter. Mais, en très faibles doses (homéopathie, spagyrie), elle devient un médicament pour lutter contre les troubles circulatoires. Les principales plantes toxiques des Alpes seront décrites avec des indications pour les reconnaître facilement. Les circonstances d'une intoxication, les symptômes, les mesures à prendre et les premiers secours seront clairement indiqués.

  • Au fil de son histoire, l'homme a appris à connaître les espèces végétales qui agissent sur son psychisme, lui permettant d'entrer dans des états modifiés de conscience et de perception, de s'élever au-dessus de sa condition, de planer, voire d'entrer en communication avec dieux ou esprits. Les chamans de diverses civilisations ont fait appel à ces plantes pour communiquer avec la Nature, poser un diagnostic et trouver le remède adapté à une maladie; les artistes y ont puisé créativité et inspiration; les curieux explorent des mondes intérieurs et les métamorphoses des sens.
    Les psychotropes provoquent des effets psychiques et physiques tels que des perturbations des perceptions, des hallucinations ou des modifications de l'humeur ou de la pensée. Sensation de bien-être, euphorie, sentiment de se surpasser : certaines sont addictives, d'où leur classement dans la liste des stupéfiants prohibés. Mais quelques psychotropes présentent aussi un immense potentiel thérapeutique encore peu exploité, suscitant un intérêt croissant dans les milieux scientifiques. Le cannabis et ses constituants (THC et CBD) sont par exemple efficaces contre les douleurs et les spasmes de la sclérose en plaques ; les composants des champignons hallucinogènes, contre la dépression et le stress post-traumatique; le LSD, pour apaiser les malades en fin de vie terrifiés par la mort.
    Depuis la première édition de cet ouvrage en 2002, beaucoup de choses se sont passées : l'interdiction de la sauge divinatoire en Suisse et en Belgique, du kratom en Suisse et de l'ayahuasca en France, mais aussi la possibilité d'avoir accès au cannabis thérapeutique en Suisse et en France. Il y a eu aussi l'arrivée de nouvelles drogues comme l'hortensia, phénomème éphémère, ou le changa, version fumée de l'ayahuasca d'Amérique du Sud, qui séduit toujours plus d'Occidentaux.
    L'histoire de ces drogues, le hasard de leur découverte, leurs effets et modes d'action, leurs dangers et leurs cadres légaux sont présentés dans cet ouvrage actualisé avec de nombreuses anecdotes étonnantes, des onguents aphrodisiaques des sorcières du Moyen­Âge aux buveurs d'urine de consommateurs d'amanites tue-mouches, en passant par le culte qu'une secte moderne voue à des crapauds à la peau hallucinogène...

    (Ce livre est une nouvelle édition entièrement actualisée et augmentée de "Tout savoir sur les plantes qui deviennent des drogues" (2002, 978-2-8289-0686-3, épuisé)".

  • Nous rêvons tous de pouvoir rester en bonne santé et en forme le plus longtemps possible au cours de notre vie. Aujourd'hui, alarmées par les effets secondaires de certaines méthodes invasives ou médicamenteuses, déçues par des cosmétiques peu efficaces, de plus en plus de personnes se tournent vers le meilleur allié anti-âge qui soit : la nature. Pour repousser les signes du vieillissement, prévenir les maladies, préserver l'équilibre de l'organisme, il existe en effet tout un arsenal de plantes, herbes, fruits et légumes aux propriétés bienfaisantes, préventives ou réparatrices méconnues et pourtant scientifiquement attestées.
    Un véritable trésor de ressources est à notre disposition : exploitons-le. Accessibles, économiques et simple à utiliser, les remèdes naturels répondent à nos besoins pour pratiquement tous les troubles liés, de près ou de loin, au vieillissement : concentration, mémoire, libido, audition, vision, peau, cheveux, poids, arthrose, sommeil, ménopause, prévention de la maladie d'Alzheimer, des affections cardiovasculaires et des cancers, réduction du stress, des insomnies, de l'anxiété ou de la déprime.
    Un guide pratique complet et illustré, avec toutes les informations utiles, conseils, mises en garde et indications de dosage et de préparation.

  • Les fruits de chez nous ont de remarquables propriétés thérapeutiques, surtout pour la prévention de maladies cardiovasculaires, de certains cancers et même de la maladie d'Alzheimer.
    Ainsi, la Cornell University (USA) vient de démontrer que la pomme contient des substances qui protègent les cellules cérébrales contre le stress oxydatif, coresponsable du développement de maladies neurodégénératives, au point que le vieux dicton anglais " An apple a day keeps the doctor away" est devenu : "An apple a day keeps Alzheimer's away" ("Une pomme par jour nous préserve de la maladie d'Alzheimer").
    Le jus de raisin rouge améliore les fonctions cognitives et pourrait aussi jouer un rôle dans la prévention de la maladie d'Alzheimer. Consommé sous forme de vin rouge, il diminue le risque d'accidents cardiovasculaires grâce à sa teneur élevée en resvératrol. L'abricot est une source importante d'antioxydants, de caroténoïdes (dont le lycopène), de fibres et de fer. Sa consommation régulière pourrait avoir un effet bénéfique sur la gastrite chronique.
    Le cassis, la fraise, la framboise, la groseille, le raisinet, la mûre sont également des sources très importantes d'antioxydants. Les fruits sauvages présentent aussi un grand intérêt. Par exemple, la myrtille séchée est un antidiarrhéique et ses pigments de couleur bleu-noir améliorent la microcirculation dans les troubles veineux et même l'acuité visuelle nocturne ; elle peut aussi prévenir la baisse des fonctions cognitives chez les personnes âgées.
    L'airelle, de couleur rouge, est indiquée pour le traitement des infections des voies urinaires et des cystites, comme sa cousine canadienne, la canneberge (cranberry). Les baies jaune-orange de l'argousier sont extrêmement riches en vitamine C (trente fois plus que dans l'orange). Cet ouvrage illustré est un guide qui permet d'exploiter au mieux les propriétés souvent méconnues des fruits de chez nous, en indiquant certaines précautions à prendre et les effets secondaires possibles.
    Il s'adresse au grand public, mais sera aussi d'une grande utilité pour les professionnels de la santé.

  • De par leur anatomie et leur rôle fondamental dans la reproduction, les femmes ont des affections que les hommes ne subissent pas. De plus, certaines maladies connues aux deux genres sont nettement plus fréquentes chez les femmes, comme les cystites et les varices. Dans les médecines traditionnelles de diverses civilisations et depuis les temps les plus reculés, on trouve des recettes à base de plantes pour aider la femme dans sa vie sexuelle et reproductive. Le professeur Hostettmann fait ici la somme de cet héritage séculaire et des connaissances les plus avancées de la science d'aujourd'hui pour vous proposer un guide complet et sérieux sur les bienfaits naturels des plantes. Ce livre est destiné aux femmes. Il présente les plantes qui soulagent et soignent les affections typiquement féminines de la puberté à la ménopause: le syndrome prémenstruel, les troubles de la menstruation, les infections vaginales, les cystites, les varices, le manque d'appétit sexuel, la grossesse, l'accouchement et l'allaitement. Ce livre donne des conseils sur la manière d'utiliser les plantes et aussi sur ce que l'on peut faire soi-même pour éviter certaines maladies et rester belle plus longtemps. Il met en garde les femmes contre l'automédication qui peut être dangereuse. Un diagnostic doit être posé par un médecin. Il fait également mention de phytoestrogènes qui trouvent toujours plus d'adeptes chez les femmes ménopausées à un moment où la thérapie de substitution hormonale soulève beaucoup de questions. Ce livre s'adresse aussi aux hommes. Ces derniers devraient le lire absolument afin de mieux comprendre les troubles divers qui affectent leur compagne. La compréhension de l'autre est fondamentale dans la vie harmonieuse d'un couple. Puissent les conseils donnés dans ce livre améliorer celle-ci sur divers plans !

  • Stress, dépression, anxiété, burn-out : la France est devenue depuis peu l'un des pays où l'on consomme le plus de somnifères au monde et les anxiolytiques suivent de près. Le recours à ces médicaments de synthèse est presque devenu une habitude. Ils apportent certes un soulagement souvent rapide, mais transitoire, et aussi des effets secondaires considérables : perte de mémoire et d'équilibre, dépendance, risques de chutes chez les personnes âgées, etc.
    Depuis la nuit des temps, l'Homme a pourtant trouvé dans la Nature un grand nombre de médicaments....qu'il a tendance à oublier maintenant! Pourtant les Assyriens et les Grecs connaissaient déjà les vertus narcotiques du pavot somnifère et les Indiens de la côte Ouest des Etats-Unis utilisaient le pavot de Californie pour calmer leurs enfants et les faire dormir avant l'arrivée des premiers Européens.
    Cette plante est maintenant accessible sur le marché comme sédatif naturel avec la valériane, le houblon et bien d'autres encore. L'effet de ces plantes est moins rapide, mais elles n'engendrent que très peu d'effets indésirables. Pour l'anxiété, on fera appel à la passiflore, qui est même recommandée pour vaincre la peur des examens ! Contre la déprime, le millepertuis peut apporter un soulagement.
    Pour vaincre le stress et le burn-out, il y a maintenant une solution: la rhodiole ou orpin rose, plante donnée aux troupes soviétiques lors de l'occupation pour mieux supporter le stress et la fatigue de la guerre. Cette plante très efficace est maintenant cultivée en Suisse et est déjà accessible sous forme de médicaments. Avec l'augmentation de l'espérance de vie, le nombre de personne souffrant de la maladie d'Alzheimer augmente.
    Il n'y a pas encore de médicaments pour guérir cette maladie neurodégénérative, mais des plantes peuvent nettement en ralentir la progression. Il s'agit du ginkgo, du romarin et aussi du curcuma. Pour cette épice, des études récentes ont montré des résultats assez spectaculaires. La vitamine C, la vitamine E et les acides gras du type oméga 3 représentent une nouvelle piste pour le traitement de cette maladie.
    Quant à la maladie de Parkinson, une autre affection dégénérative du système nerveux central, elle est avant tout due à une déficience en dopamine, un neurotransmetteur. Des travaux récents ont montré qu'il existe des plantes très riches en L-dopa, un précurseur, qui se transforme dans l'organisme en dopamine. Le présent livre recense les plantes pouvant agir sur les principales affections du système nerveux central.
    Il traite des aspects historiques (de l'utilisation de la plante en médecine traditionnelle jusqu'au développement d'un médicament moderne), des constituants chimiques, du mode d'action et des effets secondaires éventuels. Des indications pratiques sont données pour utiliser au mieux ces plantes qui peuvent apporter un soulagement réel et substituer dans certains cas des médicaments de synthèse aux nombreux effets secondaires.
    Un guide pratique illustré pour bénéficier des puissantes vertus préventives et curatives des plantes pour notre système nerveux central.

  • L'homme stressé de notre époque aspire au bien-être, à une bonne santé et à rester en forme en vieillissant.
    De plus en plus, il recourt aux plantes et aux produits naturels pour prévenir et traiter les maladies et augmenter sa longévité. Consommer des fruits exotiques est devenu ces dernières années un véritable phénomène de mode. Savoureux, ils sont en effet aussi remarquablement bons pour la santé. Ce livre les recense et décrit leurs bienfaits : Quels fruits choisir pour quel type d'usage ? Quelles propriétés thérapeutiques pour chaque fruit ? De quels effets secondaires fout-il se méfier ? Comment consommer ces fruits et dans quelles quantités ? Parmi les derniers venus en Europe, le goji, qualifié "d'aliment antivieillissement le plus puissant et de fruit le plus antioxydant au monde ", connaît un succès commercial immense parce qu'on lui attribue de nombreuses indications, notamment le traitement et la prévention des maladies dégénératives du cerveau et de certains cancers.
    D'autres fruits ont la cote : l'acérola du Brésil, riche en vitamine C, le camu-camu (autre source de vitamine C), l'açaï, le noni, le tamanu de la Polynésie française, sans oublier les fruits mieux connus tels la grenade, dont le jus présente un grand potentiel antioxydant, la banane (source de potassium), l'ananas pour faciliter la digestion (mais inutile pour la perte de poids), la pistache pour réduire le risque de maladies cardiovasculaires ou encore la papaye et le mangoustan (efficace contre l'acné) et beaucoup d'autres encore.
    Grâce à ce guide, réalisé par l'un des plus éminents spécialistes en phytochimie, vous saurez tout ou presque sur les fruits exotiques et leurs potentiels pour votre beauté, votre santé et votre longévité. Ce livre met aussi en garde contre les publicités mensongères et les risques liés à la consommation excessive de certains fruits : par exemple, la carambole est très toxique pour les personnes souffrant d'insuffisance rénale chronique, le goji est contre-indiqué chez les personnes traitées par des anticoagulants oraux et, associé à certains médicaments, même le pamplemousse peut s'avérer très dangereux !

  • La flore alpine est particulièrement riche en espèces très diverses.
    Les fleurs des montagnes ont souvent des couleurs éclatantes. Mais derrière leur beauté se cachent aussi des propriétés thérapeutiques remarquables ou des poisons violents. Les plantes peuvent guérir ou tuer, tout est question de dose, écrivait déjà Paracelse ou XVIe siècle. Ce livre présente les plantes alpines les plus importantes. Après une très brève description botanique, l'histoire de l'utilisation à des fins thérapeutiques de chaque espèce est présentée et documentée par de nombreuses anecdotes.
    Pour connaître les plantes, il faut aussi connaître leur histoire. Cette dernière puise ses racines depuis la nuit des temps dans l'empirisme et conduit aux connaissances scientifiques les plus récentes. Des conseils pratiques sont donnés, qui vont de la préparation de tisanes à la mise en garde contre les dangers de l'automédication. Le livre est illustré par de nombreuses photographies en couleur. Il s'adresse à toutes les personnes qui aiment la Nature et qui voudraient utiliser encore mieux le potentiel gigantesque des plantes pour améliorer la qualité de la vie.
    Il sera particulièrement utile à tous ceux qui aiment se promener dans nos montagnes et qui découvriront peut-être au bord d'un sentier une plante dont ils ne soupçonnaient pas le potentiel.

  • Depuis la nuit des temps, l'homme a été fasciné par les plantes, d'abord pour se nourrir, ensuite pour se soigner.
    Au cours de son histoire, l'homme remarqua aussi que certaines espèces végétales agissaient sur son esprit, son psychisme et lui permettaient de s'élever au-dessus de sa condition, de planer et parfois même d'entrer en communication avec les dieux. Ces plantes qui contiennent des substances psychotropes sont appelées drogues. Ce mot fait peur car il évoque souvent des stupéfiants qui engendrent la dépendance.
    Il est vrai que la consommation de plantes qui provoquent le bien-être, l'euphorie, le sentiment de se surpasser ou des hallucinations aboutit, une fois l'effet recherché touchant à sa fin, à l'irrésistible envie de recommencer. Toutes les civilisations de tous les continents ont découvert et utilisé des plantes psychotropes tout au long de leur histoire : le pavot et le bétel en Asie, la coca en Amérique du Sud, le peyotl, en Amérique centrale, le cannabis en Arabie et en Europe et le khat en Afrique.
    En plus des plantes supérieures, il faut mentionner les champignons hallucinogènes comme l'amanite tue-mouches ou les psilocybes. Des substances chimiquement proches de celles des psilocybes se trouvent dans la sécrétion de la peau de quelques espèces de crapauds, ce qui conduit certains amateurs à lécher ces batraciens ! Un autre champignon, l'ergot de seigle, a conduit à la découverte du LSD. Les plantes psychotropes ont permis à des personnalités (écrivains, poètes, compositeurs, peintres) de se surpasser et de devenir célèbres.
    Mais l'état de dépendance induit par chaque drogue et ses conséquences sont aussi discutés et commentés. L'attrait des drogues au début de ce nouveau millénaire est toujours aussi grand et des millions de personnes en consomment chaque jour dans le monde entier. L'histoire des drogues est présentée dans ce livre d'une manière scientifique, mais accessible à tous avec de nombreuses anecdotes, comme celle des plantes qui permettaient aux sorcières du Moyen Age de voler sur un manche de balai ou celle des personnes qui se droguent en buvant l'urine de consommateurs d'amanites tue-mouches.
    Cette mise au point recense les principales drogues d'origine naturelle, leur histoire, le hasard de leur découverte et les dangers que peut représenter leur utilisation. Ce livre est un avertissement destiné aux jeunes tentés d'expérimenter des nouvelles sensations, à ceux qui ont goûté aux drogues, aux parents, aux enseignants et éducateurs car il contient de nombreuses informations très utiles. Il s'adresse aussi aux médecins, biologistes, pharmaciens et à toute personne désireuse de s'informer sur un sujet qui concerne chacun.
    Le livre est illustré par de nombreuses photographies en couleur des plantes traitées.


  • un ouvrage scientifique, accessible et utile qui devrait se trouver dans chaque école et dans chaque ménage : un outil de prévention et d'information indispensable pour éviter les intoxications ou en limiter les conséquences.
    un guide précieux, agrémenté de nombreuses anecdotes et références historiques. se soigner par les plantes est aujourd'hui une mode. l'homme veut vivre sainement et recherche des médicaments naturels, ce qui est légitime. malheureusement, beaucoup de personnes pensent que tout ce qui est naturel est forcément bon ! c'est oublier que les poisons les plus puissants se trouvent aussi dans la nature : plantes, champignons, toxines marines et animaux venimeux sont chaque année à l'origine de milliers de cas d'intoxications, souvent graves, parfois mortels ! et ce sont les enfants qui en sont les premières victimes.
    cet ouvrage complet et précis vous donnera toutes les informations nécessaires
    pour apprendre à vous protéger des danger de la nature. ne pas confondre les différentes sortes de champignons : comestibles, toxiques ou hallucinogènes. savoir reconnaître les plantes toxiques et éviter certaines plantes d'intérieur potentiellement dangereuses. apprendre à ses enfants à se méfier de certaines baies colorées.
    savoir que faire en cas de morsure ou de piqûre par des animaux venimeux : insectes, serpents, batraciens, vives cachées sous le sable, méduses, mais aussi coquillages qui provoquent l'amnésie ou organismes marins qui peuvent entraîner la mort. en somme, savoir identifier les symptômes d'une intoxication et prendre les mesures nécessaires.

  • Les plantes anti-douleurs

    Kurt Hostettmann

    • Favre
    • 9 Février 2017

    Dans la plupart des civilisations, l'homme a cherché dans la nature des substances capables d'atténuer la douleur physique liée aux maux, blessures et maladies. Dans la Grèce antique et en Egypte, on utilisait déjà le pavot somnifère et l'écorce de saule. Ces plantes ont conduit, respectivement, à la découverte de la morphine et à la mise au point de l'aspirine.
    Ce guide vous présente, pour les diverses pathologies, les plantes qui peuvent apporter un réel soulagement, avec des indications précises sur la façon de les utiliser de façon efficace. Certaines plantes sont administrées en usage interne, d'autres en application externe ou inhalées sous forme d'huiles essentielles. Les éventuels effets secondaires ou contre-indications sont aussi mentionnés.
    Parmi les douleurs les plus fréquentes figurent les maux de tête et les migraines, ainsi que les douleurs articulaires. De nombreuses recherches ont été conduites sur les moyens de les vaincre ou de les prévenir. Le saule, l'arnica, la griffe du diable, le cassis et surtout le curcuma ont fait leurs preuves. Pour les migraines, la grande camomille ou partenelle, la menthe poivrée, le pétasite et le cannabis (!) sont des solutions valables. Le cannabis aide aussi les personnes atteintes de sclérose en plaques. Contre les douleurs menstruelles, rien de mieux que le gattilier (ou poivre des moines). Contre les maux de gorge : sauge et échinacée. Rage de dents ? clou de girofle et impératoire. Contre le mal de mer, le gingembre est utilisé depuis des siècles et encore de nos jours. Quelques plantes contre les douleurs du système urinaire et du système digestif sont aussi proposées. Un ouvrage illustré destiné au grand public, agrémenté de nombreuses anecdotes historiques, et surtout bien pratique pour lutter contre les petits ou grands maux du corps, à placer dans toute bonne pharmacie familiale.

empty