Alex Cousseau

  • King et Kong

    Alex Cousseau

    King est un panda. Kong aussi. King a un frère jumeau. Kong aussi. King habite dans une grotte au bord d'un lac. Kong aussi. Bref, King et Kong sont des pandas frères jumeaux qui habitent dans une grotte au bord d'un lac. Un jour, Kong décide de partir en voyage. King, lui, préfère ronfler... Pour la première fois de leur vie, les deux frères vont être séparés et ça, c'est le début d'une drôle d'aventure !

  • À la fin de l'hiver, un jeune Indien décide de marcher jusqu'au sommet de la Colline aux Lézards. Quel chemin va-t-il prendre ? Celui qui passe par la forêt ou par le lac ? Deux chemins pour deux aventures où la nature et les animaux réservent bien des surprises à l'apprenti chasseur. Un nouveau roman recto-verso par l'auteur de «Mon frère est un cheval / Mon cheval s'appelle orage».

  • N.I.H.I.L. On l'appelle aussi le point zéro, le centre du monde. Un monde composé uniquement d'îles. Sur ces terres entourées d'un océan furieux, Aanj cherche son frère, Grethe navigue autour de N.I.H.I.L., Askold et Jeremias croupissent en prison après avoir assassiné le fils du roi. Ils ne se connaissent pas mais leurs destins sont liés dans le grand tourbillon du temps... Le nouveau roman d'Alex Cousseau est un puzzle implacable dans lequel chaque personnage est une pièce. À couper le souffle !

  • Mon frère est un cheval Elvis est né en plein hiver, exactement en même temps qu'un poulain qui porte son nom. Dans le désert de Mongolie où il habite, la vie d'éleveur de moutons n'est pas facile, mais tant qu'Elvis peut chevaucher son cheval, il est heureux.
    Elvis est un cheval libre et sauvage et seul le petit garçon sait le monter, le calmer et lui parler. Elvis est plus qu'un cheval, c'est un frère.
    L'année de ses huit ans, alors que l'hiver est encore plus dur que l'année de sa naissance, Elvis se résoud pourtant à vendre son cheval pour aider ses parents.
    Avant de laisser partir Elvis dans le camion, il lui promet qu'ils se reverront.
    Mon cheval s'appelle orage Le jour de ses huit ans, Sarantoya reçoit de ses parents le cadeau qu'elle avait tant espéré : un cheval. Il ressemble à un ciel avant la pluie et parce qu'il est fougueux et sauvage, elle décide de l'appeler Orage. Le soir, alors qu'elle n'arrive pas à dormir tant elle est excitée de mieux connaître son cheval, Sarantoya pénètre en pyjama dans l'enclos d'Orage. Il se laisse promener et monter. Mais à peine est-elle sur son dos qu'Orage s'enfuit, poussant la porte de l'enclos restée ouverte. Prendant deux nuits et deux jours, Sarantoya sur le dos, Orage galope sans s'arrêter à travers la taïga puis la steppe. Le troisième jour, alors qu'ils sont tous les deux épuisés, Orage s'arrête : un garçon vient à eux.
    C'est Elvis qui les attend.
    Dans les paysages contrastés de Mongolie, Alex Cousseau nous amène à la rencontre de deux enfants très différents, réunis par leur affection pour un cheval qui ne se laisse pas emprisonner.

  • Autour de Grégoire, tout le monde s'aime. Son père aime sa mère, son chien aime une taupe, et lui aime Léonor, une "vieille" de 19 ans amoureuse du jardinier municipal ! Une nouvelle édition entièrement revue pour ce classique indémodable d'Alex Cousseau.

  • Ceci est l'histoire des trois vies d'Antoine Anacharsis, racontée par lui-même. Un héros d'aventures si extraordinaires que seul un romancier du xixe siècle à l'imagination fertile aurait vu l'inventer. Écoutons un peu. Arrière-arrière-arrière petit-fils d'un pirate célèbre, Olivier Levasseur (personnage historique bien réel), Antoine est encore dans le ventre de sa mère quand ses parents sont faits prisonnier par des trafiquants d'esclaves du côté de l'île de Nosy Boraha, près de Madagascar. Il naît en 1831 alors qu'ils sont en route vers les Antilles, tandis que sa mère se noie dans une tempête, en lui laissant autour du cou le médaillon contenant le cryptogramme censé permettre de retrouver le trésor de son ancêtre. Ses aventures ne font que commencer et vont l'entraîner durant ses vingt-cinq premières années de vie dans des voyages incessants, aux Caraïbes, en Amérique du Nord puis du Sud. Il va être confronté aux grands bouleversements de ce milieu du xixe siècle : la lutte contre l'esclavage, les grandes inventions techniques (téléphone, chemins de fer, daguerréotype.) et rencontrer des personnages extraordinaires, réels ou fictifs : l'écrivain Edgar Allan Poe, Phineas Gage, qui fut l'un des numéros du cirque Barnum. Il sera esclave dans une plantation de Caroline du Sud, baleinier au Cap Horn, voyou à New York. Il aura la langue tranchée, rencontrera enfin l'amour, avant de retrouver l'île de ses ancêtres. et un véritable trésor !
    Dans la veine de son précédent livre, Je suis le chapeau, Alex Cousseau nous offre un grand roman d'aventure, d'une qualité rare. C'est le fruit associé d'un imaginaire singulier, d'un travail de documentation important pour rendre crédible l'époque et les lieux, tout cela porté par une écriture très vivante.
    Le roman comporte des cartes retraçant les voyages du héros, des documents photographiques de l'époque ainsi qu'un index des personnages réels mis en scène dans le roman.

  • Alors qu'ils s'apprêtent à tuer le célèbre bandit Butch Cassidy, deux frères racontent, au cours d'une nuit, l'histoire de leurs ancêtres. Leur récit nous entraîne dans toute l'Amérique latine au cours du XIXe siècle, à la rencontre d'aventuriers, d'inventeurs et de révolutionnaires, dans un mélange d'histoires vraies, de légendes et de rêves. Dans le fil de son précédent roman, «Les trois vies d'Antoine Anarcharsis», Alex Cousseau nous donne à nouveau un grand roman d'aventures plein de magie et de poésie.  

  • Totem je t'aime

    Alex Cousseau

    Un petit Indien, Victor, a choisi un arbre comme totem et découvre sous son écorce deux lettres cachées, A et V, réunies par un coeur. Doit-il donc tomber amoureux d'une fille dont le prénom commence par A ? Tandis que dans un monde imaginaire, un géant nommé Vasco trouve la tête abandonnée d'une géante au souffle léger, et part à la recherche de son corps... Après le magnifique "Mon frère est un cheval/Mon cheval s'appelle Orage", une nouvelle incursion d'Alex Cousseau dans la collection boomerang.
    Son texte mélange avec bonheur la réalité contemporaine et le fantastique, pour parler avec poésie du sentiment amoureux.

  • Les exploits du chat le plus paresseux du monde, racontés par son amie la chaussette... Ces deux inséparables inventent des poèmes, survivent au vétérinaire, prennent peur devant une feuille d'arbre extra-terrestre, pianotent sur internet, jouent de la musique avec une cafetière... Pour les jeunes lecteurs, douze histoires courtes et drôles, à la gloire de leur animal préféré.

  • Je suis le chapeau

    Alex Cousseau

    Dans ce livre de voyages et de rêves, entre Groenland, Canada et Ecosse, on se lie d'amitié avec deux jeunes Inuits, Oukiok et Wanda, orphelins et un peu sorciers.
    On voyage à pied, en kayak, en traîneau, en hydravion, en side-car, à la poursuite d'un grand explorateur... Un ours porte un chapeau, et un cinéaste bientôt très célèbre filme le premier documentaire muet du cinéma, Nanouk l'Esquimau... " Le fouet claque. Les chiens démarrent. En cet instant, personne excepté Wanda ne sait où ils vont. Le départ a lieu un matin où le vent s'est tu. La toundra est encore recouverte de plaques de neige et de glace, mais il faut continuellement éviter les rochers qui émergent, pour ne pas endommager les patins du traîneau.
    - On va où ? demande enfin Oukiok. Sans ralentir, Wanda attrape le cahier de son frère et, de son écriture que les soubresauts du traîneau rendent tremblante, elle note cette unique phrase en majuscule sur la couverture : on va rendre le chapeau à son propriétaire. "

  • En compagnie des ours

    Alex Cousseau

    • Rouergue
    • 15 Octobre 2014

    La vie des ours est tout à fait surprenante, la preuve, dans ce recueil d'histoires pas question de se goinfrer de miel ou de chasser mollement le saumon sauvage ! Ici, on traverse l'océan à la nage avec des bottes, on fait ses courses au supermarché (quitte à se chamailler avec les gendarmes) et parfois, pour mettre un peu de piment, on attaque des randonneurs pour leur piquer leur goûter. Mais ils ont aussi un point commun avec les enfants ! Ils finissent toujours par aller se coucher...
    Enfin, hiberner. Bref, Alex Cousseau avec ses mots et ses illustrations lève enfin le voile sur la vie cachée des ours... pour notre plus grand plaisir.

  • Un lézard amoureux

    Alex Cousseau

    Tobias va avoir seize ans et vit dans un coin isolé du Finistère, entre rivières et forêts. Cette année-là, du printemps à l'été, la fille qu'il aime secrètement, Zoé, passe du statut de copine à amoureuse. En cinq "histoires", autant de moments forts pour avancer vers le dénouement heureux, Alex Cousseau nous emporte dans l'inconnu du sentiment amoureux à l'adolescence, la peur de "dire", la peur de s'embrasser, et enfin de faire l'amour.

  • L'attrape-fantôme

    Alex Cousseau

    Vendredi soir, Antonin fait ses devoirs : pour lundi, il doit écrire une poésie. Oui, mais, c'est quoi la poésie ? C'est alors que sa mère revient du travail. Dans son coffre : un chevreuil mort qu'elle a renversé sur la route. Elle est toute bouleversée, pas comme Grand-Ma qui veut le dépecer et le cuisiner ! Antonin est impressionné par le bel animal et rêve plusieurs fois du chevreuil. Est-ce qu'il veut lui dire quelque chose ? Antonin a-t-il recontré un fantôme ? Et quelle poésie va naître de ce mélange d'images, de mots et de rêves ?
    Porté par l'écriture d'Alex Cousseau et par des personnages hauts en couleur, un texte souvent drôle, qui interroge rêve et réalité. Une façon à la fois sensible et très concrète d'approcher la poésie, qui touchera sans doute les enseignants.

  • Pour leur première nuit à la belle étoile, Cléo et son cousin campent dans le jardin. La nuit s'installe et les deux enfants se racontent leurs peurs, petites et grandes. Un récit tendre et plein d'humour où l'imagination débordante des enfants est à l'honneur.

  • Violette a une amie secrète, une amie qui n'existe que pour elle et qu'elle appelle Mona. Ses parents préfereraient qu'elle ait des amis qui exitent en vrai.
    Dans son immeuble, à l'étage du dessus, il y a deux portes. Deux portes et deux nouveaux amis pour Violette.
    L'un s'appelle Andreas. C'est un peintre venu de Norvège : il est un peu mystérieux et personne ne le connaît vraiment. Mais à Violette, il veut bien raconter son histoire. Et aussi ce qu'il cherche à capturer avec sa peinture, cet instant de suspens où le petit pois explose.
    L'autre, Amos, a le même âge que Violette et elle l'entend parfois jouer du violon à travers la porte.
    Ensemble, ils n'ont pas besoin de parler beaucoup pour se comprendre.
    Et tandis que Violette se fait deux amis, Mona disparaît, comme vexée de n'être plus la seule qui compte.
    Pourtant, chacun à leur façon, Andreas et Amos confirment à Violette que son amitié avec Mona est précieuse.
    Un très beau texte sur les sentiments, dans lequel Alex Cousseau aborde à la fois la question de l'amour et de l'amitié.
    Un texte également très visuel, où les paysages de bord de mer font écho aux humeurs des personnages et aux tableaux d'Andreas - la question de l'art étant un autre thème qui traverse le roman.

  • Poisson-lune

    Alex Cousseau

    On le surnomme Miró, comme le peintre. Mais lui, les couleurs et les formes, il peut juste les sentir, les toucher, les imaginer : il est aveugle. Depuis toujours. Ça ne l'empêche pas de voir la vie du bon côté, entouré de Paluche, Luca et Nino, ses amis de toujours, et de son chien Bolo. Et puis surtout, il y a Luce, la nouvelle voisine. Lui l'appelle Lune. Mais à quoi ressemble-t-elle ? Est-elle jolie ou moche ? Et lui, a-t-il vraiment une tête d'ange, comme dit Nino avec un brin d'ironie ? Le plus important n'est peut-être pas ce que l'on voit...

  • Sanguine

    Alex Cousseau


    en ce moment, anouk a l'impression que plus rien n'est pareil.
    son corps pousse, se transforme et se manifeste. elle se sent moche, mal fringuée dans les vêtements de sa soeur, certains jours, elle a le sentiment que personne ne la voit. d'autres fois, qu'elle est nue, quand les garçons ricanent dans la cour du collège. tout lui pèse. son sac, son corps, son coeur, tout est lourd. ces nouvelles sensations qui se bousculent dans sa tête, elle voudrait les faire sortir d'elle, en parler à ses copines lou et adèle, à sa mère, à sa soeur.
    les plus belles choses pourtant, elle les garde cachées. tom par exemple. il est drôle, pas vraiment bon élève, mais il suffit à anouk de regarder sa nuque en classe pour ressentir quelque chose de très agréable.

  • Alba Blabla et moi

    Alex Cousseau

    «Un jour, ma bouche en a marre d'être ma bouche (...) et elle disparaît sans rien dire.» Mais comment faire pour parler, siffler, manger des myrtilles et partager avec Alba bien plus que des mots.


  • à leur naissance dans un pays d'amérique du sud, leur grand-mère leur a donné un emblème et l'a brodé sur leur bonnet : une fourmi pour lui, une chauve-souris pour son frère yayo, et un poney bleu pour tiza, la petite soeur.
    c'était censé leur porter bonheur. mais ça n'a pas servi à grand-chose le jour oú des hommes armés ont débarqué dans le village. depuis qu'ils vivent en france, les trois bonnets sont toujours sur ta table de nuit, même si tiza n'est plus avec eux. ce matin-là, leurs parents adoptifs sont en vacances. les deux frères se préparent à un moment de pêche ordinaire. mais, au milieu du lac, une barque dérive.
    au fond de la barque, un poney. bleu, comme sur le bonnet de tiza. ce n'est pourtant pas un rêve. au cours de la journée, les signes se multiplient, comme si par-delà la réalité, leur grand-mère voulait leur parler.

  • King et Kong se font livrer un cousin Nouv.

    King est toujours un panda. Kong aussi. King a toujours un frère jumeau. Kong aussi. King habite toujours dans une grotte au bord d'un lac. Kong aussi. Bref, King et Kong sont toujours des pandas frères jumeaux qui habitent dans une grotte au bord d'un lac. Un jour, Kong décide de commander un coussin. King, lui, préfère manger des cornichons... Quand leur colis arrive, ce n'est pas un coussin mais un petit ours blanc, un cousin en quelque sorte. Un cousin qui a perdu sa maman... et ça, c'est le début d'une nouvelle drôle d'aventure !

  • Le cri du phasme

    Alex Cousseau

    • Rouergue
    • 20 Janvier 2005


    attention, chat gentil.
    c'est ce qui est écrit à l'entrée du pavillon oú elliott vit avec son père et son frère aîné, emilio. c'est le week-end. comme d'habitude, son père bricole et s'énerve contre emilio qui a encore préparé pour le soir une fiesta avec ses potes. elliott prend soin d'une colonie de phasmes, ces insectes en forme de brindille, aussi bizarres et silencieux que lui. son corps l'encombre et il ne sait pas quoi faire des mots qui s'accumulent sous son crâne.
    quand ses amis sacha et leïla l'entraînent dans une balade sur les toits, il les suit, son bocal de phasmes sous le bras. dans le vacarme d'une fête improvisée, elliott joue avec le feu, histoire de se rappeler que le sourire de romane vaut le coup de vivre.

  • Deguisés en rien

    Alex Cousseau


    le premier jour de titouan dans sa nouvelle école s'annonce mal.
    les élèves se rendent rapidement compte qu'il est nul en foot, et en plus, personne ne l'a prévenu que c'est le défilé du carnaval. résultat : il n'est déguisé en rien. nadia, elle, est déguisée toute l'année, avec une cagoule sur la tête. que cache-t-elle dessous ? pourquoi les autres l'appellent-ils la sorcière ? décidément, les enfants de cette école ne sont pas très accueillants ? mais pour nadia, titouan est prêt à se transformer en chevalier.


  • Soleil métallique

    Alex Cousseau


    dans l'appartement en désordre, les lettres quotidiennes de la mère sont soigneusement rangées sur la télé.
    une lettre pour chaque jour passé loin d'eux. depuis qu'elle a été jugée pour vol, ses trois enfants, thomas, josé et leur soeur aînée violaine, essaient de vivre seuls et d'oublier qu'ils sont devenus des bêtes curieuses. en attendant son retour, dans vingt et un jours exactement, chacun cherche son énergie quelque part. violaine dans les yeux d'un étudiant, josé dans un projet professionnel, et thomas, le plus jeune, dans l'attente de revoir sa mère.
    comme elle, ils sont des toupies en mouvement, entre point d'équilibre et point de chute.

  • Les yeux qui chantent

    Alex Cousseau

    • Rouergue
    • 28 Septembre 2007

    Cette nuit, Grand-Ma est morte. William et sa petite soeur Violette l'aimaient beaucoup. D'une histoire banale, elle arrivait à faire toute une aventure. Elle racontait qu'elle avait joué de la batterie dans un groupe de rock et que Grand-Pa avait fait neuf fois le tour du monde en bateau. Elle disait aussi qu'elle se transformerait en abeille quand elle serait morte. Quand un frelon vient tourner autour de la table du petit-déjeuner, Violette croit que Grand-Ma vient les visiter et William fait semblant d'y croire. Alors, une dernière fois, ils partent tous les deux dans la forêt, à la recherche d'une grand-mère qui aimait rêver.

empty