Jean-Dominique Durand

  • Cet ouvrage présente la construction de l'identité italienne, de l'Italie « expression géographique » que dévalorise Metternich en 1815 à la grande puissance économique actuelle, intégrée à l'Union européenne. Plus de deux siècles d'histoire présentés de manière simple et accessible, où l'approche chronologique, revendiquée, se double d'une réflexion sur les grands enjeux propres à chaque période.
    Cette édition a été mise à jour des dernières données (dont les élections de mars 2018).
      PLAN DE L'OUVRAGE DE TURIN À ROME. LA CONSTRUCTION D'UN ÉTAT (1815-1870).
    1. Le temps des Restaurations (1815-1846). 2. 1848 et ses conséquences.
    3. Le royaume de Piémont-Sardaigne et l'unification de la péninsule (1850-1870).
    DE LA PORTA PIA À L'AVENTIN (1871-1924).
    4. Réalités et limites de l'Unité. 5. De la Nation au nationalisme.
    6. Comment la démocratie se perd.
    L'ÈRE FASCISTE (1925-1945).
    7. Quel totalitarisme  ? 8. De la mystique nationaliste à la guerre.
    9. La guerre, le «  nazi-fascisme  », la Résistance.
    L'ITALIE, LA RÉPUBLIQUE ET L'EUROPE (DE 1946 À NOS JOURS).
    10. La construction d'un État nouveau  : l'ère démocrate-chrétienne (1946-années 1970).
    11. Les bouleversements italiens (des années 1970 à nos jours).
      JEAN-DOMINIQUE DURAND est professeur émérite d'histoire contemporaine à l'université Lyon 3 Jean Moulin.
       

  • L'influence que le père Henri de Lubac exerça sur le concile Vatican II est due, pour une grande part, à la publication, en 1953, de " Méditation sur l'Eglise ".
    Cet ouvrage, qui marqua un tournant décisif dans la pensée catholique, fut réédité à quatre reprises en moins de dix années et, grâce à de nombreuses traductions, rencontra rapidement une ample diffusion à l'étranger. Cinquante ans après, à l'occasion d'une nouvelle réédition aux Éditions du Cerf - couplée avec celle de " Catholicisme. Les aspects sociaux du dogme " -, deux colloques, organisés l'un à Lyon et l'autre à Paris, permirent de mesurer à quel point cette pensée avait été novatrice et ancrée dans l'amour de l'Eglise, et combien elle était encore aujourd'hui vivifiante et féconde.
    Le présent ouvrage rassemble en effet les interventions de spécialistes de nombreuses disciplines (histoire, théologie, exégèse) venus d'horizons très variés (Europe, Afrique, Asie). En quatre temps, il décrit le contexte général et personnel de l'élaboration de cette oeuvre, et en éclaire les aspects essentiels : " Histoire " dépeint la situation du catholicisme romain et de l'Église lyonnaise à l'orée des années 1950, et y replace le père de Lubac dans ses relations difficiles avec la hiérarchie ; " Ecclésiologie " examine par quels chemins sa Méditation a pu conduire au coeur d'un des plus profonds mystères qui soit à ses yeux, celui de l'Eglise elle-même ; " Universalité " met en lumière sa contribution à l'élaboration d'une théologie de la mission et de l'inculturation du catholicisme ; " Théologie " revient sur les grandes thématiques de sa pensée.
    " Bien plus qu'une institution, [l'Eglise] est vie qui se communique ", écrivait le père de Lubac. Cet ouvrage est pour le lecteur l'occasion de mesurer à quel point cette vie était inépuisable pour lui - et mystérieusement inépuisable -, lui qui eut pourtant à souffrir tellement à cause d'elle et pour elle. Avec des contributions de Jean-Dominique Durand, Jacques de Larosière, Jacques Prévotat, Bernard Comte, Étienne Fouilloux, Dominique Bertrand, Jean-François Chiron, Georges Chantraine, Olivier de Berranger, Matthieu Rougé, Antonio Russo, Édouard Adé, Juvénal Ilunga Muya, Germain Kwak Jin-Sang, Michel Fédou, Jean-Pierre Wagner, Étienne Guibert, Éric de Moulins-Beaufort, cardinal Philippe Barbarin.

  • L'originalité de ce dictionnaire est d'offrir au lecteur une approche globale du catholicisme depuis ses origines les plus anciennes jusqu'à son influence actuelle à travers tous les continents.
    Le catholicisme se trouve aujourd'hui dans une situation paradoxale. De plus en plus mal connu dans les pays réputés de tradition chrétienne, au point que toute une part de son vocabulaire n'est plus comprise par beaucoup de nos contemporains, il reste l'objet d'un intérêt constant dans les médias, capable de susciter des passions contraires dans l'opinion publique. En perte d'influence dans une Europe et une Amérique du Nord sécularisées, il a vu son centre de gravité se déplacer vers l'Amérique latine et manifeste un réel dynamisme dans de nouveaux espaces comme l'Afrique subsaharienne, le Pacifique et certains pays d'Asie. Situation inédite qui rend plus que jamais indispensable, pour bien comprendre son rôle et sa place dans l'évolution des sociétés anciennes et contemporaines, une connaissance approfondie de son histoire, à travers ses sources et ses traditions.
    Fruit de la collaboration de 127 universitaires, théologiens, historiens, exégètes, liturgistes et philosophes, cet ouvrage apporte des informations synthétiques sur les sujets les plus variés : personnages, institutions, statistiques par grandes zones géographiques, lieux, enjeux théologiques, objets et vêtements de la liturgie, événements marquants... Il propose aussi des développements plus amples sur les croyances elles-mêmes et sur les valeurs qui fondent cette religion à la vitalité désormais planétaire.

  • « Monsieur l'Abbé, vous savez, il n'y a que la bonté qui compte ».
    C'est ainsi que le cardinal Gerlier s'est adressé à Max Bobichon, au lendemain de son ordination. Il a fait sien ce conseil qui l'a guidé tout au long de son parcours. De ses terres natales de la Loire à Lyon, le père Max a incarné cette bonté naturelle, qui n'exclut pas la fermeté de la pensée. Sur son chemin, il a recueilli de nombreux témoignages qui révèlent son dévouement à l'autre et son engagement dans la société. Il raconte ses souvenirs de la Seconde Guerre mondiale, les évolutions politiques et religieuses des années 1950 et 1960, ses expériences auprès de jeunes enseignants de l'école publique ou de ses nombreux paroissiens, ses rencontres avec les personnages illustres de l'Église et les responsables politiques Lyonnais, le dialogue interreligieux et la création du groupe « fils d'Abraham ».
    Amoureux de Lyon, il est devenu un révélateur des lieux traversés, un fédérateur des personnes rencontrés. Tout cela fait de lui « un prêtre dans la cité ».

  • Aujourd'hui, le simple fait d'e´voquer la figure de Pie XII conduit souvent a` de´clencher des re´actions e´pidermiques. Ne serait-il pas l'exemple me^me du conservatisme the´ologique ? L'ennemi de la recherche et de l'e´volution ? N'est-il pas ce pape dont les silences durant la seconde Guerre suffisent a` le discre´diter aux yeux de bon nombre de nos contemporains ? Se de´fiant des opinions et des images toutes faites, il convient d'affronter ces questions en leur donnant une re´ponse fonde´e sur des bases historiques rigoureuses. Cet ouvrage collectif, fruit d'une rencontre tenue a` l'Universite´ de Namur entre trois historiens, un the´ologien et deux philosophes, entend revisiter, loin de tout esprit pole´mique, certains aspects fortement discute´s du pontificat de Pie XII et de´crypter l'e´volution des images qu'on a pu, au cours du temps, se faire d'Eugenio Pacelli. Avec un regard critique qui n'esquive en rien les ambigui¨te´s d'une e´poque bouleverse´e, les auteurs mettent en e´vidence la complexite´, mais aussi les richesses de la vie et de la pense´e d'un pape qui ne cadre pas exactement avec les images nai¨ves que certains s'e´vertuent a` donner de lui.

empty