Daniel Favre

  • Tout le monde s'accorde pour constater l'inadaptation du modèle traditionnel de l'enseignement au monde actuel. D'autres modèles existent, comme les pédagogies dites alternatives ou positives, qui ont fait leurs preuves depuis longtemps. Comment se fait-il alors que celles-ci ne soient pas plus appliquées ? La raison tient en ce qu'on tente de changer de paradigme... mais sans quitter l'ancien : on est d'accord pour « ne laisser personne au bord du chemin », mais on continue de s'inquiéter « du programme à finir ».
    Cet ouvrage pointe ainsi 10 habitudes pédagogiques qu'il est urgent d'abandonner pour donner une chance de réussite au nouveau paradigme pédagogique dont notre société blessée a besoin. Ce paradigme, fondamentalement écologique, doit permettre à l'élève de se reconnecter avec l'ensemble de son environnement : avec les choses, avec ses semblables et avec la nature, c'est-à-dire avec la vie dans sa totalité et sa diversité. C'est à cette condition qu'une éducation redeviendra possible.

  • Cet ouvrage est porteur d'un projet : permettre aux élèves de se remotiver pour l'apprentissage. Pour ce faire, il s'appuie sur des notions neurobiologiques et en illustre la mise en application au quotidien. Les élèves devraient ainsi renouer avec le plaisir d'apprendre pour lequel le cerveau humain est conçu.
    Les enseignants, quant à eux, bénéficieront du projet pour :
    - travailler ensemble, tout en se remettant en question ;
    - se montrer vulnérables, tout en développant une plus grande sécurité de base ;
    - réinventer leur métier, tout en se rapprochant des valeurs à l'origine de leur vocation.

  • La violence chez l'élève produit un plaisir apparenté à une forme de toxicomanie sans drogue. Mais il est possible de convertir cette violence en restaurant le vrai désir d'apprendre. Tel est le parcours de ce livre qui s'articule en 3 volets : 1. Le fonctionnement cognitif et affectif de notre cerveau. 2. Les moyens pour réduire et prévenir la violence. 3. Les outils d'une formation des enseignants à la prévention de la violence. Un ouvrage novateur sur un sujet central pour l'éducation : peut-on encore enseigner des élèves violents ?

  • L'intolérance et le dogmatisme sont de retour à l'école... chez les élèves ! Religieux ou complotiste, ils installent les enfants dans un refus de toute dimension critique pourtant constitutive de l'éducation et de la culture. Pour comprendre ce phénomène et sortir de l'impasse tragique où il conduit, l'auteur propose d'interroger ce qu'il nomme l'addiction aux certitudes, source de plaisir et de sécurité face à la peur d'apprendre. Mais de manière plus surprenante, il dénonce également ce dogmatisme psychologique dans l'enseignement procuré par notre Éducation nationale. L'intolérance des élèves reflète l'incapacité de notre enseignement à valider et valoriser la part irréductible d'expérience subjective de la réalité qui est au fondement de la liberté.

  • Cet ouvrage est porteur d'un projet : permettre aux élèves de se remotiver pour l'apprentissage. Pour ce faire, il s'appuie sur des notions neurobiologiques et en illustre la mise en application au quotidien. Les élèves devraient ainsi renouer avec le plaisir d'apprendre pour lequel le cerveau humain est conçu.

    Les enseignants, quant à eux, bénéficieront du projet pour :
    - travailler ensemble, tout en se remettant en question ;
    - se montrer vulnérables, tout en développant une plus grande sécurité de base ;
    - réinventer leur métier, tout en se rapprochant des valeurs à l'origine de leur vocation.

    L'ambition de livre est de prendre véritablement en compte la dimension affective de l'apprentissage, l'auteur ayant déjà démontré avec succès dans son précédent ouvrage que la violence et l'échec scolaire sont réversibles à cette même condition. La 19e clé ajoutée dans cette nouvelle édition se présente comme un mode d'emploi pour toutes les autres, appuyé sur des années de mise en pratique par des enseignants.

  • Avec l'éducation dogmatique qui est encore la nôtre, les humains peuvent facilement perdre leur liberté de pensée et devenir dépendants d'idées, de certitudes ; cette addiction peut les amener à justifier n'importe quoi, parfois violemment, au détriment de la recherche du vivre ensemble et du respect des éco-systèmes.
    Parmi tous les mammifères, l'Homme semble le seul à pouvoir devenir « esclave » d'une idée et à avoir besoin de certitudes comme un drogué a besoin de son produit pour ne pas être trop mal !
    Ce constat est partagé par de nombreuses personnes à travers le monde ; rares sont celles qui voient comment sortir de ce type d'addiction. C'est ce que vise cet ouvrage :
    - en proposant une méthode pour pouvoir repérer la pensée dogmatique, celle des autres... et aussi la sienne, et s'entrainer à la pensée non dogmatique ;
    - des exercices et des pistes pour se déprendre de ces phénomènes d'hypnose collective et pour en prémunir nos enfants ;
    - en fournissant un deuxième niveau de lecture sous forme de notes, des informations précises, des textes et des références, que le dogme ambiant écarte pour se maintenir en place ;
    - et quelques raisons d'espérer et de donner réalité à nos rêves...
    Daniel Favre relie des domaines qui habituellement sont traités de manière séparée, à savoir la psychologie des comportements addictifs, les attitudes cognitives et l'économie politique et financière : le cas de l'usage de l'argent est exemplaire.

  • Cet ouvrage soulève la question suivante : comment se manifeste la simplification du système didactique ? Cette question conduit immédiatement à deux autres, au regard de la formation à l'enseignement : quelles sont les conséquences d'une telle simplification sur la formation des enseignants ? Et comment redonner son statut d'objet complexe à la didactique afin que les productions de cette recherche soient profitables à la formation des enseignants ? En opposant le paradigme de la simplification à celui de la complexité trois dérives de la didactique actuelle peuvent être identifiées : la dérive épistémologique quand on privilégie le pôle savoir ; la dérive psychologique quand on privilégie le pôle apprenant ; la dérive pédagogique quand on privilégie le pôle enseignant. Les auteurs proposent de redonner à la didactique sa complexité perdue en introduisant la dimension sociale et la dimension affective dans le système didactique tout en repérant de nouvelles questions de recherche engendrées par cette introduction.

  • Ce livre propose 18 conseils pour permettre aux enseignants de renouer avec la réussite et la joie d'enseigner. Il détaille comment permettre aux élèves de renouer avec le plaisir d'apprendre. Fondé sur des bases neuro-biologiques avérées, ce livre redonne à l'enseignant son vrai rôle : non plus acteur de démotivation, mais allié dans l'acquisition du savoir en libérant les élèves de la peur de se tromper. Un nouveau livre de Daniel Favre pour prendre véritablement en compte la dimension affective de l'apprentissage.

empty