Cerf

  • Cet essai présente la biographie intellectuelle de Nicolas de Cues (1401-1464), philosophe et homme d'Église au parcours unique. En exposant l'évolution et les développements de la pensée du cardinal, il met en lumière ses multiples centres d'intérêt et replace sa philosophie dans le contexte tourmenté des débats du XVe siècle. Il initie à l'oeuvre d'un auteur dont le grand spécialiste de la Renaissance italienne, Eugenio Garin, prétendait qu'il était le plus grand penseur de son siècle. À la manière de Nicolas de Cues, cet ouvrage traite sans pesanteur de questions essentielles.

  • Ce livre est iconoclaste.
    Il renonce à présenter la philosophie médiévale à la manière traditionnelle d'une " histoire des problèmes ". Kurt Flasch y montre le lieu de naissance de chaque pensée, qu'il insère de manière originale dans son contexte historique et culturel. Il fait entendre la signification pratique et politique des oeuvres les plus prestigieuses du Moyen Âge philosophique, d'Anselme à Abélard, d'Averroès à Albert le Grand, de Thomas d'Aquin à Guillaume d'Ockham, de Maître Eckhart à Nicolas de Cues.
    La polémique et le conflit ouvert servent de fil conducteur aux idées, ainsi restituées au lieu de naissance de la pensée, puisque le débat intellectuel y recouvre des positions philosophiques, théologiques ou politiques tranchées. Kurt Flasch esquisse une histoire de la philosophique à l'état de dispute et de contradiction, ce qui donne à cette histoire une tonalité vivante. Cette approche a suscité de nombreuses critiques, souvent virulentes.
    Dans une postface inédite, Kurt Flasch répond ici à ses critiques, et clarifie les présupposés de sa méthode.

  • Cet essai présente la biographie intellectuelle, de Nicolas de Cues (1401-1464), philosophe et homme d'Eglise au parcours unique. En exposant l'évolution et les développements de la pensée du cardinal, il met en lumière ses multiples centres d'intérêt et replace sa philosophie dans le contexte tourmenté des débats du XVe siècle. Il initie à l'oeuvre d'un auteur dont le grand spécialiste de la Renaissance italienne, Eugenio Garin, prétendait qu'il était le plus grand penseur de son siècle. A la manière de Nicolas de Cues, cet ouvrage traite sans pesanteur de questions essentielles.

empty