Arsis

  • Sous l'écorce des mots, ce recueil de 61 chants de Claude Duchesneau révèle la pensée du poète musicien.
    Certains de ces textes sont inédits, d'autres sont mis en musique au service de la liturgie de l'Eglise. L'architecture de ce recueil repose sur une question posée à Dieu : Quel est ton nom ? L'auteur répond : On te nomme Dieu. Et surgit une autre question Mais qui es-tu ? C'est alors que s'enchevêtrent les diverses pièces contribuant à édifier un mémorial au Nom de Dieu : L'Amour est son vrai Nom. Ces hymnes sont enracinées dans les sols rocailleux de la recherche, de la rencontre, des questions, des émerveillements, des nuits et des lumières jaillies du coeur humain doucement éclairé d'une Présence.
    Comme les ceps de vigne des coteaux ensoleillés du vignoble jurassien, ces chants poétiques ont le goût du terroir de nos vies. Ils fleurent bon les arômes tonifiants du Concile Vatican II.

  • La crèche reste le symbole de l'esprit de Noël de l'Europe à l'Asie, en passant par l'Afrique et l'Amérique du Sud. Chaque crèche est unique et révèle le savoir-faire ainsi que les traditions de chaque peuple. Les techniques et matériaux utilisés sont également présentés.

  • Armand Tandeau de Marsac est biologiste moléculaire et cellulaire. Il est médiateur scientifique et formateur en biochimie-physiologie.

    Nous vivons dans une société d'abondance et pourtant, notre rapport à l'alimentation est plus que jamais problématique : l'obésité, l'omniprésence des questions de nutrition et de santé... en témoignent. Dan ce contexte, ce livre nous invite à retrouver le sens et la dimension spirituelle de l'alimentation. L'acte alimentaire est aujourd'hui problématique comme en témoignent de multiples sujets d'actualité. L'aliment est en fait devenu un objet de focalisation sociale qui prend la forme, tour à tour, d'un bouc émissaire qui fait of. ce d'exutoire, d'un élixir de jouvence pour enrayer notre . nitude, d'une addiction pour apaiser une douleur. Emprisonné entre les recommandations de santé publique, ses angoisses originelles et le besoin de satisfaire ses pulsions, l'homme contemporain entretient un rapport troublé avec ses aliments. Redécouvrir les aliments à leur juste place en puisant dans la tradition chrétienne, tout en prenant en compte le discours scientifique, est une invitation vers un plus être qui seul est en mesure de combler cette faim. Les aliments sont avant tout un Don. Sept aliments ont été choisis pour notre exploration scientifique et spirituelle du fait de leur richesse existentielle, tant sur le plan objectif que subjectif : l'eau, le lait, le miel, l'huile, la pomme, le poisson et le pain. L'aliment, ainsi regardé de l'intérieur, est en fait beaucoup plus qu'un simple plaisir gustatif : il est une vie offerte, une révélation de la transcendance et un appel pressant au bonheur.

  • Réenchanter les mamans

    Isabelle Laurent

    • Arsis
    • 16 Octobre 2008

    Lorsque des parents posent les yeux sur l'enfant qui vient de leur être confié, ils sont unanimes à proclamer qu'ils viennent de donner naissance à la merveille des merveilles. Effectivement, ils ont raison Cet enfant est un fruit de l'amour qui nous vient de l'au-delà. Comment pourrait-il ne pas être extraordinaire Et puis, la routine, les problèmes matériels, la lassitude, la transformation du caractère de l'enfant au contact du monde, ternissent peu à peu l'image de la merveille qu'ils ont tant admirée Alors les questions fusent. Suis-je un bon parent Comment concilier nos personnalités si différentes Comment poursuivre ce chemin o tout ne semble qu'obstacle avec un c ur confiant Comment ne pas perdre l'émerveillement vécu à l'origine Ce livre est le témoignage d'une femme pénétrant progressivement le mystère de la vocation de maman au travers des épreuves multiples de la vie. Elle comprend à quel point l'enfant est avant tout un don de Dieu pour l'humanité. Lorsqu'Il confie un enfant à des parents, Dieu qui ne fait jamais les choses à moitié, leur offre en même temps toute une panoplie d'outils pour les aider à accompagner cet enfant jusqu'à son épanouissement.
    Elle découvre ainsi, douloureusement parfois, que lorsqu'elle croit vivre un échec, c'est parce qu'elle oublie de se servir des outils, elle oublie que Dieu l'assiste continuellement dans sa vocation.

  • Frédéric HAUMONTE est coach et formateur en relations humaines. Il a animé une série d'émissions radio sur le sujet (diffusées sur RCF). Il écrit régulièrement pour la revue Feu et Lumière. Il est l'auteur d'un livre sur la sexualité (Réenchanter la sexualité ed. Arsis).

    Ce livre nous donne une série d'outils pour avancer dans la vie et réenchanter notre quotidien : Vaincre ses peurs, surmonter les obstacles, penser positif... Il met aussi en perspective changements culturels profonds que le caoching vient exprimer. La « culture coaching » s'est emparée de notre société qui le développe à toutes les sauces... Audelà de la superficialité du phénomène de mode, se jouent des changements culturels importants. L'un des objectifs de ce livre est de les mettre en perspective à travers l'émergence de la fameuse quête de sens. Mais ce livre est aussi et surtout, une puissante invitation au changement positif et concret de notre vie. L'auteur nous propose des outils simples et facilement applicables dans la vie quotidienne professionnelle et privée pour avancer vers un mieux-vivre. Vaincre ses peurs, surmonter les obstacles, penser positif, s'affirmer en respectant l'autre... autant de défis à relever pour réenchanter sa vie...

  • Comment Marie, la mère de Jésus est devenue la Vierge Marie que nous connaissons, Mère de Dieu, toute de mansuétude et d'amour, alors que les écritures en font si peu de cas ? C'est la question que s'est posée Jean-Robert Maréchal en constatant le grand nombre d'églises et de chapelles, de la plus prestigieuse à la plus humble, qui lui sont dédiées en Anjou.
    N'y a-t-il pas cinquante-sept paroisses qui l'ont comme patronne parmi les quatre cent vingt et une que compte le diocèse ? Et si le culte de la vierge ne prit son essor dans le monde chrétien qu'après le concile d'Ephèse en 431, où Marie fut proclamée mère de Dieu par opposition à ceux qui voulaient ne voir en elle que la mère de la part humaine du Christ, depuis cette date le 8 septembre, fête de la nativité de Marie est une fête appelée Notre-Dame l'Angevine.
    Ainsi le théologien du XVIIe siècle Thomassin écrivait-il : " on dit que la fête de la Nativité de Marie est passée de France en Italie et si l'on cherche l'origine, il faut la rapporter en Anjou, car dans plusieurs livres elle est appelée L'Angevine feria Andegevensis. De fait, le 8 septembre est toujours le moment de grandes fêtes dans les sanctuaires angevins dédiés à Notre-Dame qui apparaît alors comme l'image chrétienne de cette Mater Pariturae de nos ancêtres gaulois.
    Le culte de la vierge sur les sites antiques appartient à ce monde des mythes et des symboles dont le sens originel s'est souvent perdu, ils sont devenus légendes et traditions, et depuis l'an mille, buts de pèlerinages, Marie étant appréhendée comme la grande réconciliatrice de l'Humanité avec Dieu et plus à même de comprendre la souffrance de ses enfants. Qu'elles soient associées aux sources et aux cours d'eau, à quelque arbre sacré, à la plante la plus simple, à la pierre la plus dure, Jean-Robert Maréchal nous entraîne à la découverte de ces Notre-Dame angevines dont la représentation forme un patrimoine artistique et religieux émouvant et exemplaire.

  • En choisissant de rompre avec ce processus fou de la consommation et du chacun pour soi, je suis entré dans une communauté de l'Arche de Jean Vanier, dans une démarche de vie simple avec des personnes apparemment plus pauvres mais combien plus expertes en humanité. Ces communautés ne sont pas que de simples institutions où sont accompagnées des personnes ayant un handicap mental, mais des lieux de vie où «grandissent» et se célèbrent ensemble des hommes et des femmes de tout horizon... Je me suis laissé transformer par toutes ces rencontres singulières... Jour après jour et en faisant malgré moi table rase de mes certitudes, j'ai découvert que la vie pouvait être source de joie et d'espérance au sein même des difficultés quotidiennes. Les circonstances m'ont ainsi poussé, malgré moi, dans la joie ou la douleur, à dévoiler cette Rose enfouie profondément en moi et qui ne demandait qu'à s'épanouir...

    Avec en poche un DESS d'Énergétique industrielle, l'auteur s'est retrouvé malgré tout perdu, en marge d'une société basée sur la compétition. Début 1999, âgé de 26 ans et après bientôt deux années de chômage, il décide de donner un peu de son temps auprès de personnes en difficulté, à l'Arche de la Vallée (Hauterives, Drôme)... Quelque quatre ans plus tard, il lui a paru évident que cette expérience de transformation pouvait en aider bien d'autres...

  • Les solennités du seigneur

    Emmanuel Ore

    • Arsis
    • 1 Juillet 2009

    Selon Vatican II, le prêtre n'est pas d'abord l'homme de l'Eucharistie, mais l'homme témoin et prédicateur de la Bonne Nouvelle.
    Et le concile a redéployé les richesses innombrables de la liturgie qui avait été réduite depuis des siècles dans le monde latin, en redonnant à la Parole de Dieu une place aussi importante qu'à celle du sacrifice eucharistique. Il arrive que les fidèles se plaignent des homélies qu'on leur sert, parce qu'elles manquent de profondeur humaine ou spirituelle. Le prédicateur doit se tenir lui-même à l'écoute de la Parole proclamée : plus la parole du prédicateur ou du catéchète est proche de l'Evangile et attentive à la vie des gens, plus elle a de chance d'être entendue par tous (Monseigneur Facreau).
    Le livre du Père Emmanuel Oré est de ceux qu'on lira et relira, tant il montre qu'autour d'une fête ou d'un thème des variations sont toujours possibles ; on ne peut épuiser le mystère insondable de l'amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ pour le salut et la joie du monde. Ce premier tome d'Homélies est consacré aux Solennités du Seigneur : les grandes fêtes chrétiennes de l'Eglise. Trois autres tomes paraitront, consacrés à l'ensemble des dimanches A B C de l'année liturgique.
    L'ensemble offrira de quoi se nourrir, s'enrichir, méditer, prier. Un modèle d'homiliaire pour notre temps ; utile à la fois aux prédicateurs, aux fidèles et aux catéchistes désireux que la Bonne Nouvelle trouve écho au coeur du monde où Dieu s'offre à tout homme de bonne volonté

  • Dieu en justice

    Claude-Philippe Barr

    • Arsis
    • 27 Mai 2009

    C'est l'été, le temps des vacances, l'occasion de rencontres, de dialogues et d'échanges hors du commun dans le désoeuvrement du temps qui passe dont on dispose comme jamais.
    Voici donc que sous le parasol de midi, en ce beau dimanche ensoleillé, deux magistrats devisent, deux juges retraités du tribunal de grande instance de Paris qui s'interpellent à propos d'un fait apparemment anodin : mais pourquoi l'un d'eux est-il allé ce matin à l'église du village ? Pour y faire quoi ? Ce qui n'était au départ qu'un échange amical et moqueur devient rapidement une controverse solide sur le contenu de la foi et le devenir de l'Eglise catholique et de la chrétienté.
    En effet, nos deux débatteurs sont des spécialistes de la recherche de la preuve dans toutes les situations où une vérité demande à s'afficher. Mais il y a celui qui croit au ciel et celui qui n'y croit pas et, rapidement, tous les sujets défilent sur le thème Dieu nous est-il nécessaire ? Que signifient et comment comprendre : La rédemption, le paradis, le purgatoire, et l'enfer ? L'Eglise catholique ? La pratique religieuse ? La multiplicité des religions et l'unicité de leur Dieu ? Les miracles de Jésus ? La résurrection ? Etc.
    Les écrits des Evangélistes ne sont pas lus comme d'habitude par des théologiens, mais par des juges rompus à l'examen des dispositions des témoins telles que les cours et tribunaux les reçoivent dans tous les procès. Ils en arrivent même à disséquer toutes les informations contenues dans les récits de la résurrection de Jésus en se posant la question récurrente : Est-ce vrai ? Est-ce possible ? L'athéisme s'y trouve finalement confronté au mystère de la Foi dans un échange accessible à tous tellement nos deux juges sont professionnellement habitués à dialoguer en direct avec des justiciables de tous milieux.
    C'est un parcours simple, rapide et complet de la foi d'aujourd'hui, exprimé dans la forme moderne du dialogue où se trouvent examinées toutes les questions qui peuvent encore poser problème. Pour les deux juges qui s'expliquent, c'est finalement le dernier procès à juger, la dernière vérité à révéler, d'où le titre de cet essai mais, de toutes façons : à vous de juger.

  • Le compagnon Pierre Petit, Tourangeau le Disciple de la Lumière, maître verrier réalisa les sept vitraux de la grotte sainte Marie-Madeleine à la Sainte-Baume (Var) de 1977 à 1983.
    Comme un véritable catéchisme de lumière, les chefsd'oeuvre « Hommages à Marie-Madeleine », méritaient de mettre en évidence l'Esprit de leur conception. C'est ce qu'a réalisé l'Écomusée de la Sainte- Baume qui grâce aux écrits de Huber Jam, nous fait découvrir la puissance de la création et la quête spirituelle qui ont animé ce grand maître verrier.

  • Pour le pèreTeilhard de Chardin, la voie à suivre pour la théologie chrétienne n'est pas celle des mises en garde et des défenses contre le donné des sciences modernes. Au contraire, les nouvelles données sur le réel fourni par les sciences peuvent contribuer à un renouveau de la théologie chrétienne. Ce qui importe avant tout, c'est de dépasser les oppositions qui divisent la science et la foi pour entreprendre un dialogue qui conduira les deux parties à une compréhension et un respect mutuels. Ce dialogue est d'autant plus important note le Père Teilhard que le monde post-moderne commence à ressentir de plus en plus les manques d'une religion qui lui trace le chemin de la Vie, du plus-être.

  • « On se sent poussé sur le chemin de saint Jacques de compostelle. Cette marche est une épreuse de foi. » Depuis 2003, l'auteur en est à son cinquième pèlerinage sur les pas de saint Jacques, à pied et sans argent. Par deux fois il est accompagné de sa petite fille. Rien ne prédestinait Hubert Denhaut à ces aventures successives : « Je ne savais pas ce qu'était un pélerin, la condition même de pélerin m'était étrangère. » Poussé sur les routes par un enchaînement d'évènements, il nous offre avec ce livre un témoignage authentique de sa rencontre avec Dieu et avec l'homme. Son texte se présente comme un recueil de petits récits de voyage qui sont autant de méditations sur la foi, l'espérance, la mort, l'hospitalité, le don, l'amour qui nous apellent et nous poussent.

  • La prière de l’orgue

    Nicole Morelle

    • Arsis
    • 24 Décembre 2007

    Le " pape des instruments ", ainsi que Franz Liszt définissait l'orgue, impose d'emblée l'admiration et le respect du fait de sa somptueuse et scintillante puissance. Chargé de mystères, il parle aussi à notre imaginaire. Dans nos églises et nos cathédrales, il est devenu depuis le Moyen Age l'intercesseur des fidèles auprès de l'infini de Dieu. Qui n'a jamais souhaité gravir l'escalier à vis menant à la tribune ? Ouvrir la porte secrète qui enferme les rêves... à la rencontre de l'organiste solitaire devant sa console dont s'étagent les claviers, son " jardin suspendu " ? Découvrir le coeur de l'instrument, la partie invisible pour tous, où s'élabore la vibration sonore. Approcher la présence divine dans le génie des compositeurs. Vivre l'expérience intérieure que la résonance de la musique a engendrée. Pour la plupart, l'orgue reste un inconnu. Le but de cet ouvrage est d'en révéler les mystères, les subtilités de fonctionnement, d'utilisation et d'interprétation et de faire mieux comprendre sa mission à la fois liturgique et mystique.

  • Rien dans son attitude, dans ses paroles, dans ses actes ne laissait présager le coup de théâtre de la conversion de Saül de Tarse au Christianisme, ce Juif pharisien de la Diaspora qui avait assisté, impassible, à l'affreuse lapidation du diacre Étienne. En effet, ce fils d'Israël, de la tribu de Benjamin, était un ennemi farouche de tout ce qui pouvait porter préjudice au Mosaïsme. Et pourtant, sans délai, il clama son erreur et sa foi nouvelle, car le Christ ressuscité, affirma-til, lui était apparu sur le chemin de Damas et lui avait directement transmis son enseignement. Devenu Apôtre sous le nom de Paul, il s'opposa à ses frères de sang qui considéraient que les adeptes de Jésus avaient procédé à une captation d'héritage qui les dépossédait et les excluait des bénédictions du Dieu de leurs pères. Dès lors, saint Paul eut à lutter contre le fanatisme des responsables religieux juifs, les calomnies les plus odieuses et l'incompréhension de certains de ses fidèles. Les Romains l'arrêtèrent plusieurs fois et le jetèrent en prison ; par les Juifs et les païens, il fut souvent houspillé, battu, flagellé, chassé et expulsé. Il dut sans cesse défendre sa prédication qui était sournoisement sapée par ses adversaires. Rien ne lui a été épargné jusqu'à son martyre qui en est le couronnement.
    Le livre de Jean-Paul Lefebvre-Filleau, Saint Paul, histoire et théologie, relate l'apostolat de cet homme exceptionnel qui changea la face du monde en faisant du christianisme une religion universelle. Cet ouvrage ne pourra que donner satisfaction aux lecteurs intéressés par l'histoire de l'Église et par la théologie paulinienne.

  • Cet ouvrage relate le parcours militant d'un bénévole à l'origine de plusieurs associations telles que Pays-de-Loire a Jérusalem ; l'association médicale franco-palestinienne ;
    L'Agence culturelle des amis de la Méditerranée Il a aussi contribué à renforcer l'association de solidarité internationale et s'est impliqué activement dans le MRAP, le Nid, S S amitié, Mémoires d'outremer, etc.
    Ce qui caractérise ses nombreux engagements politiques et associatifs, c'est la farouche volonté de défendre les laissés pour-compte immigrés venus en France, Palestiniens, homosexuels, prostitués, personnes privées d'emploi ou cantonnées au RMI Ce livre engage aussi toute une réflexion sur la foi, la noncroyance, le judaïsme, l'islam et son rapport avec le christianisme. Il traite également de l'échange, de la rencontre avec l'autre , à travers le tourisme solidaire, le commerce équitable et le développement durable. Autant de pistes que les politiques devront explorer pour amener l'humanité vers un monde plus juste et plus citoyen.

  • L'ange de Compostelle

    Serge Grandais

    • Arsis
    • 16 Octobre 2008

    L'auteur, pèlerin au long cours, part seul à pied sur une route de ilomètes qu'il boucle en soixante-deux jours. Dans cette quête de sens, à l'écoute de la Bible et des ancêtres du chemin, tant de pensées vont se dire de Paris à é elay, de Saint-Léonard-de- Noblat à Roncevaux, de Burgos à Santiago. Toutes les étapes sont improvisées. Les aventures se succèdent, inattendues, savoureuses, parfois austères et ascétiques. Le routard sait rire de lui-même alors que la pluie, le froid, la chaleur ou le rejet des autres l'accablent. Seul ui mais mystérieusement accompagné de Raphaël, l'ange de Tobie, qui va le harceler de questions et lui prodiguer courage et humour pour achever l'improbable cheminement de sueur et de prière.
    En accomplissant son rêve de foi, il satisfait son désir d'une rencontre avec lui-même et avec quelqu'un. L'ange est la figure médiatrice entre le marcheur et l'invisible qui l'aimante. Avec l'ange, le terme du pèlerinage se go te déjà au long du chemin. La marche devient le but, parce que la joie spirituelle est dans le mouvement complice de l'âme et du corps. ivre c'est faire marcher l'âme de son corps sur la terre de Dieu.

  • Ce traité lapidaire prend sa source dans le royaume du Shang Shoung qui existait avant l'annexion de cette civilisation par le royaume du Tibet au VIIIe siècle de notre ère. Il est à l'image du livre tibétain du Bardo thödol, sur l'expérience de l'« Illumination » dans les états post-mortem. Vous connaîtrez enfin la « Porte de Sortie » du monde illusoire dans lequel nous nous sommes incarnés et le cheminement pour s'en libérer grâce aux arcanes les plus secrets du Dzogchen la connaissance de la Grande Perfection, l'ultime émancipation de la 9e voie du bön : la Voie de la Lumière de la transmission des Bouddhas. Les Quatres Roues se combinent pour former un cercle complet, quintessentiel, un enroulement créant l'interdépendance d'un cycle existentiel pouvant s'énumérer comme :
    1. la Vue insufflée par la compassion d'un Maître qualifié, 2. la Contemplation Dzogchen, 3. l'Action qui en découle, 4. le comportement dans cette vie ou les suivantes, par cette réalisation.
    Cette clef s'adresse autant au néophyte qu'à l'éclairé, à tout un chacun qui souhaite connaître le chemin de l'Éveil d'un Bouddha, et sortir de l'engrenage des Transmigrations pour s'élever dans la Lumière.

  • Camino

    Pascal Brielles

    • Arsis
    • 14 Juin 2010

    C'était comme un appel, quelque chose qui vous tire de l'intérieur, qui vous happe vers l'inconnu.
    Une envie de " foutre " le camp, une envie de tout quitter, une envie de marcher vers la Lumière. Une seule condition pour renaitre : me démunir, tout laisser et partir loin, bien loin des tourments qui me pourrissaient la vie, à la recherche de ma vérité. " Tu marches vers la mort, m'avait-on dit... J'étais mort... Et j'ai marché... Le reste n'était que prétexte. Et tout cela, je voulais l'écrire... Et ne plus mourir...
    Et aller à Saint-Jacques-de-Compostelle... "

  • Le médecin et anthropologue Henry M. Vyner a interviewé, ces quatorze dernières années, des lamas tibétains dans le but de développer empiriquement une théorie valable sur les caractéristiques définissant un esprit humain sain. Vajra Books publie ces entretiens dans une collection de livrets qui s'intitule les Entretiens sur l'Esprit Sain. L'ouvrage que vous avez en main est le quatrième volume de cette série, et présente des entretiens avec trois lamas différents.
    Ce qui est excitant à propos de ces entretiens, c'est que les lamas décrivent leurs propres expériences de l'esprit sain et de la méditation; ils les présentent d'une manière facile à comprendre. Ces volumes vous donneront l'information dont vous avez besoin pour développer un esprit sain et heureux, et la compréhension de la sagesse des traditions bön-bouddhistes du Dzogchen.

  • « Il n'y a pas de méthodes particulières pour approcher le monde du rêve. Il y a des principes qui sont à peu près compris par l'expérience, et par accumulation de connaissances. ils sont comme des courants maritimes, ils ne peuvent être vus, et pourtant leur pouvoir est inépuisable. Cette approche est la plus sûre pour atteindre une vision de la réalité qui soit pure et complète. Vous entrerez dans un autre univers, et rien ne sera comme avant.»

  • À l'heure du péril écologique qui menace la planète, que nous dit l'Église sur la nature et les questions environnementales. Ce livre passionnant et très documentés apporte un éclairage nouveau et plein de sagesse sur cette problématique d'actualités. L'auteur, à travers la sélection d'une série de textes tirés des documents offi ciels de l'Église catholique et de quelques documents oecuméniques, nous présente la doctrine traditionnelle de l'Église dans son rapport à la terre, comme espace d'humanisation de la personne humaine, comme don de Dieu, comme terre à rendre habitable. Ilsouligne aussi l'évolution des expressions traduisant cette doctrine traditionnelle, au cours du siècle, en liant avec les grandes évolutions sociétales (émergence du tiers-monde, conf its Nord-Sud, course aux armements, pauvreté et faim endémiques, injustices dans la répartition des biens, et puis mondialisation, crise écologique, défi s technologiques et bioéthiques etc.). Une telle approche contextuelle permet de mettre en lumière les lignes de forces et de montrer enquoi la doctrine sociale de l'Église est aussi un lieu de conversion permanente, au nom d'une fi délité à l'évangile et à son trésor, entre contestation et attestation.

empty