Jean-Claude Chamboredon

  • Dans ce grand article paru en 1984, Jean-Claude Chamboredon livre la meilleure synthèse des débats qui se sont fait jour sur les liens entre la vie et l'oeuvre d'Émile Durkheim. Il permet de comprendre comment la sociologie française fut la science républicaine par excellence - c'est-à-dire aussi ce que doit la France à une tradition intellectuelle juive sécularisée.

  • Coauteur avec Bourdieu et Passeron du Métier de sociologue, célèbre ouvrage-manifeste qui a marqué la renaissance d'une sociologie innovante au lendemain de 1968, Chamboredon fait partie des rares intellectuels que l'on peut ranger au petit panthéon des classiques en sciences sociales.
    Jamais parus sous forme de livre, ses textes les plus commentés ont été écrits entre 1966 et 1991.
    Ils ont offert des analyses visionnaires sur l'évolution de la jeunesse, la culture adolescente, la vie en HLM, la délinquance et l'école maternelle. Le lecteur désireux de battre en brèche les idées reçues trouvera dans ce livre des réponses aux grandes questions qui traversent la société française depuis 50 ans : le poids social de plus en plus déterminant de l'âge, la relégation des banlieues, les inégalités des citoyens devant la justice, les effets pervers du pédagogisme ou encore le rôle de l'école maternelle et de la prime éducation dans la reproduction des disparités culturelles entre les classes sociales.

  • Jean-Claude Chamboredon a marqué le renouveau de la sociologie française dans les années 1960 aux côtés de Pierre Bourdieu et de Jean-Claude Passeron, coauteurs avec lui du Métier de sociologue. Le présent ouvrage rassemble des articles, parus entre 1977 et 1994, qui montrent l'ampleur et la cohérence de son projet intellectuel au croisement de plusieurs disciplines :
    L'histoire de l'art et de la littérature, l'histoire politique des campagnes françaises après 1848, l'histoire des représentations et des usages des territoires ruraux à l'interface du tourisme, de la production et des loisirs. Il nous permet de dépasser les images homogénéisatrices d'une société de l'ubiquité pour montrer à l'oeuvre les conflits de classe avec, en arrière-plan, l'échec d'une socialisation unificatrice.

  • Ce livre est devenu un classique pour apprendre à éviter les « maladies de la raison sociologique » et compte parmi les contributions les plus importantes et les plus novatrices de la sociologie contemporaine. Une première partie « manifeste » dresse un portrait de ce que doivent être les sciences sociales selon les trois sociologues. Une seconde partie composée de près de 50 extraits de textes fondateurs des SHS, préalablement introduits par les auteurs, fait de cet ouvrage un véritable manuel aussi bien des sciences sociales que de la philosophie des sciences. Cette nouvelle édition propose une préface inédite de Paul Pasquali remontant aux origines du projet, à sa gestation et au rayonnement considérable qui suivit sa publication.

  • L'oeuvre de Pierre Bourdieu compte parmi les contributions les plus importantes et novatrices de la sociologie contemporaine. Le métier de sociologue, paru d'abord en 1968, témoigne d'un travail d'auto-réflexion sur la pratique sociologique par ses auteurs Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon et Jean-Claude Passeron à un moment où les débats épistémologiques en sociologie n'étaient pas, très avancés. Formés dans la tradition philosophique de Bachelard, Canguilhem, Koyré qui devait amener au tournant relativiste de l'épistémologie, les auteurs visent les embûches de la pensée scholastique. Contre la primauté de la logique de validation, ils accentuent le rôle dé la logique de l'invention ; contre la distinction rigide entre théorie et expérience, ils confirment l'unité de la réflexion théorique et du difficile travail de rendre intelligible la réalité concrète de la pratique sociale ; contre l'utilisation aveugle par la sociologie des prénotions de la pensée naïve ou naïvement savante, ils exigent la rupture avec ces prénotions et la construction consciente de l'objet scientifique. Le métier de sociologue est à la fois un manuel et un traité sur la méthode, qui élabore une position originale et déterminée du travail de sociologue, tout en éclairant les "outils" de la vigilance épistémologique par des textes classiques des sciences humaines. A son tour, ce livre est devenu un classique pour apprendre à éviter les " maladies de la raison sociologique ". Beate Krais.

  • Raymond Aron le rappelle ici en riant, il a " fait beaucoup de choses " : philosophe, sociologue, professeur, intellectuel - épistémologue, économiste et stratège aussi.
    Chacun à sa manière, Georges Canguilhem, François Furet, Alain Boyer, Jean Gatty et Jean-Claude Chamboredon relisent cette oeuvre protéiforme : ils discutent des relations d'Aron avec la philosophie de l'histoire, de sa proximité et de sa distance avec Tocqueville, de son irrépressible désir de réalité, et de la place de la pensée stratégique dans les sciences humaines. Autant d'aspects du travail d'Aron où transparaît sa plus constante passion : le souci de " découvrir la vérité de lui-même ".
    Nouvelle édition revue et corrigée augmentée d'une préface de Philippe Raynaud, professeur de science politique à l'université de Paris-II.

empty