Gerald Houdeville

  • Le service civique fait aujourd'hui figure de dispositif d'État supposé mobiliser la jeunesse, l'ancrer dans les valeurs de la République. Rendu universel en 2015, ses promoteurs tendent à traiter les jeunes comme s'ils étaient tous également en mesure à répondre à cet appel.
    Le livre repose sur une enquête par entretiens menée auprès de jeunes effectuant un service civique en situation de décrochage scolaire (des années collège aux premières années de l'enseignement supérieur).
    Dans les faits, le service civique donne lieu à des formes d'appropriation variées qui sont les fruits des parcours des jeunes, des ressources et des intérêts qui en ont résulté.
    Des jeunes exclus de l'école et en mal d'insertion professionnelle sont-ils en mesure de s'approprier un dispositif d'État universel et qui entend développer, hors travail, un sens de l'engagement civique, faiseur de cohérence nationale ?
    Le temps du Service civique, sorte de répit dans des histoires individuelles lourdes, est un moment favorable pour que les jeunes s'expriment sans trop de retenue sur leurs expériences douloureuses de décrochage.

  • L'analyse de l'activité scientifique a généralement conduit, jusqu'à présent, anthropologues, historiens et sociologues à investir de façon privilégiée le domaine des sciences de la vie, des sciences de la nature et des mathématiques et à délaisser, relativement, celui des sciences sociales, Ce livre entend contribuer à modifier cette donne. Délaissant un autre point de vue souvent adopté -celui de l'histoire des idées et de l'épistémologie- il propose de prendre pour objet d'étude la sociologie en train de se faire et les sociologues français en exercice dans le monde académique en se fondant sur un travail d'investigation approfondie (observations, entretiens, questionnaire, analyse de documents). Pour ce faire, il a fallu inverser la relation habituelle de travail de recherche et inviter les sociologues, professionnels de l'enquête, à se laisser interviewer et observer. Contre l'évidence de l'existence de la sociologie comme discipline d'enseignement et de recherche, l'ouvrage s'efforce de décrire et de comprendre ces pratiques professionnelles telles qu'elles ont été mises en oeuvre dans les universités et les grands organismes de la recherche de 1945 aux années 2000. II montre que les manières de faire aujourd'hui sont en réalité les produits de la (re)constitution progressive au cours de la seconde moitié du XXe siècle d'un capital disciplinaire fais d'éléments institutionnels et d'autres ressources (outils, univers de références) dont la croyance dans la sociologie comme discipline à part entière n'est pas la moindre. Enseignants et chercheurs y puisent les moyens et les raisons d'exercer aujourd'hui leur métier de sociologue.

empty