Jean-Loup Chiflet

  • Ajouter au panier
    En stock
  • Il peut nous arriver de déplorer le côté monotone et ennuyeux de la réalité mais si on l'observe bien, elle peut nous apporter son lot de cocasseries et d'insolite. Il suffit d'avoir l'oeil pour découvrir autour de soi, au coin de la rue, ou chez les bouquinistes, une telle matière à rire que l'on ne peut alors s'empêcher de s'écrier : « Ça ne s'invente pas ! » Jean-Loup Chiflet, très sensible à ce qu'il convient bien d'appeler « L'humour involontaire » s'est mis en quête depuis des années de plonger dans des eaux troubles pour en retirer des documents étonnants, insolites et improbables ; tels certains manuels scolaires ( Par admiration, on appelait Charlemagne l'empereur à la barbe fleurie bien qu'il n'ait pas de barbe) ou religieux (Le petit Jésus passait ses vacances à la montagne chez son cousin Jean-Baptiste) et de guides dits de civilités commis au début du XXe siècle par des baronnes et autres comtesses (On peut dire merci aux domestiques, mais seulement de temps en temps) et surtout les fameux Almanachs Hachette qui, avec l'usure du temps, sont tombés en désuétude pour notre plus grand plaisir (Les porteurs de grandes oreilles sont des naïfs). Mais cette intarissable source comique nourrie par la bêtise, l'étourderie, le mauvais goût, sans compter avec le génie du hasard ne jaillit pas seulement du fond des âges ; on trouvera aussi dans ce catalogue déraisonné, des perles récentes tout aussi saugrenues de fonctionnaires, de victimes de l'administration, de journalistes (Auguste Lumière s'éteint), d'élèves etc. Ainsi, la réalité, quand elle dépasse la fiction, est plus attrayante car elle n'obéit à aucune loi contrairement à la fiction, soumise à des règles strictes, condamnant l'écrivain à respecter une certaine véracité qui le met en état d'infériorité face à la vraie vie.

    Principales têtes de rubriques : Administration - Animaux - Amour - Arts - Assurances - Bon Dieu - Bon sens - Culture/Littérature - Éducation - Garde-à-vous - Petites histoires de l'Histoire - Ils auraient mieux fait de se taire - Justice - Jeunesse - Langage - Les politiques - Poste restante - Presse - Médecine - Savoir-vivre - Sciences et technique - Sports - Vie quotidienne - Voyage.

  • « Ne nous prenons pas au sérieux, il n'y aura aucun survivant », écrivait Alphonse Allais, que Jean-Loup Chiflet cite, avec Alexandre Vialatte, parmi ses maîtres et références. Cette formule pourrait résumer l'esprit de ce livre comme la philosophie de son auteur. Jean-Loup Chiflet qui a signé, entre autres ouvrages, un Dictionnaire amoureux de l'humour, décrit ce genre comme une sorte d'art de vivre. « Cohérent ou absurde, agressif ou fantaisiste, ridicule ou insolite, l'humour met le réel à distance le temps de son énoncé pour mieux le décrire, le supporter et l'apprivoiser. L'humoriste est un démineur qui transcende la noirceur du monde. » Illustré dès le Moyen Âge par Rabelais, puis au XVIIIe siècle par Voltaire, Beaumarchais ou Marivaux, l'humour a été incarné chez nous, depuis la fin du XIXe siècle, par des auteurs de génie, de Tristan Bernard, Alphonse Allais et Sacha Guitry à Georges Perec et Roland Dubillard. Mais c'est dans le monde anglo-saxon, à travers George Bernard Shaw, Jerome K. Jerome, les Marx Brothers ou W.C. Fields et Winston Churchill, qu'il s'est imposé de la manière la plus naturelle et éclatante comme un mode de vie et de pensée à part entière.
    Conçu de manière thématique, ce volume témoigne que rien ne résiste au plaisir d'en rire, pas plus l'âge, les moeurs, la famille, l'amour ou la gastronomie que la maladie ou même la mort. « Marx est mort. Dieu est mort. Et moi-même je ne me sens pas très bien », ironise ainsi, en parodiant Mark Twain, Woody Allen, qui occupe une place de choix dans cette anthologie. Anthologie qui offre au lecteur une grande variété de styles et de genres, du roman au théâtre, du poème à la saillie et au simple calembour. Autant de domaines où se sont exprimés la verve satirique, le sens de la dérision, le goût et le sens de l'absurde d'un Jules Renard, d'un Raymond Devos ou d'un Boris Vian, auteurs que Jean-Loup Chiflet présente comme ses « compagnons d'armes à l'humour désarmant ».
    « Si les Anglais peuvent survivre à leur cuisine, ils peuvent survivre à tout », écrivait l'Irlandais Bernard Shaw. En citant cette phrase parmi des centaines d'autres, Jean-Loup Chiflet rend hommage, avec tout l'humour requis, au nonsense anglo-saxon, qui, écrit-il, « a donné un sens à [sa] vie » en lui révélant le « côté insolite d'une situation » ou une façon d'observer le monde à l'envers. De cette révélation est né Sky my Husband, l'un de ses plus grands succès, réédité à la fin de ce Bouquin de l'humour après s'être imposé comme un modèle du genre.

  • Ne soyez pas étonnés, si en utilisant « la méthode Sky », aucun Anglais ne vous comprend ! Jean-Loup Chiflet a une manière toute personnelle de traduire les expressions françaises en langue anglaise. Ainsi, « Un chouchou » devient « A cabbage-cabbage » et une « Marie-couche-toi-là » se transforme en « A Mary-go-to-bed » ! Mais que l'on se rassure, ce manuel aussi surprenant qu'hilarant contient aussi la traduction exacte de toutes ces locutions joyeusement écorchées !

  • Jean-Loup Chiflet propose une très réjouissante et très personnelle liste de choses à faire et ne pas faire qui ne manquera pas de faire sourire et rire les amateurs de bons mots ! Quelques exemples pour donner le ton : Se dire qu'il faudra rendre l'âme un jour, mais à qui ?, Ne pas dire un enfoiré mais une année de perdue, Rire avec michel Houellebecq, Repousser si possible le démon de midi à quatorze heures...

  • « Depuis deux ans, je me suis immergé dans un monde jubilatoire, réjouissant et facétieux, dominé par l'humour, le rire et l'ironie en évitant de me laisser distraire (sic) par tout ce qui pourrait m'en éloigner. De Montesquieu à Coluche, de Feydeau à San Antonio, de Courteline à Bourvil, de Beaumarchais à Francis Blanche, de Mark Twain à Perec, de Proust à Allais en passant par le cardinal de Retz, les Pataphysiciens, Molière, Blondin et bien d'autres, j'ai essayé de comprendre et d'analyser le mécanisme complexe de l'humour. Mais comment l'expliquer quand le seul fait de le définir présente peut-être le risque de le faire disparaître ? L'humour est-il vraiment "un art d'exister." (Escarpit) ? "Le plus court chemin d'un homme à un autre." (Wolinski) ? "Le plaisir étrange issu de la certitude qu'il n'y a pas de certitude." (Kundera) ? Vient-il "d'un excès de sérieux." (Tristan Bernard) ? D' "une tentative pour décaper les grands sentiments de leur connerie." (Queneau) ? Ou, comme le disait Prévert, est-il "nénarrable, solite, décis, pondérable, commensurable, tempestif, déniable et trépide." ?

    Un dictionnaire « amoureux » étant par définition un dictionnaire subjectif, j'ai évidemment laissé libre cours à mes passions : le fameux nonsense anglo-saxon qui n'est pas une absence de sens, mais la prise de conscience du côté insolite d'une situation, ou encore mon inclination pour les magiciens de la langue et autres oulipiens, sans oublier mes vénérés maîtres, champions de l'observation du quotidien que sont Vialatte, Ponge, Queneau ou Tristan Bernard. J'ai mesuré enfin qu'avec un sujet aussi universel que l' "humour", j'avais en outre la possibilité de rassembler le plus grand nombre. C'est bien sûr mon voeu le plus cher et un pari que j'espère gagner haut la main.

    D'ailleurs, je ne sais plus qui a dit : "L'humour c'est comme les essuie-glaces, ça n'empêche pas la pluie, mais ça permet d'avancer." Dont acte. » J.-L.C.

  • Comment parler d'amour, exprimer son désir, rompre une relation, aider, consoler, remercier ou pardonner. Pour trouver la tournure qui fera mouche tout en reflétant notre pensée, il semblerait que Jean-Loup Chiflet ait imaginé une solution aussi agréable que pédagogique. Pourquoi, en effet, ne pas puiser dans notre exceptionnel patrimoine littéraire en demandant à nos auteurs, poètes, romanciers et autres dramaturges de nous aider à nous exprimer avec élégance et efficacité ? En nous inspirant largement de ce florilège de citations, nous pourrions etre amenés à réfléchir, pourquoi pas, sur les faiblesses de notre condition humaine.

  • Le New Yorker est la référence du dessin d'humour. Le trait léger, décalé, parfois ravageur, de ses dessinateurs est célèbre dans le monde entier. Constatant que ceux-ci nourrissent une passion commune pour les chats depuis 1925, Jean-Loup Chiflet s'est invité dans le cercle des adorateurs de l'animal. Il a sélectionné et traduit 300 dessins qui croquent avec tendresse les qualités et les défauts de ces félins domestiques.

  • Les dessinateurs et les dessinatrices du New Yorker épinglent avec malice les tribulations de la vie à table : les repas en famille ou en amoureux, les pauses-café et les déjeuners sur le pouce, les dîners chics et les serveurs chocs, les hommes, les femmes, les enfants, les vegans ou les carnivores et même les animaux !
    Pour ces 10 ans, la collection du New Yorker fait peau neuve. Cet album comportera également 8 cartes postales illustrées.

  • La grandeur de la langue française peut aussi se mesurer à la richesse, la drôlerie, la variété de ses expressions régionales. De l'Alsace à l'Occitanie en passant par la Provence, la Corse, la Franche -Comté, la Nouvelle-Aquitaine, voici un florilège de (bons) mots, phrases, formules trouvés dans la France entière, à lire avec légèreté et gourmandise. Allez "acheter des chocolatin.es" à Toulouse, vous entraîner à lancer un "Ô peuchère !" à Marseille, "prendre une bugne" à Lyon, vous "faire rincer la dalle" à Caen, ou "embrasser Fanny", ce que l'on ne souhaite à personne. À chaque expression, sa petite histoire, sa signification, sa généalogie. Tout est là.

    Vive le français !

  • « Et alors ? Beaucoup de bruit pour rien ou, comme j'ai essayé de le montrer dans ces quelques pages, la conviction que le «génie» de la langue dont parle Voltaire ne s'explique qu'en observant ses particularités ? Tout au long de cette balade à travers les trouvailles linguistiques malicieuses, acrobatiques, parfois régressives ou scandaleuses, iconoclastes et jouissives qui fleurissent à l'ombre de la langue officielle, j'ai voulu la «défendre». Bien avant moi, en 1549, Du Bellay écrivait La Deffence, et illustration de la langue francoyse pour combattre le «Monstre ignorance» et «illustrer» la langue, c'est-à-dire la faire «rayonner». Proust ne dit pas autre chose lorsqu'il écrit en 1908 à Mme Strauss : «Les seules personnes qui défendent la langue française sont celles qui l'attaquent.» Étonnant, non ? » J.-L. C.
    Certains puristes s'indignent régulièrement : notre langue souffrirait d'être dénaturée, aliénée et même colonisée. Il faut plutôt se réjouir qu'elle puisse évoluer et continuer de nous réserver quelques belles surprises. Loin d'en être appauvrie ou diminuée, elle s'enrichit entre autres grâce à l'argot et à la langue de banlieue. Heureusement culbutée par les fi gures de style, calembours et autres contrepèteries, elle est revigorée par le génie de jongleurs de mots comme Perec, Queneau ou Devos. Ce sont plutôt les prétendus moralisateurs de notre langue qui la maltraitent à force de règles complexes et de réformes surréalistes. La langue elle-même n'y est pour rien.

  • Vous ignorez ce qu'est l'amphigouri ou l'hypocorisme ? Vous défendez les mots qui devraient exister comme cigatrice ou combientomane ? Tentez cette ballade humoristique parmi les bizarreries de la langue française que vous propose Jean-Loup Chiflet, amoureux curieux des mots : « le mot lui-aussi est imprévisible, et si l'on veut apprendre à le maîtriser, il faut apprendre à le connaître. »

  • Depuis 1925, le New Yorker est " LA " référence du dessin d'humour.
    Le trait léger, décalé, parfois ravageur, de ses dessinateurs est célèbre dans le monde entier. Jean-Loup Chiflet, pour qui " le nonsense a donné un sens à sa vie ", était le mieux placé pour sélectionner et commenter ces chefs-d'oeuvre qui raviront tous les amoureux des livres. Qu'y a-t-il de plus délicieux que de rire de soi-même ?

  • Meilleure vente de la collection des New Yorker (15 000 exemplaires), cette nouvelle édition est enrichie de nouveaux croquis : 300 dessins pour rire des clichés sur notre pays et des américains qui viennent le visiter.

  • Le succès incontestable d'Oxymore mon amour ! nous a évidemment incités à lui donner une suite qui, nous l'espérons, réjouira autant, si ce n'est plus, les fidèles lecteurs de ce qu'il convient d'appeler un dictionnaire insolite. Si Voltaire est l'un des tout premiers à avoir décelé du génie dans notre belle langue et Rivarol à affirmer que la clarté et la netteté font d'elle la langue internationale de la culture, j'ai choisi pour ma part de la célébrer d'une façon plus légère en insistant sur ses subtilités et ses particularités.

    Quel rapport, me direz-vous, entre A comme « Antonomase » et B comme « Bibliothèques », H comme « Hashtag », J comme « Janotisme », P comme « Polichinelle » ou « Potron-minet », S comme « Sabrer ou sabler ? », T comme « Tohu-bohu » et « Truisme » et Z comme « Zéro » ? Eh bien, simplement un désir légitime de tout savoir sur l'univers impitoyable et magique de notre langue, avec une préférence très nette pour ce côté inattendu et parfois déconcertant qui la rend si attachante.

    Jean-Loup Chiflet.

  • Vous êtes femme au foyer, working girl, femme fatale ou fashion victim ? Ou bien vous cohabitez avec une mère juive, une épouse libérée, jalouse ou ambitieuse. Les voici toutes (ou presque), croquées par les dessinateurs du New Yorker en 300 dessins.

    Depuis 1925, le New Yorker est « LA » référence du dessin d'humour. Le trait léger, décalé, parfois ravageur, de ses dessinateurs est célèbre dans le monde entier.

  • Certains, et non des moindres, pensent à juste titre qu'il faut voler au secours des mots et expressions frappés par la limite d'âge, avant qu'ils ne sombrent dans l'oubli le plus total. Riche idée ! D'autres comme Jean-Loup Chiflet, suggèrent à leur tour d'ouvrir la chasse aux mots flous et vagues, creux et inutiles, qui polluent, qui irritent, bref, qui agacent notre langue au quotidien !
    Il s'inscrit donc en faux contre ce n'importe quoi qui le gave grave, si vous voyez ce qu'il veut dire, mais il juge personnellement qu'il existe au jour d'aujourd'hui un consensus franco-français au niveau de cette dangerosité. Voilà. C'est clair ? Y a pas de soucis ? Alors, bon courage ! A plus ! Et bonne fin de journée !

  • « Si d'aucuns privilégient le "son du cor au fond des bois", je lui préfère de loin la sonorité de certains mots : zinzinuler, melliflu, tintinnabuler ou encore ysopet, vogoul, machaon, jocrisse, sigisbée, ouaouaron et coquecigrue que j'imaginerais très bien en personnages de BD ».

    Passionné par les incongruités de la langue française, Jean-Loup Chiflet la revisite avec la drôlerie qui a fait sa renommée. Mots « impossibles à prononcer », « mal mariés » ou encore « qui rétrécissent à l'usage », autant de variations malicieuses sur les bizarreries de notre langue qui réjouiront tous les amateurs de bons mots.

  • La France est le pays des réformes mais aussi de l'humour absurde. À la prochaine rentrée scolaire, une nouvelle réforme de l'orthographe, décidée il y a 26 ans, entrera en vigueur. C'est dire combien les mots empruntent le chemin des écoliers. L'irrésistible Jean-Loup Chiflet s'attaque, crayon à la main, à cette nouvelle usine à gaz : la réforme de l'orthographe. Dans cet essai pataphysique, à la fois aigu et grave, il fait non seulement l'éloge de l'accent circonflexe mais décortique aussi drôlement les réformes de la langue française de 1635 - 1694 - 1740 - 1835 - 1867 - 1901 - 1908 - 1935 - 1977 - 1981 - 1983 - 1989 - 1990 et rédige les prochaines réformes qui vont défigurer notre paysage lexical. Une logique poussée jusqu'à l'absurde.
    Dans la grande tradition de l'humour d'Alphonse Allais, un pamphlet délirant et érudit destiné aux amoureux des mots, aux cancres en orthographe et aux parents exaspérés.

  • Le New Yorker s'attaque au monde du travail. Quand les plus grands dessinateurs d'humour croquent en quelques traits la vie d'employé (et de patron), l'entretien d'embauche, le licenciement... SOMMAIRE Le lundi matin À l'accueil Entretiens d'embauche Les bureaux Des patrons Les ressources humaines Le pouvoir de la compta Le marketing est une science L'art du management De père en fils En réunion Pause déjeuner Le rendez-vous d'affaires Les stratèges Les drogués du travail Toujours plus ! Comment demander une augmentation Les conflits du travail L'entretien d'évaluation Vous êtes viré ! À la retraite Le retour des héros

  • Je n'ai pas encore le titre

    Jean-Loup Chiflet

    • Plon
    • 21 Septembre 2017

    « Est-ce bien raisonnable de croire qu'après avoir passé cinquante ans jour pour jour dans le monde de l'édition (je suis rentré chez Hachette le 1er février 1967), j'aurais des choses à raconter qui pourraient passionner ceux qui n'en faisaient pas partie ?
    Ce catalogue de souvenirs ne va-t-il pas être assimilé aux Mémoires d'un vieux con comme me l'a fait remarquer un aimable confrère que j'interrogeais sur l'opportunité de ce projet ?
    Si l'on en croit les dictionnaires, les « Bonnes feuilles » sont « une sélection des meilleures feuilles d'un livre ». C'est ce que j'ai décidé de rassembler dans cet ouvrage avec les moments les plus insolites, les plus festifs, les plus drôles, les plus émouvants de mes cinquante ans d'édition...
    Je ne sais toujours pas si c'est bien raisonnable, mais j'ai vraiment envie de partager avec vous les meilleures feuilles de ma vie d'éditeur. » Jean-Loup Chiflet.

  • L'exception confirme la règle... bien sûr, mais quelles règles et quelles exceptions ? Entre celles que nous connaissons bien (choux, hiboux, cailloux...) et celles que nous maîtrisons moins (chacals, bancals, un pétale, un hôte ou un hôte...), notre langue s'enorgueillit à juste titre de ces fameuses exceptions françaises qui rendent, certes, la grammaire, l'orthographe ou la sémantique si complexes, mais aussi tellement riches.

    Jean-Loup Chiflet les recense, les analyse, les dissèque, les commente avec sérieux, mais aussi légèreté et vous entraîne à leur découverte dans une promenade passionnante pleine de surprises et d'humour.

empty