Religion & Esotérisme


  • depuis la première édition de ce livre en 2001, toutes les études sérieuses publiées ont donné raison au professeur henri joyeux: les hormones du traitement hormonal substitutif sont dangereuses pour la santé.
    elles sont responsables de nombreux cas de cancer du sein, de l'utérus et, probablement aussi, des ovaires. le pr henri joyeux est un des rares cancérologues à avoir eu le courage d'alerter les femmes pour qu'elles choisissent en étant bien informées. il apporte les preuves scientifiques, démontrées aux dépens des femmes elles-mêmes, de ce qu'il a lui-même annoncé, il y a plus de vingt-cinq ans. plus personne ne peut contester ses écrits.
    aujourd'hui encore, il préfère s'adresser directement aux femmes qui sont les premières concernées, qui ont été trompées et exploitées gravement. on leur a fait croire que les cancers seraient évités et c'est l'inverse qui est observé dans toute l'europe: il yen a de plus en plus. on leur a fait croire que les hormones substitutives réduiraient les risques de maladies cardiovasculaires ou d'accidents vasculaires cérébraux et c'est l'inverse qui est arrivé.
    on leur a fait croire que le vieillissement et la démence seraient évités et c'est l'inverse qui a été observé. les seuls effets positifs du ths sont la réduction des bouffées de chaleur et de la sécheresse vaginale, pas plus d'une année; peut-être de l'ostéoporose, mais on sait maintenant que les changements sérieux d'habitudes alimentaires, en mangeant mieux et meilleur, les huiles essentielles et une forte activité physique peuvent éviter tous ces troubles.
    cette nouvelle édition apporte les dernières démonstrations qui justifient d'arrêter le ths sous quelque forme que ce soit. elle ouvre un vaste débat sur toutes les autres utilisations hormonales, que les femmes consomment dès leur plus jeune âge. car le ths et la pilule, c'est "bonnet blanc et blanc bonnet". mais les jeunes filles ne sont pas averties car le tabou est encore bien présent. les mères doivent informer leurs filles.
    les filles aussi doivent être averties, car il ne se passe pas de semaine sans que les cancérologues ne voient de très jeunes femmes atteintes de cancer du sein. la profession n'ose pas encore se prononcer. le professeur henri joyeux, avec courage, pose les vraies questions, celles que se posent toutes les femmes modernes. en août 2005 et régulièrement depuis, les revues scientifiques anglo-saxonnes et françaises ont pleinement confirmé et confirment tout ce qui est démontré dans ce livre, en particulier la cancérogénicité des hormones ths et de la pilule.
    aujourd'hui de nombreuses femmes des pays en voie de développement sont atteintes car on leur livre les pilules de première génération. celles dont l'europe ne veut plus car elles sont trop dangereuses.

  • Trente-six années de cancérologie, de succès et d'échecs imposent l'humilité.
    Elles rendent plus sensible au malheur, car nous ne guérissons que 50 % de celles et ceux qui se confient à nous. je n'ai jamais pu dire à un malade ou à sa famille : " je ne peux rien faire pour vous ". il ne s'agit pas de faire croire à des miracles impossibles : ils ne dépendent pas de nous. même en fin de vie, il y a des choses à dire, à faire. elles nous rapprochent aussi de notre propre fin.
    Je n'ai jamais accepté de rester seulement un technicien, de ne pas voir plus loin que l'organe atteint. ce n'est pas une exigence que je me suis imposée, c'est une impossibilité de faire autrement. la double spécialité de chirurgien qui cherche à éliminer le mal, et de cancérologue qui suit, de mois en années, la personne malade, guérie ou en sursis, fait vivre une partie de l'histoire de celui ou de celle que l'on soigne ou accompagne au seuil du départ.
    Et cette histoire entre dans la nôtre. avec sylvia, déjà plus tout à fait sur la terre et pas encore au ciel, j'ai vécu des moments d'une grande intensité. peut-être résument-ils d'autres histoires.

  • L'adage la peau est le miroir de l'âme" est d'actualité chez les psychosomaticiens d'aujourd'hui. Sainte Hildegarde avait déjà compris, il y a 800 ans, que les causes des affections cutanées, visibles à l'extérieur se trouvent au plus profond de soi, comme le miroir lié à son reflet. Ce livre propose plus de 300 remèdes et méthodes pour rompre le cercle vicieux des maladies de la peau. Des solutions simples : achillée-millefeuille et baume de violette pour la cicatrisation, compresses de verveine pour les abcès, électuaire de poire pour la flore intestinale étayés de témoignages illustrant l'efficacité de cette thérapie. L'auteur, fort de son expérience, nous fait entrer dans cette médecine intemporelle brisant le cercle vicieux des maladies de peaux chroniques et incurables.".

  • Un chirurgien, Henri Joyeux, et un pasteur, Henri Bauer, évoquent la santé individuelle, celles des familles et de la société. Ils se questionnent sur la vie des premiers hommes, leur santé, l'organisation familiale, les code des conduite des sociétés bibliques et la destinée de l'humanité.

empty