Langue française

  • Penser l'éthique comme devenir à partir d'une lecture renouvelée et précise des textes spinozistes, et laisser une place significative aux affects, au désir, à l'imagination, à l'histoire personnelle et aux rencontres: telle est l'ambition de l' «anthropologie éthique» mise en place par l'auteur.

  • L'informatique s'est invitée à l'école dès les années 70 et, dans la décennie qui a suivi, les premières réflexions d'ordre didactique ont vu le jour. Depuis, leur champ d'action n'a cessé de s'élargir, qu'il s'agisse de l'usage des progiciels dont on a voulu développer l'efficacité, de ce qu'on a ensuite appelé les Sciences et Techniques de l'Information et de la Communication (STIC) et de leur exploitation en contexte d'enseignement (TICE). Aujourd'hui, alors qu'on parle plus largement encore d'éducation aux médias et d'éducation numérique, on observe un resserrement du champ chez ceux, et ils sont nombreux, qui prônent le « retour » à un enseignement du « code ». Comment donc faire le tri dans la variété des options éducatives possibles ? La question n'est pas simple et cet ouvrage n'a pas l'ambition d'y apporter une réponse évidente. Toutefois, l'équipe d'édition a souhaité donner la parole à des acteurs qui, compte tenu de la variété de leurs compétences, éclairent chacun, à travers leurs discours, un des aspects de cette complexité. Qu'ils soient pédagogues, informaticiens, sociologues, chercheurs ou encore didacticiens, ils permettront au lecteur de se faire une idée plus précise du qui, quoi et comment aborder le numérique à l'école, questions qu'il ne faut pas éluder avant de s'engager trop rapidement dans des choix dont la pertinence s'est souvent révélée éphémère.
    Le Colloque Didapro 6, qui s'est déroulé à Namur en janvier 2016 est l'épine dorsale de cet ouvrage. De tels événements font à chaque fois la preuve, et cet ouvrage l'apporte également, que quelle que soit l'étendue de leur champ d'application, ces réflexions didactiques sont fondamentales et doivent être encouragées.
    Les textes de cet ouvrage ont été réunis et commentés par Julie Henry, Aude Nguyen, Etienne Vandeput.

  • De nombreuses disciplines s'intéressent à l'individu sans que l'individualité fasse l'objet d'une science dédiée. Et pour cause : le défi de connaître les réalités individuelles se pose à chaque fois de façon spécifique au biologiste, au sociologue, au philosophe, au praticien. Comment rendre compte dans son propre cadre disciplinaire de ce qui se joue à l'échelle et à la temporalité individuelles, sans pour autant réduire la singularité et le devenir des êtres auxquels on a affaire à une essence anhistorique, un système de dispositions, un concours de circonstances ou un programme génétique ? Si la variété de ces problématiques exclut une approche transversale, elle en appelle d'autant plus une démarche comparative : comment nos différentes disciplines font-elles pour dépasser un point de vue fixiste et réducteur niant la réalité des trajectoires de vie singulières? ? Entre historicité, émergence, trajectoires et rencontres, nos pratiques de recherche développent des modes d'explicitation permettant de sortir de l'opposition binaire entre déterminisme et hasard où l'individualité est la première perdue.

    Cet ouvrage interdisciplinaire est une invitation à croiser les perspectives sur la notion d'individu, les difficultés qu'elle pose et l'inventivité méthodologique dont elle est l'occasion. Il vise à esquisser une définition de l'individu au prisme de ses trajectoires (biologiques, existentielles, sociales, éthiques) déterminées par des rencontres qui sont toujours en partie imprévisibles.

    Ouvrage issu des activités du laboratoire junior « ?Enquête sur l'homme vivant? : philosophie, biomédecine, pratiques artistiques (EHVI)? » (ENS de Lyon) et publié avec le soutien de la Région Rhône-Alpes et du projet ANR Anthropos (ENS de Lyon, CERPHI-UMR 5037).

empty