Jérôme Sintes

  • Bongo est un petit homme africain, il est né sous une bonne étoile, un grand destin l'attend. Bien décidé à comprendre pourquoi les hommes sont méchants, il part en qute du grand baobab sacré à la source de ses anctres. C'est là qu'il va rencontrer Petitôm, la grenouille magique qui va l'aider à gravir les échelons du ciel jusqu'à ce qu'il comprenne enfin, pourquoi les hommes sont méchants. Petitôm et Bongo vont vivre une incroyable aventure de la terre, jusqu'au ciel.

  • Quelque part, à la frontière entre le rêve et la réalité, vit la tribu des indiens arcs-en-ciel. Ils vivent en harmonie avec la nature grâce à la magie de l'arbre de paix. Pourtant, un jour, leurs existences se voient menacées par l'arrivée de nouveaux voisins, les hommes gris. Urbain, le sorcier gris, a pour projet de faire disparaître les couleurs du monde. Tout bascule au moment de l'enlèvement de Savannah la guérisseuse, gardienne des mystères de la nature. Elan Vert, un jeune indien de onze ans et cinq autres guerriers de la tribu vont devoir partir à la quête des quatre éléments se trouvant aux portes du monde. Ils devront rencontrer les gardiens de la terre, de l'eau, de l'air et du feu afin de construire le totem magique qui leur permettra de vaincre les hommes gris et de libérer Savannah. Les spectres de la matière grise feront tout pour faire échouer leur plan en reconstituant l'Ultima Gamma grâce aux dix anneaux obscurs. Grâce à la magie des couleurs, cette aventure raconte l'histoire universelle de l'homme en quête de sa propre nature. Une réflexion sur la protection de l'environnement à travers un récit original.

  • Imohtep, fils du Nil et architecte, voit en rêve le secret de la pyramide. Il décide de la construire pour son Pharaon Aménophis IV. Malheureusement, l'Egypte n'a pas toutes les ressources nécessaires à la construction d'un si grand ouvrage. Au même moment, la guerre de Troie se termine. Agamemnon et Ulysse partent consulter l'Oracle afin de savoir comment rejoindre leurs terres et faire face à la famine qui guette leurs contrées. C'est l'histoire de la rencontre entre l'Orient et l'Occident quand les dieux côtoyaient les hommes au quotidien. Ludique et didactique - chaque scène est accompagnée d'un lexique pédagogique permettant une meilleure compréhension de l'histoire -, Le monde des Possibles est une pièce de théâtre parfaitement adaptée aux élèves de l'enseignement primaire.

  • La thèse de ce livre est simple, mais révolutionnaire : en dépassant le traditionnel clivage gauche-droite, Emmanuel Macron a ravivé des oppositions disparues. Dès lors, inévitablement, le triomphe du bloc élitaire a rouvert une période de tension et de violence. Le rejet de ce libéralisme autoritaire peut-il provoquer, dans les prochaines années, la victoire d'un bloc populiste unifié ?
    Un essai sans précédent sur la France actuelle, pour tous ceux qui veulent comprendre et prévoir. Jamais la montée aux extrêmes n'avait été explorée comme ici, dans toute sa profondeur.

    1 autre édition :

  • Largement tributaire des possibilités qu'offrent la photographie, la programmation, les procédés d'impression, de diffusion, de reproduction, notre environnement visuel est traversé de part en part par la technique. Pourtant ces opérations sont bien souvent maintenues dans l'ombre de questions plus nobles portant sur les graphistes, leurs démarches et les formes qu'ils produisent. Le rôle historique et opératoire de la technique ne semble pas encore avoir été étudié dans le champ du design graphique avec autant d'assiduité que dans d'autres domaines.
    Les différentes contributions de cet ouvrage montrent selon plusieurs éclairages complémentaires, que la technique n'est pas réductible à des opérations quantifiées ou à des objets fonctionnels, mais qu'elle revêt plus largement une dimension anthropologique beaucoup plus ancienne et profonde que ce que nos environnements technologiques ne laissent imaginer.
    La technique croise des pratiques, des normes, des habitudes et des « manières de faire », c'est-à-dire tout une somme de choses qui font partie intégrante des processus de création sans forcément y apparaître explicitement. Interroger la fabrication, la conception et les outils en design graphique, c'est tenter de redonner une lisibilité à ces questions pour mieux comprendre les formes visuelles de notre environnement quotidien.
    Cet ouvrage témoigne de la multiplicité des approches possibles sur le sujet et de la fertilité d'une thématique qui reste encore largement à défricher, au croisement du design, des études visuelles et des humanités numériques.

  • Au rythme hoqueté des chameaux, saint Jérôme erre dans les déserts des déserts d'Égypte, de Palestine et de Syrie avec Paul de Thèbes, Malchus et Hilarion. Les trois ermites rivalisent de jeûnes, de mortifications, forçant leur résistance jusqu'aux limites de l'humain. Ils attirent des foules de toute la région, puis de pays plus lointains où parviennent les récits de miracles. Défilent des femmes nues tentatrices, des chameaux et des hommes possédés du démon... Hilarion rend la vue à des aveugles, guérit la stérilité, fait marcher des paralytiques, parle en grec avec les démons. La sécheresse sévit, il fait tomber la pluie, il arrête un déluge, fait reculer les bateaux des pirates...
    Les récits de saint Jérôme opèrent sans cesse entre réel et fantastique, vraisemblable et merveilleux.

  • Commentaire sur Daniel

    Saint Jérôme

    • Cerf
    • 27 Juin 2019

    Avec cette oeuvre composée en 407, Jérôme est le premier commentateur latin de Daniel. Ce livre prophétique rédigé en hébreu, en araméen et en grec n'a pas manqué d'intéresser ce spécialiste de la Bible, lui permettant d'exercer ses talents de traducteur et d'examiner, à la suite d'Origène, la canonicité du texte. Souhaitant se démarquer de ses ouvrages précédents, le moine de Bethléem a tenté ici une nouvelle méthode exégétique, marquée par la brièveté et par un commentaire « à intervalles » ; il s'est ainsi concentrer sur les seuls versets qui lui paraissaient les plus importants, en particulier ceux annonçant la venue de l'Antichrist. Le Commentaire est aussi pour nous une source majeure pour de nombreux textes aujourd'hui perdus, permettant de reconstituer certains livres du Contre les chrétiens de Porphyre ou des Stromates d'Origène, ainsi que certains écrits chrétiens contre Porphyre. À la fois témoignage de traditions disparues et scénario de la fin des temps, cette exégèse combative est ici livrée dans un texte entièrement renouvelé.

  • La collection des « Lettres de saint Jérôme » comprend actuellement cent cinquante-quatre épîtres. Mais elles ne méritent pas toutes, à titre égal, le nom de « lettres », et, d'ailleurs, elles ne sont pas toutes de sa main, par exemple, les dix lettres de saint Augustin à saint Jérôme (LVI, LXVII, CI, CIV, CX, CXI, CXVI, CXXXI, CXXXII, CXLIV), les lettres de saint Damase (XIX, XXXV), celles de Théophile d'Alexandrie (LXXXVIII, LXXXIX, XC, CXIII), les « lettres pascales » et la « synodique » du même patriarche (XCII, XCVI, XCVIII, C) etc..., soit en tout, trente et une épîtres. En revanche, la lettre XLVI, de Paule et Eustochium à Marcella, a été écrite, ou au moins récrite par saint Jérôme.Notre collection renferme donc plusieurs « dossiers », où ont été groupés les questions, les réponses, les documents ecclésiastiques relatifs à la controverse origéniste, à l'hérésie pélagienne, ainsi que la correspondance échangée entre Hippone et Bethléem.On a dénombré onze lettres dogmatiques, vingt-quatre exégétiques, treize sur des sujets de morale, onze oraisons funèbres, trente et un écrits polémiques ; les autres sont des « lettres familières » ou ne rentrent pas dans les catégories précédentes, telle la lettre LXX à Magnus, « orateur » de la Ville de Rome, sur l'utilisation des Lettres profanes.Avec cette lettre, celles qui présentent un intérêt plus général sont les éloges funèbres (epitaphia) d'Asella (XXIV), Blésilla (XXXIII, XXXIX), Fabiola (LXXVII), Léa (XXIII), Lucinus (LXXV), Marcella (CXXVII), Népotien (LX), Paule (CVIII), Pauline (LXVI).De même, les lettres qui traitent des sujets de morale ; ce sont les plus connues de toutes : sur l'Éducation des filles (CVII, CXXVIII), le Mariage (CXVII, CXXIII), la Pénitence (LVIII, CXXII), le Veuvage (XLVI, LXXIX), la Vie monastique (XIV, LVIII, CXXII), la Vie des clercs (LII), la Virginité (XXII, CXXX).

  • La collection des « Lettres de saint Jérôme » comprend actuellement cent cinquante-quatre épîtres. Mais elles ne méritent pas toutes, à titre égal, le nom de « lettres », et, d'ailleurs, elles ne sont pas toutes de sa main, par exemple, les dix lettres de saint Augustin à saint Jérôme (LVI, LXVII, CI, CIV, CX, CXI, CXVI, CXXXI, CXXXII, CXLIV), les lettres de saint Damase (XIX, XXXV), celles de Théophile d'Alexandrie (LXXXVIII, LXXXIX, XC, CXIII), les « lettres pascales » et la « synodique » du même patriarche (XCII, XCVI, XCVIII, C) etc..., soit en tout, trente et une épîtres. En revanche, la lettre XLVI, de Paule et Eustochium à Marcella, a été écrite, ou au moins récrite par saint Jérôme.Notre collection renferme donc plusieurs « dossiers », où ont été groupés les questions, les réponses, les documents ecclésiastiques relatifs à la controverse origéniste, à l'hérésie pélagienne, ainsi que la correspondance échangée entre Hippone et Bethléem.On a dénombré onze lettres dogmatiques, vingt-quatre exégétiques, treize sur des sujets de morale, onze oraisons funèbres, trente et un écrits polémiques ; les autres sont des « lettres familières » ou ne rentrent pas dans les catégories précédentes, telle la lettre LXX à Magnus, « orateur » de la Ville de Rome, sur l'utilisation des Lettres profanes.Avec cette lettre, celles qui présentent un intérêt plus général sont les éloges funèbres (epitaphia) d'Asella (XXIV), Blésilla (XXXIII, XXXIX), Fabiola (LXXVII), Léa (XXIII), Lucinus (LXXV), Marcella (CXXVII), Népotien (LX), Paule (CVIII), Pauline (LXVI).De même, les lettres qui traitent des sujets de morale ; ce sont les plus connues de toutes : sur l'Éducation des filles (CVII, CXXVIII), le Mariage (CXVII, CXXIII), la Pénitence (LVIII, CXXII), le Veuvage (XLVI, LXXIX), la Vie monastique (XIV, LVIII, CXXII), la Vie des clercs (LII), la Virginité (XXII, CXXX).

  • La collection des « Lettres de saint Jérôme » comprend actuellement cent cinquante-quatre épîtres. Mais elles ne méritent pas toutes, à titre égal, le nom de « lettres », et, d'ailleurs, elles ne sont pas toutes de sa main, par exemple, les dix lettres de saint Augustin à saint Jérôme (LVI, LXVII, CI, CIV, CX, CXI, CXVI, CXXXI, CXXXII, CXLIV), les lettres de saint Damase (XIX, XXXV), celles de Théophile d'Alexandrie (LXXXVIII, LXXXIX, XC, CXIII), les « lettres pascales » et la « synodique » du même patriarche (XCII, XCVI, XCVIII, C) etc..., soit en tout, trente et une épîtres. En revanche, la lettre XLVI, de Paule et Eustochium à Marcella, a été écrite, ou au moins récrite par saint Jérôme.Notre collection renferme donc plusieurs « dossiers », où ont été groupés les questions, les réponses, les documents ecclésiastiques relatifs à la controverse origéniste, à l'hérésie pélagienne, ainsi que la correspondance échangée entre Hippone et Bethléem.On a dénombré onze lettres dogmatiques, vingt-quatre exégétiques, treize sur des sujets de morale, onze oraisons funèbres, trente et un écrits polémiques ; les autres sont des « lettres familières » ou ne rentrent pas dans les catégories précédentes, telle la lettre LXX à Magnus, « orateur » de la Ville de Rome, sur l'utilisation des Lettres profanes.Avec cette lettre, celles qui présentent un intérêt plus général sont les éloges funèbres (epitaphia) d'Asella (XXIV), Blésilla (XXXIII, XXXIX), Fabiola (LXXVII), Léa (XXIII), Lucinus (LXXV), Marcella (CXXVII), Népotien (LX), Paule (CVIII), Pauline (LXVI).De même, les lettres qui traitent des sujets de morale ; ce sont les plus connues de toutes : sur l'Éducation des filles (CVII, CXXVIII), le Mariage (CXVII, CXXIII), la Pénitence (LVIII, CXXII), le Veuvage (XLVI, LXXIX), la Vie monastique (XIV, LVIII, CXXII), la Vie des clercs (LII), la Virginité (XXII, CXXX).

  • La collection des « Lettres de saint Jérôme » comprend actuellement cent cinquante-quatre épîtres. Mais elles ne méritent pas toutes, à titre égal, le nom de « lettres », et, d'ailleurs, elles ne sont pas toutes de sa main, par exemple, les dix lettres de saint Augustin à saint Jérôme (LVI, LXVII, CI, CIV, CX, CXI, CXVI, CXXXI, CXXXII, CXLIV), les lettres de saint Damase (XIX, XXXV), celles de Théophile d'Alexandrie (LXXXVIII, LXXXIX, XC, CXIII), les « lettres pascales » et la « synodique » du même patriarche (XCII, XCVI, XCVIII, C) etc..., soit en tout, trente et une épîtres. En revanche, la lettre XLVI, de Paule et Eustochium à Marcella, a été écrite, ou au moins récrite par saint Jérôme.Notre collection renferme donc plusieurs « dossiers », où ont été groupés les questions, les réponses, les documents ecclésiastiques relatifs à la controverse origéniste, à l'hérésie pélagienne, ainsi que la correspondance échangée entre Hippone et Bethléem.On a dénombré onze lettres dogmatiques, vingt-quatre exégétiques, treize sur des sujets de morale, onze oraisons funèbres, trente et un écrits polémiques ; les autres sont des « lettres familières » ou ne rentrent pas dans les catégories précédentes, telle la lettre LXX à Magnus, « orateur » de la Ville de Rome, sur l'utilisation des Lettres profanes.Avec cette lettre, celles qui présentent un intérêt plus général sont les éloges funèbres (epitaphia) d'Asella (XXIV), Blésilla (XXXIII, XXXIX), Fabiola (LXXVII), Léa (XXIII), Lucinus (LXXV), Marcella (CXXVII), Népotien (LX), Paule (CVIII), Pauline (LXVI).De même, les lettres qui traitent des sujets de morale ; ce sont les plus connues de toutes : sur l'Éducation des filles (CVII, CXXVIII), le Mariage (CXVII, CXXIII), la Pénitence (LVIII, CXXII), le Veuvage (XLVI, LXXIX), la Vie monastique (XIV, LVIII, CXXII), la Vie des clercs (LII), la Virginité (XXII, CXXX).

  • La collection des « Lettres de saint Jérôme » comprend actuellement cent cinquante-quatre épîtres. Mais elles ne méritent pas toutes, à titre égal, le nom de « lettres », et, d'ailleurs, elles ne sont pas toutes de sa main, par exemple, les dix lettres de saint Augustin à saint Jérôme (LVI, LXVII, CI, CIV, CX, CXI, CXVI, CXXXI, CXXXII, CXLIV), les lettres de saint Damase (XIX, XXXV), celles de Théophile d'Alexandrie (LXXXVIII, LXXXIX, XC, CXIII), les « lettres pascales » et la « synodique » du même patriarche (XCII, XCVI, XCVIII, C) etc..., soit en tout, trente et une épîtres. En revanche, la lettre XLVI, de Paule et Eustochium à Marcella, a été écrite, ou au moins récrite par saint Jérôme.Notre collection renferme donc plusieurs « dossiers », où ont été groupés les questions, les réponses, les documents ecclésiastiques relatifs à la controverse origéniste, à l'hérésie pélagienne, ainsi que la correspondance échangée entre Hippone et Bethléem.On a dénombré onze lettres dogmatiques, vingt-quatre exégétiques, treize sur des sujets de morale, onze oraisons funèbres, trente et un écrits polémiques ; les autres sont des « lettres familières » ou ne rentrent pas dans les catégories précédentes, telle la lettre LXX à Magnus, « orateur » de la Ville de Rome, sur l'utilisation des Lettres profanes.Avec cette lettre, celles qui présentent un intérêt plus général sont les éloges funèbres (epitaphia) d'Asella (XXIV), Blésilla (XXXIII, XXXIX), Fabiola (LXXVII), Léa (XXIII), Lucinus (LXXV), Marcella (CXXVII), Népotien (LX), Paule (CVIII), Pauline (LXVI).De même, les lettres qui traitent des sujets de morale ; ce sont les plus connues de toutes : sur l'Éducation des filles (CVII, CXXVIII), le Mariage (CXVII, CXXIII), la Pénitence (LVIII, CXXII), le Veuvage (XLVI, LXXIX), la Vie monastique (XIV, LVIII, CXXII), la Vie des clercs (LII), la Virginité (XXII, CXXX).

  • La collection des « Lettres de saint Jérôme » comprend actuellement cent cinquante-quatre épîtres. Mais elles ne méritent pas toutes, à titre égal, le nom de « lettres », et, d'ailleurs, elles ne sont pas toutes de sa main, par exemple, les dix lettres de saint Augustin à saint Jérôme (LVI, LXVII, CI, CIV, CX, CXI, CXVI, CXXXI, CXXXII, CXLIV), les lettres de saint Damase (XIX, XXXV), celles de Théophile d'Alexandrie (LXXXVIII, LXXXIX, XC, CXIII), les « lettres pascales » et la « synodique » du même patriarche (XCII, XCVI, XCVIII, C) etc..., soit en tout, trente et une épîtres. En revanche, la lettre XLVI, de Paule et Eustochium à Marcella, a été écrite, ou au moins récrite par saint Jérôme.Notre collection renferme donc plusieurs « dossiers », où ont été groupés les questions, les réponses, les documents ecclésiastiques relatifs à la controverse origéniste, à l'hérésie pélagienne, ainsi que la correspondance échangée entre Hippone et Bethléem.On a dénombré onze lettres dogmatiques, vingt-quatre exégétiques, treize sur des sujets de morale, onze oraisons funèbres, trente et un écrits polémiques ; les autres sont des « lettres familières » ou ne rentrent pas dans les catégories précédentes, telle la lettre LXX à Magnus, « orateur » de la Ville de Rome, sur l'utilisation des Lettres profanes.Avec cette lettre, celles qui présentent un intérêt plus général sont les éloges funèbres (epitaphia) d'Asella (XXIV), Blésilla (XXXIII, XXXIX), Fabiola (LXXVII), Léa (XXIII), Lucinus (LXXV), Marcella (CXXVII), Népotien (LX), Paule (CVIII), Pauline (LXVI).De même, les lettres qui traitent des sujets de morale ; ce sont les plus connues de toutes : sur l'Éducation des filles (CVII, CXXVIII), le Mariage (CXVII, CXXIII), la Pénitence (LVIII, CXXII), le Veuvage (XLVI, LXXIX), la Vie monastique (XIV, LVIII, CXXII), la Vie des clercs (LII), la Virginité (XXII, CXXX).

  • La collection des « Lettres de saint Jérôme » comprend actuellement cent cinquante-quatre épîtres. Mais elles ne méritent pas toutes, à titre égal, le nom de « lettres », et, d'ailleurs, elles ne sont pas toutes de sa main, par exemple, les dix lettres de saint Augustin à saint Jérôme (LVI, LXVII, CI, CIV, CX, CXI, CXVI, CXXXI, CXXXII, CXLIV), les lettres de saint Damase (XIX, XXXV), celles de Théophile d'Alexandrie (LXXXVIII, LXXXIX, XC, CXIII), les « lettres pascales » et la « synodique » du même patriarche (XCII, XCVI, XCVIII, C) etc..., soit en tout, trente et une épîtres. En revanche, la lettre XLVI, de Paule et Eustochium à Marcella, a été écrite, ou au moins récrite par saint Jérôme.Notre collection renferme donc plusieurs « dossiers », où ont été groupés les questions, les réponses, les documents ecclésiastiques relatifs à la controverse origéniste, à l'hérésie pélagienne, ainsi que la correspondance échangée entre Hippone et Bethléem.On a dénombré onze lettres dogmatiques, vingt-quatre exégétiques, treize sur des sujets de morale, onze oraisons funèbres, trente et un écrits polémiques ; les autres sont des « lettres familières » ou ne rentrent pas dans les catégories précédentes, telle la lettre LXX à Magnus, « orateur » de la Ville de Rome, sur l'utilisation des Lettres profanes.Avec cette lettre, celles qui présentent un intérêt plus général sont les éloges funèbres (epitaphia) d'Asella (XXIV), Blésilla (XXXIII, XXXIX), Fabiola (LXXVII), Léa (XXIII), Lucinus (LXXV), Marcella (CXXVII), Népotien (LX), Paule (CVIII), Pauline (LXVI).De même, les lettres qui traitent des sujets de morale ; ce sont les plus connues de toutes : sur l'Éducation des filles (CVII, CXXVIII), le Mariage (CXVII, CXXIII), la Pénitence (LVIII, CXXII), le Veuvage (XLVI, LXXIX), la Vie monastique (XIV, LVIII, CXXII), la Vie des clercs (LII), la Virginité (XXII, CXXX).

  • Le système démocratique français se disloque sous nos yeux. La gauche enchaîne les déroutes électorales et la droite s'enferre dans ses impasses. Cet affaissement se traduit dans les bulletins de vote, les mouvements de l'opinion, les mutations idéologiques, et même la récente production littéraire. Il libère un espace d'où émerge un Front national conquérant bien que lui aussi traversé de contradictions. Comme ailleurs en Europe et déjà dans bien des villes et départements français, au clivage gauche-droite se substitue un nouvel affrontement opposant un pôle identitaire et un pôle libéral.
    De cette histoire qui se déroule en accéléré, l'élection présidentielle de 2017 sera l'heure de vérité. L'une des deux forces qui ont fait la vie politique française risque d'être absente du tour décisif. Elle laissera alors la place au parti de Marine Le Pen, et notre vie démocratique s'en trouvera bouleversée. Ces glissements de terrain politiques se produisent dans un contexte de crise sociale sans précédent, avec une opinion publique exaspérée, disponible pour un changement radical. L'actuel jeu à trois est trop instable pour durer, une vaste recomposition se prépare.
    Pour en cerner les contours et mesurer les enjeux, l'auteur a mobilisé sa pratique du monde politique, sa connaissance des évolutions de l'opinion publique et son suivi des travaux universitaires. Il en résulte une enquête objective et passionnée sur le nouvel ordre démocratique qui sortira des urnes à l'horizon 2017.

  • 1 341 cartes pour préparer et accompagner vos randonnées.
    Ces cartes topographiques couvrent toute la France, en dehors des zones TOP 25.
    D'une très grande précision, elles contiennent tous les détails existants sur le terrain : voies de communication jusqu'au moindre sentier, constructions jusqu'au hangar, bois, arbre isolé, rivière, source...
    Sans oublier la représentation du relief par des courbes de niveau.
    Échelle 1 : 25 000.
    Pour aller plus loin consulter le site de gestion des produits IGN www.espace-revendeurs.ign.fr

  • Books on Books est un projet éditorial réunissant Christophe Daviet-Thery (éditeur / libraire spécialisé dans les éditions d'artistes), Christoph Schifferli (collectionneur de photographies et de livres d'artistes), Jérôme Saint-Loubert Bié (artiste et graphiste), Jonathan Monk et Yann Sérandour (artistes), redistribuant les rôles de chacun (les artistes s'avérant être des collectionneurs passionnés, le collectionneur prenant le rôle du commissaire d'exposition, le graphiste celui d'auteur et de photographe, etc.). Le résultat - une conversation autour de la question de la représentation du livre par le livre, à travers douze exemples très différents, choisis parmi la production contemporaine ou dans l'histoire du livre d'artiste, du livre de photographie ou de design graphique - est un livre qui brouille les limites définies par les catégories habituelles du catalogue d'exposition, du livre d'artiste ou du livre de photographie.

  • La fée de l'eau offre un bateau en cadeau à Zoé la girafe. Elle invite son ami Léo le lion à voguer sur les flots mais il a peur de l'eau. Il va devoir surmonter sa peur afin de devenir le Roi des animaux

  • Lettres choisies

    Saint Jérôme

    La correspondance de jerome constitue la partie la plus interessante de son oeuvre conservee (outre la traduction de la bible), par la variete de la matiere et la qualite du style. aujourd'hui, 154 lettres sont identifiees comme etant ecrites par jeromed 13. qu'il discute de points d'erudition, evoque des cas de conscience, reconforte les affliges, tienne des propos plaisants avec ses amis, vitupere contre les vices de son epoque, exhorte a la vie ascetique et a la renonciation au monde, ou joute contre ses adversaires theologiques, il offre une peinture vivante non seulement de son esprit, mais egalement de son epoque et de ses caracteristiques particulieres.

  • Lettres

    Saint Jérôme

    La Correspondance (154 lettres) de Jérôme constitue, outre la Vulgate, la partie la plus intéressante de son oeuvre conservée par la variété de la matière et la qualité du style. Qu'il discute de points d'érudition, évoque des cas de conscience, réconforte les affligés, tienne des propos plaisants avec ses amis, vitupère contre les vices de son époque (vigilance contre les embûches du Diable), exhorte à la vie ascétique et à la renonciation au monde, ou joute contre ses adversaires théologiques, il offre une peinture vivante non seulement de son esprit, mais également de son époque et de ses caractéristiques particulières.

    Ces lettres sont un régal tant foisonnent les trouvailles de style, les formules décapantes, sous un humour corrosif.
    />

empty