Magellan & Cie

  • Jean-François Galaup, comte de La Pérouse (1741-1788), fut chargé par Louis XVI d'un voyage de découverte en 1785. Il partit avec deux frégates, La Boussole et L'Astrolabe et fit naufrage. On reste sans nouvelles de l'expédition pendant deux ans avant d'envoyer le chevalier D'Entrecasteaux à la recherche d'un personnage de légende, à bord de La Recherche et de L'Espérance... Entre temps, la France connaît des bouleversements sans précédents.
    S'appuyant sur les journaux de navigation sauvegardés de La Pérouse lui-même, Jules Verne donne à revivre cette aventure aux dangers innombrables, lot des explorateurs : c'est la reconnaissance et le baptême de terres nouvelles, l'émerveillement face à une faune et aune flore généreuse, l'observation des peuples rencontrés, la description

  • Un Anglais, Thomas Shaw, attaché comme chapelain au comptoir d'Alger, avait mis à profit ses douze ans de séjour dans les États Barbaresques pour réunir une riche collection de curiosités naturelles, de médailles, d'inscriptions et d'objets d'art. S'il ne visita pas lui-même les parties méridionales de l'Algérie, il sut, du moins, s'entourer d'hommes sérieux, bien informés, qui lui donnèrent sur beaucoup de localités peu connues une masse de renseignements exacts et d'informations précieuses. Son travail, qu'il publia sous la forme de deux gros in-4°, avec de nombreuses figures dans le texte, porte sur toute la Numidie.
    C'est bien plutôt l'oeuvre d'un érudit que d'un voyageur, et cette érudition, il faut l'avouer, est souvent fort mal digérée. Mais, quel que soit ce travail de géographie historique, il ne manquait pas de prix pour l'époque, et personne n'aurait été, plus et mieux que Shaw, en état de réunir la quantité prodigieuse de matériaux qui y sont mis en oeuvre.

  • Après les relations savantes sur la Chine du XVIIIe siècle, composées par les jésuites, c'est le diplomate anglais Georges de Macartney qui fournit aux Européens des observations édifiantes sur le Céleste Empire.
    De Volney, soucieux d'objectivité dans ses récits, à Pallas, naturaliste et humaniste, Jules Verne passe en revue les plus fameux des voyageurs qui ont renseigné l'Europe sur les contrées mal connues d'Asie et leurs peuples.

  • Très jeune, Christophe Colomb (1451 ou 1452-1506) désirait, " connaître les secrets du monde ".
    Devenu cartographe et marin il voue son existence à la recherche d'une voie maritime qui permettrait de gagner les Indes par l'ouest. Il obtient les faveurs de la couronne espagnole et entreprend, le 3 août 1492, une première expédition. Il accoste sur l'île de Guanahani, dans l'archipel des Bahamas, puis découvre Cuba et Saint-Domingue. Premier des conquistadors, Colomb meurt en 1506 sans connaître l'importance fondamentale de ses découvertes.
    Lorsque Jules Verne entreprend de raconter les voyages de Colomb, la critique historique de la découverte du Nouveau-Monde vient juste de commencer, grâce à la publication, en 1875, de l'Historia de Las Casas, restée inédite depuis le XVIe siècle.

  • C'est à bord d'un extraordinaire éléphant à vapeur que Jules Verne nous fait découvrir le fleuve légendaire, ses pèlerins et ses villes sacrées.
    De Calcutta à Cawnpore en passant par Bénarès, cette promenade poétique et amusante cache cependant un sombre dessein... Le taciturne Munro poursuit secrètement le traître Nana Sahib, leader des Cipayes pendant la célèbre révolte. Récit extrait de La Maison à vapeur - voyage à travers l'Inde septentrionale, publié en 1879.

  • Naviguant pour le compte du roi d'Espagne, le Portugais Fernão de Magalhães (Magellan, 1480 env.-1521) longe la Patagonie en 1520 lorsqu'il découvre le fameux détroit traversant le sud de l'Amérique qui, désormais, portera son nom.
    Son expédition revint en Espagne en 1522, après avoir accompli, pour la première fois, le tour du monde ! Sans lui. Il fut tué dans un combat contre les indigènes aux Philippines le 27 avril 1521. Un seul des cinq navires de la flotte de ce grand capitaine a pu rejoindre l'Espagne avec seulement dix-huit hommes à bord. Mais ce premier périple, qui apportait la preuve pratique de la sphéricité de la terre, eut un retentissement considérable, en partie grâce à Antonio Pigafetta, l'historiographe de l'expédition, auquel Jules Verne se réfère.

  • De la découverte du Pacifique par Balboa en 1513 au triomphe de Pizarre au Pérou en 1535, les " Conquistadors " ont accompli des conquêtes décisives en Amérique du Sud en moins d'un quart de siècle.
    Si l'appât de la richesse les guidaient sans aucun doute, ils furent aussi sensibles à autre chose que la fièvre de l'or : poussés par l'ambition de vivre en seigneurs de vassaux indiens, ils avaient conscience de participer pleinement à une entreprise extraordinaire, qui égale et surpasse les exploits des plus grands héros de l'Antiquité ou des chevaliers de la Reconquête, comme en témoigne l'Histoire véridique de la conquête de la Nouvelle-Espagne du soldat Bernal Diaz del Castillo.

  • Louis-Antoine de Bougainville est né à Paris, le 13 novembre 1729. Fils d'un notaire, il fut d'abord destiné au barreau et se fit recevoir avocat.
    Mais, sans goût pour la profession paternelle, il s'adonnait particulièrement aux sciences et publiait un Traité de calcul intégral, tandis qu'il se faisait recevoir aux Mousquetaires noirs. Des trois carrières qu'il avait commencé à parcourir, il abandonna sans retour les deux premières, fit quelques infidélités à la troisième pour une quatrième, la diplomatie, jusqu'à ce qu'il la quittât définitivement pour une cinquième, la marine. Il devait mourir sénateur, après un sixième avatar.
    Des nombreuses carrières de Louis-Antoine de Bougainville (1729-1811), Jules Verne relate celle qu'il fit dans la marine. De 1766 à 1769, il accomplit à bord de la Boudeuse un voyage de circumnavigation qui lui fit découvrir les îles Samoa et atteindre les Moluques. « Ce qui a rendu populaire le nom de Bougainville, c'est d'avoir été le premier Français qui ait accompli le tour du monde. »

  • En cherchant sans relâche un passage vers l'Asie par la route du nord-ouest, des navigateurs européens, au service d'Henri VII d'Angleterre et de François Ier, découvrent et explorent le Canada : Jean Cabot et ses trois fils atteignent le Labrador en 1497 ; à partir de 1514 les Français vont chasser la baleine et pêcher la morue à Terre-Neuve ; Verrazano, le premier à accoster là où plus tard se dressera New York, longe les côtes du Nouveau-Monde et Jacques Cartier remonte le Saint-Laurent.
    Ce passage introuvable, devenu un mythe, fait tomber les terres ingrates de la Nouvelle-France dans l'oubli jusqu'à l'arrivée de Champlain cinquante ans plus tard. Pour leur part, les Hollandais tentent la traversée du pôle nord mais le froid impitoyable qui y règne les enferme dans une prison de glace pendant tout un hiver.

  • Les Portugais ont été les premiers à se lancer sur la route des Indes orientales et il leur a suffi de quelques années pour bâtir un immense empire maritime sur les côtes de l'océan Indien.
    En 1497, Vasco de Gama (1469-1524) entreprend le premier voyage aux Indes dix ans après que le cap de Bonne-Espérance ait été franchi par Bartolomeu Dias. Lors du deuxième voyage en 1500, Alvares Cabral (1407-1520, avec à son bord Camoëns le poète des Lusiades, découvre le Brésil, par une route pour le moins hasardeuse ! Et Afonso Albuquerque (1453-1515), au prix de mille péripéties, transformera cette conquête aventureuse en empire.

  • Jean-françois galaup, comte de la pérouse (1741-1788), fut chargé par louis xvi d'un voyage de découverte en 1785.
    Il partit avec deux frégates. la boussole et l'astrolabe et fit naufrage. on resta sans nouvelles de l'expédition pendant deux ans avant d'envoyer le chevalier d'entrecasteaux à la recherche de ce personnage de légende. ce récit met en valeur les aventures tragiques et les dangers innombrables qui sont le lot des explorateurs

  • Le jeune vénitien Marco Polo (1254 ou 1255-1324), accompagne son père et son oncle à la cour de Chine, où il accomplit de nombreuses missions au service de l'empereur Qubilai.
    De retour à Venise, en 1295, après vingt-cinq années d'absence, il est fait prisonnier par les Gênois. Il met à profit sa réclusion de trois ans pour raconter ses souvenirs d'un voyage extraordinaire à son compagnon de prison, Rusticien de Pise. Le Livre des merveilles du monde est longtemps apparu comme un récit fabuleux, puis les voyages suivants ont permis de reconnaître la justesse de ses propos et la pertinence de ses observations.
    Largement citée par Jules Verne, l'oeuvre de Marco Polo est le premier témoignage sur un monde asiatique alors totalement inconnu des chrétiens du XIIIe siècle.

  • James cook (1728-1779), ce " neuvième enfant d'un valet de ferme et d'une paysanne grandit en angleterre où il débuta comme mousse, puis étudia la géométrie et l'astronomie à halifax et fit le relevé des côtes de terre-neuve entre 1762 et 1767.
    Jules verne raconte ses trois voyages et fait une large place aux notes de cook. la description des moeurs des indigènes - avec lesquels il s'efforça d'être pacifique -, ses anecdotes pittoresques et les paysages sublimes de " l'océan austral " font de lui un découvreur hors du commun. il explora les îles de la société, les îles tubuaï et la nouvelle-zélande, l'antarctique, un passage par mer vers le nord, les îles sandwich (hawaï).
    L'océan arctique par ic détroit de béring

  • Des nombreuses carrières de Louis-Antoine de Bougainville (1729-1811), ce fils de notaire qui mourut sénateur, Jules Verne relate celle qu'il fit dans la marine.
    De 1766 à 1769, il accomplit à bord de la Boudeuse un voyage de circumnavigation qui lui fit découvrir les îles Samoa et atteindre les Moluques. " Ce qui a rendu populaire le nom de Bougainville, c'est d'avoir été le premier Français qui ait accompli le tour du monde. "

empty